Affaire Skripal : Theresa May affirme que la Russie est coupable et expulse 23 diplomates

 |   |  575  mots
La Première ministre britannique Theresa May a accusé mercredi la Russie de tentative de meurtre contre l'ancien agent double russe Sergueï Skripal et a annoncé l'expulsion de 23 diplomates russes.
La Première ministre britannique Theresa May a accusé mercredi la Russie de tentative de meurtre contre l'ancien agent double russe Sergueï Skripal et a annoncé l'expulsion de 23 diplomates russes. (Crédits : TOBY MELVILLE)
La première ministre britannique a accusé mercredi la Russie de tentative de meurtre contre l’ancien agent double russe Sergueï Skripal et a annoncé une série de représailles et demandé la réunion du conseil de sécurité de l'ONU. La livre a chuté à la Bourse.

La Première ministre britannique Theresa May a accusé mercredi la Russie de tentative de meurtre contre l'ancien agent double russe Sergueï Skripal et a annoncé l'expulsion de 23 diplomates russes.

"Il n'y a aucune conclusion possible autre que celle de la culpabilité de l'Etat russe dans la tentative de meurtre de M. Skripal et sa fille (...)", a-t-elle déclaré devant la Chambre des communes.

L'ancien agent double, 66 ans, et sa fille Ioulia, 33 ans, ont été retrouvés inconscients le 4 mars dernier sur un banc de Salisbury, dans le sud de l'Angleterre.

Suspension de toutes les réunions bilatérales de haut niveau...

"Selon la Convention de Vienne, le Royaume-Uni va expulser 23 diplomates russes qui ont été identifiés comme des agents de renseignement sous couverture", a dit la dirigeante britannique, ajoutant qu'ils avaient une semaine pour quitter le pays.

Aucun ministre britannique ni membre de la famille royale ne se rendra en Russie pour la Coupe du monde de football, qui débute le 14 juin, a-t-elle précisé.

Sur les marchés des changes, la livre sterling a effacé ses gains face au dollar à la suite de ces accusations.

Un démenti de la Russie en forme de provocation au Royaume-Uni

Toutes les réunions bilatérales de haut niveau entre le Royaume-Uni et la Russie sont suspendues, a poursuivi Theresa May, déplorant que le président Vladimir Poutine ait choisi d'agir de la sorte.

La Russie dément toute implication dans cette tentative d'empoisonnement à l'aide d'un agent neurotoxique de conception russe, le Novitchok, et a dénoncé un "numéro de cirque" de la part du gouvernement britannique.

Possibles représailles russes

Réagissant aux annonces faites par Theresa May, l'ambassade de Russie à Londres y a vu un acte "hostile, inacceptable et injustifié".

A Moscou, l'agence de presse RIA citant un parlementaire de haut rang, dit qu'il n'est pas exclu que la Russie expulse à son tour plus de 23 diplomates britanniques

La Russie, a rappelé Theresa May, se doit d'expliquer à la communauté internationale comment une substance aussi dangereuse que le Novitchok a pu se retrouver être utilisée à Salisbury.

Mais sa réponse pour l'heure "démontre un mépris total pour la gravité de ces événements", a-t-elle dit.

"Ils ont traité l'utilisation d'un agent neurotoxique militaire en Europe avec sarcasme, mépris et défiance."

La Première ministre britannique a précisé s'être entretenue au téléphone au cours des dernières 24 heures avec ses principaux alliés, notamment les présidents Donald Trump et Emmanuel Macron et la chancelière Angela Merkel, pour coordonner la riposte internationale dans cette affaire.

Réunion du conseil de sécurité de l'ONU

A la demande de la Grande-Bretagne, le Conseil de sécurité de l'Onu se réunira dans la journée.

La Russie avait dit qu'elle ne répondrait pas à un ultimatum lancé par Theresa May, qui a expiré mardi à minuit, tant qu'elle n'aurait pas reçu des échantillons de l'agent innervant utilisé, mettant de fait la Grande-Bretagne au défi de dire quelles sanctions elle était susceptible de prendre contre Moscou.

Au nombre des représailles citées par Theresa May, figure le renforcement des contrôles, "sur les vols privés, aux douanes et dans le transport de marchandises", des activités de ressortissants russes pouvant représenter une menace.

"Nous n'avons pas besoin de ces gens ou de leur argent dans notre pays", a-t-elle assuré.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/03/2018 à 8:59 :
Sans faire de politique, il est toujours facile de porter des accusation et il est si simple de faire porter le chapeau àu autres.... Malheureusement depuis la dernière guerre d'Irak , certain pays sont devenu très forts dans les manipulation médiatique et les accusations injustifiées pour arriver à leur fin....
Donc je me pose la question de savoir quel était l'intérêt des russes d'éliminer un ancien membre du KGB?
Lorsque l'on cherche un criminel , l'on cherche d'abord à savoir qui gagne le plus à çe forfait ....
a écrit le 17/03/2018 à 0:44 :
OIAC : l' Organisation pour l'interdiction des armes chimiques a déclaré le 27/09/17 :
" L'agence a rigoureusement vérifié la destruction complète de tout le programme d'armes chimiques de la Russie, y compris ses capacités de production d'agents neurotoxiques ". Connait pas ce rapport Thérésa ?
Plus troublant, il existe à Salisbury l'ancien centre de Porton Down de recherche et d'expérimentation des gaz neurotoxiques, dont le fameux gaz Novochok . Une enquête internationale serait plus sérieuse que lancer des accusations aussi graves .
https://www.zerohedge.com/news/2018-03-15/uk-manufacturing-its-nerve-agent-case-action-russia
a écrit le 16/03/2018 à 10:20 :
T.May a rejoint les absurdités de T.Blair au sujet des armes chimiques de Saddam Hussein. Skripal vivait librement depuis 8 ans à Salisbury, pourquoi tout ce temps pour l'assassiner ? Le site Moon of Alabama ( 8 mars 2018) révèle d'autre part que Skripal était en relation avec Christopher Steele, agent du MI6, engagé par le camp Clinton pour "pourrir" la campagne de Trump . Curieuse relation pour un espion retraité ...
a écrit le 15/03/2018 à 12:56 :
Le comportement de la Grande Bretagne dans la gestion de cette affaire de guerre d’espionnage est de l’enfantillage et qui apparaît une tentative de restauration maladroite de la guerre froide par une puissance de seconde zone empêtrée dans des choix politiques contre-productif notamment le choix par un peu plus de 50 % des votants du BREXIT. Le gvt britannique qui n’a point respecté le protocole obligatoire à suivre en matière d’usage des produits de destruction massive et toxique il a en plus refusé d’associer la F. de Russie, bien que de son droit, à l’enquête où elle est mise en cause et d'autan plus qu' une citoyenne russe est victime. La matière toxique inhalée n’est pas identifiée par des labos indépendants ni que l’enquête est conduite par les experts de l’ONU crédibles et impartiaux , qui en principe seraient seuls habilités à annoncer l’éventuel acte d’accusation et non chef du gvt britannique d’une manière expéditive, encre moins sans le comment que fut l’empoisonnement ni pourquoi un espion anglais dit inactif et bien à la retraite est devenu subitement la cible. Depuis quelques années et de la part de trois pays occidentaux le matraquage médiatique est constant à coté de l’agitation militaire en Europe Est ou au moyen orient au point apparaître objectivement du coté des Djihadistes en Syrie (cas de Al Ghota Est) qui tentent de raviver la guerre froide en diabolisant la F.de Russie (intervention non prouvées dans les élections occidentales montrant par là plutôt incapacité des services occidentaux à faire face aux supposés hackers) au lieu de chercher avec une entente et des compromis sur tous les dossiers en contentieux pour le bien du monde qui fait face à la montée exponentielle des conflits et des tensions. Les actions de la G B contrairement aux annonces sont risibles: Renvoi de 23 diplomates amènera sans doute la F de Russie à faire de même aussi suppression des visites d’officielles sera sans aucun impact. Le gvt de la G.B paraît ne pas comprendre qu’il n’est plus à la tête de l’ex empire de la Reine Vitoria et que des sanctions par une puissance en déclin contre un pays agricole, d’hydrocarbures et d’ industries civiles et militaires en expansion ne peuvent lui être douloureuses et le faire plier à la volonté de la G.B.
a écrit le 15/03/2018 à 10:07 :
Le comportement de la Grande Bretagne dans la gestion de cette affaire de guerre d’espionnage est de l’enfantillage et qui apparaît une tentative de restauration maladroite de la guerre froide par une puissance de seconde zone empêtrée dans des choix politique contre-productif notamment le choix par un peu plus de 50 % des votants du BREXIT. Le gvt britannique qui n’a point respecté le protocole obligatoire à suivre en matière d’usage des produits de destruction massive et toxique il a en plus refusé d’associer la F. de Russie, bien que de son droit, à l’enquête où elles est mise en cause et dont une citoyenne russe est victime. La matière toxique inhalée n’est pas identifiée par des labos indépendants ni que l’enquête conduite par les experts de l’ONU crédibles, qui en principe seraient seuls habilités à annoncer l’éventuel acte d’accusation et non chef du gvt britannique d’une manière expéditive, encre moins le comment fut effectué l’empoisonnement ni pourquoi un espion anglais dit inactif et bien à la retraite est devenu subitement la cible. Depuis quelques années et de la part de trois pays occidentaux le matraquage médiatique est constant à coté de l’agitation militaire en Europe Est ou au moyen orient au point apparaître objectivement du coté des Djihadistes en Syrie (cas de Al Ghota Est) qui tentent de raviver la guerre froide en diabolisant la F.de Russie (intervention non prouvées dans les élections occidentales montrant par là plutôt incapacité des services occidentaux à faire face aux supposés hackers) au lieu de chercher avec une entente et des compromis sur tous les dossiers en contentieux pour le bien du monde qui fait face à la montée exponentielle des conflits et des tensions. Les actions de la G B contrairement aux annonces sont risibles: Renvoi de 23 diplomates amènera sans doute la F de Russie à faire de même aussi suppression des visites d’officielles sera sans aucun impact. Le gvt de la G.B paraît ne pas comprendre qu’il n’est plus à l tête de l’empire de la Reine Vitoria et que des sanctions par une puissance en déclin contre un pays agricole, d’hydrocarbures et d’ industrialises civiles et militaire en expansion ne peuvent lui être douloureuses et le faire plier à la volonté de la G.B.
a écrit le 15/03/2018 à 8:28 :
Il est comique de voir la GB appeler à la solidarité européenne... alors qu'ils font tout pour sortir de l'UE ! je comprend qu'ils soient furieux de perdre leur agent double, mais ce sont les risques du métier ....
Ils n'ont quand même pas osé fermer RT, et c'est très bien !
Les Américains et leurs supplétifs (dont nous faisons malheureusement partie) sont en train de perdre en Syrie et d'Irak, de se faire mettre dehors de Turquie, sans même parler de l'Afghanistan... et ça les rend nerveux !
Une petite histoire des provocations américaines depuis deux siècles, qui vous éclairera : http://www.revuemethode.org/sf031710.html
.......
a écrit le 14/03/2018 à 22:53 :
Après le russiagate aux E.U., toujours sans preuve , l'affaire Skripal prend le relai opportunément avant l'élection présidentielle russe et la prochaine coupe du monde de foot . L'arme du crime suffirait donc à désigner le coupable, mais " Cui bono " ? ...
D'une part les russes auraient la puissance démoniaque d'influencer les élections d'un grand pays. D'autre part ils sont assez bêtes pour laisser les preuves de leur crime !
John le carré ou Agatha Christie, maitres du polar, sont ils bien anglais ? Quel cirque !
a écrit le 14/03/2018 à 21:50 :
JAMES BOND "Au secours". Les russes sont entrain de dégommer nos agents doubles, votre mission : Infiltrer le service de renseignement russe SVR. Ramenez-nous la taupe qui a vendu nos agents. Et n'oubliez pas votre parapluie. Pourquoi? Mais non, c'est pas une arme secrète James, il pleut à Moscou...Pas très propres les méthodes russes, on retrouve du poison partout, décidément, même chez les espions il n'y a plus de conscience professionnelle....Mais au fait, l'Europe soutient Mme MAY, Parce que les anglais redeviennent pro Européens? Bizarre, vous avez dit bizarre?
a écrit le 14/03/2018 à 19:33 :
Je fais confiance à May, une dirigeante hors du commun.
a écrit le 14/03/2018 à 18:34 :
OU sont les preuves ?
May se ridiculise !
a écrit le 14/03/2018 à 17:32 :
Nos amis anglais ont raison de se fâcher, commanditer un assassinat sur le sol européen est un acte digne de la guerre froide qui nécessite une réponse digne de la guerre froide.
Réponse de le 14/03/2018 à 19:38 :
Surtout que vous n'en pâtirez pas d'une bonne escalade, hein, John... C'était lucratf pour les US la seconde guerre mondiale non? l'Europe n'est pas un terrain de jeu pour les USA-Anglo ou pour la Russie. l'Europe n'est pas une zone de test. l'Europe n'a pas vocation a héberger des conflits "froids" comme l'Ukraine sur son sol. Malheureusement l'Europe est trop vérolée pour affirmer cela avec force...
Réponse de le 14/03/2018 à 19:49 :
Le problème est la désignation du coupable qui ne semble évident que pour les dirigeants " de l'ouest".
Quel gain pour Poutine?
En revanche pour TM en délicatesse l'affaire tombe à point nommer.
Sans que cela en fasse la responsable de cette tentative de meurtre.
Pour le novitchok j'ai un peu de mal à croire que cette invention des années 70 ne puisse être produite par d'autre pays. A minima par d' ex pays de l'URSS comme l'Ukraine.
Les preuves que l'on nous sert semblent largement contestables à qui ne réfléchit pas à travers le prisme d'un monde manichéen.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :