Abdication de l'empereur Akihito : comment le Japon a changé en 30 ans

 |   |  790  mots
Akihito a été le premier monarque à monter sur le trône du Chrysanthème - en 1990 - aux termes de la Constitution japonaise d'après-guerre, qui définit l'empereur comme un symbole de l'Etat et de l'unité du peuple mais n'a aucun pouvoir politique.
Akihito a été le premier monarque à monter sur le trône du Chrysanthème - en 1990 - aux termes de la Constitution japonaise d'après-guerre, qui définit l'empereur comme un "symbole de l'Etat et de l'unité du peuple" mais n'a aucun pouvoir politique. (Crédits : Reuters)
L'empereur Akihito cède ce mardi 30 avril le trône après un règne de plus de 30 ans, qui a vu le Japon se transformer et perdre de sa puissance. De l'ère Heisei ("parachèvement de la paix") à l'ère "Reiwa" ("belle harmonie"), quelques exemples de changement, profonds ou anecdotiques.

Akihito a prononcé ce mardi 30 avril ses derniers mots en tant qu'empereur du Japon après 29 ans de règne lors de sa cérémonie d'abdication au palais impérial de Tokyo, la première d'un souverain japonais depuis 1817. Âgé de 85 ans, le populaire Akihito avait créé la surprise en annonçant en 2016 son intention d'abdiquer, invoquant son âge avancé et son état de santé, ayant notamment été soigné pour un cancer de la prostate.

L'accession au trône de Naruhito, 59 ans, interviendra mercredi et marquera l'avènement d'une nouvelle ère impériale, Reiwa ("Belle harmonie").

--

Akihito, Japon

["Avec l'impératrice, j'espère du fond du cœur que la nouvelle ère Reiwa qui commence demain sera pacifique et fructueuse, et je prie pour la paix et le bonheur de notre pays et du peuple du monde", a déclaré Akihito, au côté de son épouse Michiko, vêtue de blanc et de gris, lors de la cérémonie d'abdication (appelée Taiirei-Seiden-no-gi), au Palais impérial à Tokyo. Crédits : Reuters]

--

Déclin démographique

Quand Akihito fut intronisé en 1989, le Japon vivait dans l'euphorie de la bulle économique, fort d'une population de 123 millions de personnes. Au moment où il part, elle n'est guère plus élevée, et ce manque de dynamisme démographique est un des problèmes sociaux et économiques les plus importants de l'archipel. Dans les premières années de son règne, la population a continué à augmenter, atteignant le sommet de 128 millions il y a une décennie.

Depuis, le Japon ne cesse de perdre des habitants, tandis que le taux de natalité bat des records de faiblesse. Il y a désormais 126 millions d'habitants au Japon.

Détrôné par la Chine

Akihito s'en va en laissant derrière lui un Japon qui a perdu son rang de deuxième puissance économique au profit de la Chine. L'ascension de l'Empire du milieu s'est traduite par un renforcement des liens commerciaux entre les deux voisins, malgré des relations diplomatiques souvent tendues.

La Chine est désormais le premier partenaire du Japon, devant son proche allié américain. Les échanges entre Tokyo et Pékin se sont élevés en 2018 à quelque 35.000 milliards de yens (280 milliards d'euros), soit 10 fois plus qu'en 1989, loin des 24.000 milliards de yens de marchandises transitant de et vers les Etats-Unis.

Destination touristique

Il y a trois décennies, le Japon n'était pas une terre prisée des touristes : seulement 2,8 millions de visiteurs étaient accueillis par an.

Sous l'impulsion du Premier ministre conservateur Shinzo Abe, qui en a fait une des priorités pour revigorer l'économie, l'archipel a été pris d'assaut. Sur la seule année dernière, plus de 31 millions de visiteurs ont foulé le sol nippon, venus nombreux d'Asie avec plus de 8 millions de Chinois, 7,5 millions de Sud-Coréens et 4,8 millions de Taïwanais.

L'archipel, qui se prépare à accueillir le Mondial de rugby dans quelques mois et les jeux Olympiques de Tokyo en 2020, vise un objectif de 40 millions à cette date.

Des femmes toujours peu présentes

A l'époque de l'intronisation de l'empereur Akihito, moins de 4% des sièges parlementaires étaient occupés par des femmes. Le taux a triplé depuis, mais il demeure bas, à 14%, en décalage avec les autres grands pays développés.

Le gouvernement du Premier ministre Shinzo Abe compte une seule ministre, malgré ses promesses d'accorder plus de place aux femmes dans le monde du travail, une politique baptisée "womenomics".

Paradis des fumeurs

Le Japon a longtemps été considéré comme un paradis des fumeurs, autorisés à griller une cigarette dans ses "izakaya" (sortes de bars à bière et saké aux plats variés, très fréquentés le soir) et nombreux autres restaurants. En 1989, 61% des hommes fumaient, et 12% des femmes. Maintenant ils ne sont plus que 28% à s'adonner à cette addiction, pour 9% des femmes.

Une politique plus stricte, en particulier dans la rue, et des campagnes de santé ont été mises en place ces dernières années, mais le Japon reste à la traîne. Il a certes voté une nouvelle loi, qui entrera en vigueur en 2020, cependant elle n'oblige pas les restaurants de petite surface (moins de 100 m²) à interdire de fumer, ce qui veut dire que 55% des établissements seront de facto exemptés.

Toilettes high-tech

Parmi les innombrables plaisirs de la vie au Japon, trônent les toilettes, des bijoux de technologie, avec un choix de fonctions qui désoriente le profane, telles que des jets de lavages ou des bruits d'eau artificiels servant à masquer tout son gênant.

Aujourd'hui, 80% des foyers en sont équipés, selon des statistiques très officielles. Ce chiffre n'était que de 14% en 1992, quand ces données ont commencé à être collectées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/05/2019 à 10:33 :
Pays fantastique mais a certaines périodes les Hordes de touristes rendent le pays moins attractif hélas.
J'en suis à mon sixième voyage et j'ai pu constater le changement. Il y a sept ans Tokyo, Kyoto, nara et même Okinawa étaient très propres, le mois dernier, j'ai été surpris par les déchets plus présents souvent dus aux touristes Chinois en tête. Gens polis, hôtels confortables et peu chers pour peu que l'on cherche un peu, nourriture de qualité, traditions respectées, monuments et art de vivre de qualité. Le Japon est un beau pays où tout fonctionne, même si certaines zones sont fortement urbanisées, il reste des havres de paix non Loin des centres urbains. J'ai adoré les villes citées mais Nikko, Kamakura, Fukuoka et sa région, miyajima et ses Temples sans parler de Himeji et Kobe ou la champêtre Hokkaido, tout invite au voyage.
Avec moins de ¥ 10000 soit €80 par jour en s'en sort très bien. On peut trouver des chambres en hôtel types best Western, via inn, chisun inn out autre chaîne pour moins de 35 € la nuit...les ryokan sont plus chers. よこる日本へ.
Bon voyage et bienvenue au Japon.
a écrit le 30/04/2019 à 16:36 :
"les toilettes, des bijoux de technologie"

Je me souviens d'un documentaire dans lequel un japonais expliquait devant cette curiosité pour tout occidental:"Quand on a les mains sales on les lave on ne les essuie pas".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :