Chute du pétrole : l'austérité s'abat sur l'Arabie saoudite qui supprime les allocations et triple la TVA

 |   |  881  mots
(Crédits : AHMED YOSRI)
Pour cause de pandémie de coronavirus ayant stoppé net l'activité économique mondiale et provoqué une chute historique du prix de l'or noir, le premier pays exportateur de brut au monde lance des mesures d'économies drastiques qui vont toucher de plein fouet d'abord les Saoudiens les plus défavorisés. Pour contrebalancer, le géant pétrolier saoudien Aramco -obligé, soit dit en passant, de réduire sa production de 1 million de barils par jour début juin-, a décidé de faire un geste en divisant le prix de l'essence à la pompe... par deux.

L'Arabie saoudite a annoncé lundi un plan d'austérité prévoyant un triplement de la taxe sur la valeur ajoutée et la fin des allocations mensuelles à ses citoyens, en réaction à la chute historique du prix du pétrole et à la pandémie de Covid-19.

Premier exportateur de brut au monde, le royaume espère engranger 100 milliards de riyals (24,61 milliards d'euros) à la faveur de ces mesures, qui pourraient toutefois susciter un mécontentement dans l'opinion.

"Il a été décidé la fin du versement de l'allocation de vie chère à partir de juin 2020 et que la TVA passerait de 5% à 15% à compter du 1er juillet", a déclaré le ministre des Finances, Mohammed al-Jadaan, à l'agence officielle SPA.

Chute du pétrole, ralentissement économique et dépenses de santé

Par ailleurs, le gouvernement "annule, étale ou reporte" les dépenses liées aux grands projets de développement destinés à moderniser l'économie et la rendre moins dépendante des exportations de pétrole, a-t-il ajouté.

Le ministre a affirmé que la décision avait été rendue nécessaire par la "baisse sans précédent" de la demande mondiale d'or noir et la "forte baisse des recettes pétrolières".

Il a également cité deux autres "chocs" pour l'économie saoudienne: le ralentissement de l'activité en raison du confinement et les dépenses publiques "non prévues" dans le secteur de la santé.

Aramco divise le prix de l'essence... par deux, pour contrebalancer

L'Arabie saoudite est le pays arabe du Golfe le plus touché par la pandémie, avec plus de 39.000 cas d'infection et 246 décès, selon les derniers chiffres officiels.

Dans le sillage de l'annonce du ministre des Finances, le géant saoudien de l'énergie Aramco a annoncé une réduction de moitié à compter de ce lundi du prix de l'essence, dans un geste visant manifestement à contrebalancer les mesures d'austérité.

La mise en place de la TVA est toute récente dans le pays

La semaine dernière, Mohammed al-Jadaan avait averti que des mesures "douloureuses" et "drastiques" pour le budget du pays seraient nécessaires.

Comme d'autres pays du Golfe, l'Arabie saoudite n'avait introduit une TVA qu'en date du 1er janvier 2018, en démarrant avec ce taux de 5%, sur fond de baisses des prix du pétrole depuis 2014.

Le pétrole représente 70% des recettes fiscales

Pour compenser la hausse du coût de la vie pour les moins favorisés, elle avait alors créé une allocation mensuelle de 1.000 riyals (près de 250 euros), qui représente des milliards de dollars de dépenses chaque année.

Le gouvernement estime que Ryad pourrait perdre la moitié de ses recettes fiscales liées au pétrole, lesquelles assurent 70% de l'enveloppe totale.

La guerre des prix lancée contre la Russie, une erreur ?

Tandis que les premiers effets économiques de la pandémie se faisaient sentir en mars, l'Arabie saoudite s'était lancée dans une guerre des prix avec la Russie en augmentant sa production et en abaissant le coût de la livraison pour ses clients, dans l'espoir de préserver voire augmenter ses parts de marché.

Cette stratégie risquée a divisé les cours du pétrole saoudien par trois environ depuis le début de l'année.

Lundi, le ministère de l'Energie a indiqué avoir demandé à Aramco de réduire sa production de 1 million de barils par jour à partir de juin, afin de soutenir les cours du pétrole.

Déficit : le royaume obligé d'emprunter 60 milliards de dollars

Le royaume prévoit d'emprunter près de 60 milliards de dollars (55 mds EUR) sur l'année pour financer son déficit budgétaire. Après avoir longtemps été excédentaire, le budget de l'Etat a constamment été dans le rouge depuis 2014.

Le Fonds monétaire international (FMI) projetait en avril une contraction de 2,3% du Produit intérieur brut (PIB) en 2020.

Il est peu probable que les économies réalisées grâce à ces mesures d'austérité comblent l'énorme déficit budgétaire, qui, selon les prévisions du groupe saoudien Jadwa Investment, pourrait atteindre le chiffre record de 112 milliards de dollars cette année.

"Les citoyens saoudiens commencent à ressentir concrètement l'impact économique du virus", observe Yasmine Farouk, spécialiste de l'Arabie saoudite au centre de réflexion Carnegie Endowment for International Peace.

"Les difficultés (économiques) s'accompagneront d'un contrôle plus important des dépenses de l'État, notamment les millions dépensés pour (...) des événements de divertissement", estime-t-elle.

Le programme de modernisation de MBS... très dépendant du pétrole

Si l'homme fort du royaume, le prince héritier Mohammed ben Salmane, a lancé un ambitieux programme de modernisation et de diversification de l'économie, son financement dépendait fortement, à court terme, du pétrole.

L'un des projets emblématiques, la construction d'une mégalopole futuriste sur les côtes de la mer Rouge (nord-ouest), paraît compromis.

Outre son coût faramineux, 500 milliards de dollars, une résistance inattendue a vu le jour parmi la population locale, dans un pays pourtant peu enclin aux voix discordantes.

En avril, la fronde a abouti à la mort d'un membre de la tribu Houweitat, tué dans une fusillade avec les forces de sécurité car il refusait de céder ses terres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2020 à 14:15 :
c'est un novice en économie, et jouer avec l'argent du pétrole, et éliminer ses adversaires, n'est pas ce qu'il y à de plus raisonnable pour diriger le pays. Les cousins par centaines, dont certains ont déjà été ponctionnés. bref, je ne les plains pas, ils sont tellement arrogants, les riches vont devoir se serrer la ceinture, mais les plus pauvres vont carrément déguster....
a écrit le 12/05/2020 à 12:30 :
Comme en Europe, les plus pauvres vont devoir encore resserrer d'un cran la ceinture pour garantir le train de vie des plus riches, qui lui n'a absolument pas pâti du coronavirus tant leur patrimoine est gigantesque... Les plus riches sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont....
a écrit le 12/05/2020 à 10:11 :
Ben, je pense que l'Arabie Saoudite pourrait faire des économies en arrêtant la guerre au Yemen
a écrit le 12/05/2020 à 10:09 :
mbs le tueur de journaliste esr decidement grand stratege. Il ne serait pas etonnant qu'il soit "ecarte" vu ses resultats calamiteux.
a écrit le 12/05/2020 à 7:05 :
L'image ne parait pas correspondre à une rue de l'AS. Je dirais plutôt, avec des types assis par terre et le bâtiment décati, une rue pakistanaise. Je journaliste devrait vérifier si l'image correspond au texte. Erreur de plus en plus fréquente dans les médias.
Réponse de le 12/05/2020 à 8:46 :
Il y a 25% d'immigrés en Arabie saoudite et la majorité ne sont pas des ingénieurs pétroliers ou des professeurs bardés de diplômes et surpayés mais une main d'oeuvre esclavagisée.

30% des saoudiens autochtones vivent sous le seuil de pauvreté (1.25 $/jour) et avec la crise ce chiffre explose.

Derrière la carte postale d'opulence sans fin des centres villes, il y a des ceintures beaucoup moins flamboyantes, pires que la photo qui nous est donnée à voir.

Des pays du golfe, l'Arabie est le plus peuplé mais aussi le moins homogène socialement, le moins stable politiquement comme économiquement.
Derrière Bin laden, il y a eu des milliers de saoudiens pauvres et révoltés qui ont cherché et cherchent encore à provoquer la chute du régime actuellement en place.
a écrit le 12/05/2020 à 1:10 :
Moi je dit, ça sent le chameau.... Retour aux sources ! Hummm ca sent aussi la vente de pas mal de belles propriétés achetés aux rabais en France :) De bonnes affaire en vue !!
a écrit le 11/05/2020 à 20:13 :
Ils pourraient vendre leurs voitures de luxes, chateaux et villa sur a cote au lieu d'emprunter !
a écrit le 11/05/2020 à 19:40 :
Tiens ..... Nous autres Français on leur a vendu quand même quelque chose de bien Français : La TVA
Réponse de le 13/05/2020 à 8:44 :
En termes de taxes on règne sur le monde de façon indiscutable
a écrit le 11/05/2020 à 19:29 :
aucune erreur dans le casting, mbs a rince les riches saoudiens dans un ritz a hauteur de 88 milliards de dollars, pour financer son plan de demolition du schale usa
bon, il est rattrape, comme tout le monde, donc on sat que ca va se re equilibrer vu que c'est tenable pour personne
rretour a la realite progressif, avec faillites high yield aux usa
au passage je disais qu'il voulait privatiser aramco pour demollir l'iran y a 5 ans, en fait en plus il s'est dit que c'etait une bonne idee de planter les americains ' america first fucks you whatever', ( on appelle ca ' first f...cking') ce qui n'arrange pas trop trump, vu le contexte
Réponse de le 11/05/2020 à 20:12 :
Vous êtes naif. Les USA et l'Arabie Saoudite sont un seul et même pays. Ça fait longtemps que les russes on compris que lorsqu'on parle avec MBS c'est à la CIA que l'on s'adresse. Leur stratégie commune visait a couler le pétrole russe si besoin en soutenant le pétrole de schiste US avec des prêts planche a billet à 0%. Raté...maintenant ils sont dans le jus tous les deux.....Quand le schiste US sera hors jeu, les russes et le Vénezuela en profiteront en premier.
a écrit le 11/05/2020 à 18:32 :
Les producteurs de pétrole qui depuis des années en font baver aux économies occidentales vont enfin goûter au plaisir de la rigueur.... aujourd'hui c est le consommateur occidental qui les tient par les....
Réponse de le 11/05/2020 à 22:46 :
Pas sûre votre conclusion.
a écrit le 11/05/2020 à 18:31 :
pendant longtemps en arabie saoudite beaucoup de chose etait gratuite:
santé, scolarité , étude supérieure etc...ils avaient aussi un taux de fonctionnaire le plus élevé au monde par habitant pour masquer le chômage structurel( 3x que la France)
et le gouvernement achetait la paix sociale en subventionnant grassement certains secteurs : agriculture ( ferme dans le désert etc..), la culture islamique et les groupes
religieux et/ou terroristes héhé
a écrit le 11/05/2020 à 17:35 :
Mais bon sang ils ont foutu quoi du pognon !?

Il est où le grisbi ?
Réponse de le 12/05/2020 à 16:13 :
Ils achètent la paix sociale et coup de dollars. Tu fais pas la guerre à celui qui te donne du fric. Comme les anarchistes français que ne font jamais leur « révolution ». Ils n’auraient plus leur sous tous les mois payés par ceux qui travaillent
Réponse de le 13/05/2020 à 10:00 :
@ "multipseudos"

"Comme les anarchistes français"

Mon pauvre ami tu parles d'un temps dépassé depuis longtemps, comme tout être immature ton raisonnement est dépendant de tes peurs profondes générant des commentaires qui font plus pitié qu'autre chose.

Or si tu veux, il y a bien assez de gens qui souffrent sur cette planète pour s'épargner d'avoir pitié d'un enfant qui a été bien trop gâté jusqu'à présent dont la seule peur est que les autres enfants ne lui prennent pas tout ses formidables cadeaux qu'il reçoit sans cesse et dont il ne sait plus quoi faire.

Oublie moi mon gars, je te vois trop bien.

Signalé rien que par respect pour ceux qui souffrent réellement, je te conseille d'ailleurs le meilleur reportage peut-être que j'ai vu jusqu'à présent sur LCP, de ces pries d'otages en Erythrée peut être que ça te permettra de comprendre et que tu viendras moi me polluer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :