Absence de nouveaux billets : la démonétisation dégénère au Venezuela

Face au manque de liquidités au Venezuela, des manifestations ont éclaté dans le pays ce weekend. Le président Nicolas Maduro a annoncé qu'il différait le retrait des billets de 100 bolivars.
Anaïs Cherif

3 mn

Des manifestations et des pillages ont éclatés ce weekend au Venezuela, suite à l'annonce surprise du président Nicolas Maduro de retirer le billet de 100 bolivars.
Des manifestations et des pillages ont éclatés ce weekend au Venezuela, suite à l'annonce surprise du président Nicolas Maduro de retirer le billet de 100 bolivars. (Crédits : Reuters/Carlos Eduardo Ramirez)

Marche arrière toute pour Nicolas Maduro. "J'ai décidé de prolonger la circulation du billet de 100 [bolivars] jusqu'au 2 janvier", a annoncé samedi le président du Venezuela lors d'une réunion gouvernementale retransmise par la télévision officielle. En début de semaine dernière, il avait ordonné par surprise son retrait de la circulation en trois jours seulement . D'une valeur avoisinant les 0,15 dollar, le billet de 100 bolivars représente 48% de la monnaie en circulation, d'après la Banque centrale vénézuélienne.

De lundi à jeudi, les Vénézuéliens se sont rendus en masse dans les banques du pays pour remettre leurs vieilles coupures. Mais à partir de vendredi, seules les deux succursales de la banque centrale, à Caracas, la capitale du pays, et à Maracaibo, pouvaient recevoir ces espèces. Alors que 40% d'entre eux n'ont pas de compte en banque, beaucoup ont dû repartir les mains vides. En cause : les nouveaux billets, censés entrer en circulation jeudi dernier, ont été livrés par avion seulement dimanche. "272 caisses contenant chacune 50.000 billets de 500 bolivars", a détaillé le numéro 2 de la banque centrale vénézuélienne, Jose Khan, sur la télévision nationale.

| LIRE AUSSI : Malgré son manque de liquidités, le Venezuela démonétise le billet de 100 bolivars

Nicolas Maduro évoque un "sabotage international"

Au total, plus de 60 millions de billets de 500 bolivars seront mis en circulation, avec deux nouvelles livraisons à venir. Quelque 3,5 millions de pièces d'une valeur de 100 bolivars vont progressivement être mises sur le marché dès cette semaine pour remplacer les billets de cette même valeur, a souligné la Banque centrale.

Nicolas Maduro a imputé ce retard à un "sabotage international" - sans préciser qui serait à l'origine de ce prétendu sabotage. Selon le chef de l'Etat, "un avion, contracté et payé par le Venezuela, s'est vu ordonner en vol de changer de direction et de se diriger vers un autre pays", rapporte le Guardian. "Un autre (avion) n'a pas reçu de permission de survol."

Des manifestations et des pillages ont éclaté dans le pays ce weekend - notamment dans l'Etat du Bolivar (Sud) où un mort et 262 arrestations ont été rapportées. La capitale de cet Etat, Ciudad Bolivar, a rapporté le pillage de 350 magasins - dont 90% sont des points de vente de nourriture.

Record mondial : une inflation de 180,9% en 2015

Selon les projections du Fonds Monétaire International, l'inflation devrait grimper jusqu'à 475% cette année... avant d'exploser à 1.660% en 2017. En 2015, l'inflation du Venezuela s'élevait déjà à 180,9%, selon la Banque centrale du pays. Un record mondial.

L'économie du pays est sinistrée depuis la chute du prix du baril de pétrole en 2014. Ses revenus sont passés de 80 milliards de dollars en 2013 à un montant entre 20 à 25 milliards en 2015, selon le FMI - le pétrole étant la principale source de revenus du pays. Il représente 95% des exportations, selon l'Organisation des pays exportateurs de pétrole. Face à la crise traversée par le Venezuela, Nicolas Maduro a placé le pays en "état d'urgence économique" début 2016. Ce statut autorise l'exécutif à disposer des biens du secteur privé afin de garantir l'approvisionnement des produits de base.

(Avec agences)

Anaïs Cherif

3 mn