Climat : malgré la contribution de l'Inde, l'objectif des 2°C reste dur à atteindre

 |   |  1023  mots
Nous nous rapprochons du scénario qu'on est en train de rechercher, estime néanmoins Laurence Tubiana, négociatrice française dans les discussions pour la conclusion d'un accord mondial à Paris en décembre.
"Nous nous rapprochons du scénario qu'on est en train de rechercher", estime néanmoins Laurence Tubiana, négociatrice française dans les discussions pour la conclusion d'un accord mondial à Paris en décembre. (Crédits : reuters.com)
En vue de la conférence internationale qui se tiendra à Paris en décembre sur le climat, 146 pays ont déjà déclaré comment ils comptent réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Ces contributions dans leur ensemble devraient permettre de limiter le réchauffement avant la fin du siècle à 2,7°C, loin de l'objectif fixé à 2°C.

Tant attendue, la contribution de l'Inde à la lutte contre le réchauffement climatique a enfin été déposée. Le quatrième émetteur mondial de gaz à effet de serre a promis de réduire son "intensité carbone" -à savoir ses émissions de dioxyde de carbone (CO2) par point de PIB- de 35% d'ici 2030 par rapport au niveau de 2005.

Pour ce faire, il a assuré vouloir produire 40% de son électricité à partir d'énergies décarbonées (renouvelables et nucléaire) avant la fin 2030, "grâce à des transferts de technologies et à un financement international à bas coût", pour atteindre un objectif de 175.000 mégawatts. Il prévoit également de renforcer à la même échéance sa couverture forestière, ce qui permettra de capturer l'équivalent de 2,5 à 3 milliards de tonnes de CO2 supplémentaires.

     | Opinions COP21 : l'urgence est de donner un prix crédible au carbone

Le charbon toujours au centre de la politique énergétique

L'Inde, qui compte encore plus de 300 millions d'habitants sans électricité et  produit 60% de son électricité à partir du charbon, ne renonce pas pour autant au charbon. Afin de satisfaire son économie qui connaît une croissance de 7%, New Delhi prévoit au contraire de doubler sa production de charbon d'ici 2020, à plus d'un milliard de tonnes.

     | Lire Le charbon, un investissement de plus en plus... risqué

Un choix considéré "déroutant" par l'ONG Greenpeace qui, tout en saluant les promesses indiennes en matière de renouvelables, observe: "Le développement des centrales au charbon va freiner les perspectives de développement de l'Inde". D'autant plus que, souligne la Fondation Nicolas Hulot, l'objectif d'une réduction de l'intensité carbone lui-même, calculé en termes relatifs et non absolus, "couplé à une forte croissance (PIB multiplié par 3,7) conduit à une multiplication par environ 2,5 des émissions de gaz à effet de serre (hors puits de carbone)".

Le Brésil et le Costa Rica élèves modèles

La déclaration d'intention du géant asiatique s'ajoute ainsi aux "contributions nationales envisagées" (INDC) désormais déposées par 146 pays (147 avec l'Union européenne), totalisant 87% des émissions mondiales, devant le secrétariat de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), en charge de les synthétiser avant le 1er novembre, en vue de la Conférence des parties qui se tiendra en décembre à Paris. Les Nations unies avaient fixé au 1er octobre l'annonce des objectifs nationaux des pays. Une cinquantaine de pays manquent encore à l'appel, dont un seul membre du G20, l'Arabie Saoudite. Parmi les autres absents de renom figurent le Qatar et l'Iran.

     | Opinion L'engagement climat : un pari nécessaire pour la Chine

Les Etats étant laissés libres de déterminer le contenu de leur INDC, la précision et le niveau d'ambition des contributions se révèle être très inégal. Parmi les "bonnes surprises" relevées dans la toute dernière analyse de la Fondation Nicolas Hulot (publiée le 2 octobre 2015) apparaît le Brésil qui, promettant de réduire ses émissions de 43% en 2030 par rapport à 2005, "va beaucoup plus loin que prévu". Le Costa Rica est aussi cité : il vise des émissions limitées à 1,7 tonnes de CO2 équivalent par habitant en 2030, et une neutralité carbone (grâce aux puits de carbone forêt) dès 2021.

D'autres pays, au contraire, déçoivent, selon la même fondation : la Turquie notamment, qui "prévoit de plus que doubler ses émissions totales d'ici 2030", pour atteindre plus de 10 tonnes de CO2 équivalent par habitant et l'Argentine, qui "envisage d'augmenter ses émissions par personnes pour qu'elles atteignent entre 10 et 12,2 tonnes de CO2 équivalent en 2030".

L'objectif des 2°C encore lointain

Malgré ces engagement, on est encore loin du compte face à l'objectif de contenir le réchauffement en dessous des 2° par rapport à l'ère préindustrielle, fixé en 2009 à Copenhague. Selon une étude publiée jeudi 1er octobre par l'ONG Climate Action Tracker (qui prend en compte l'Inde en se fondant sur ses déclarations d'intention), sur le fondement des contributions déposées le réchauffement climatique devrait atteindre en 2100 les 2,7°. Si "c'est la première fois depuis 2009, date à laquelle le CAT a commencé ses évaluations, que le réchauffement attendu passe sous 3°C, l'objectif des 2° reste néanmoins lointain.

     | Lire aussi Un accord à l'OCDE sur la suppression des aides au charbon est peu probable

"Ces ambitions divergentes (des Etats, NDLR) ont des effets qui s'annulent", explique la Fondation Nicolas Hulot. Elle estime pour sa part que "les émissions mondiales totales en 2030 restent proches de 56 milliards de tonnes de CO2 équivalent en 2030, ce qui est largement trop haut et conduit à une hausse supérieure à 3 degrés d'ici à la fin du siècle".

"A noter que la contribution indienne pourrait faire augmenter ce chiffre à 60 milliards de tonnes de CO2 équivalent", note par ailleurs la fondation.

La question des règles de progression au centre des négociations

"Nous nous rapprochons du scénario qu'on est en train de rechercher", estime néanmoins Laurence Tubiana, négociatrice française dans les discussions pour la conclusion d'un accord mondial à Paris en décembre, citée par l'AFP. Se réjouissant du nombre d'Etats ayant joué le jeu des contributions, elle souligne, concernant l'écart persistant avec l'objectif affiché de 2°, que l'accord de Paris "devra fixer les règles permettant aux pays de progresser dans le temps".

     | Lire COP21 : en Belgique, des patrons de multinationales militent en faveur du climat

"A l'avenir, les pays pourront être plus ambitieux, car les technologies vont progresser, les coûts vont baisser, comme cela s'est passé dans l'énergie solaire", espère cette économiste.

Les INDC présentées par 31 pays en développement (dont 15 parmi les pays les moins avancés), qui compteront pour 800 millions d'habitants en 2020, montrent par ailleurs que les  besoins d'investissement pour réduire les effets du réchauffement climatique représentent entre 6 et 7 % du PIB de ces pays, soit  autour de 76 dollars par an par habitant, analyse enfin la Fondation Nicolas Hulot. Les 100 milliards de dollars par promis à Copenhague à partir de 2020 par les pays développés à ceux en voie de développement représenteraient, eux, un montant moyen de 40 dollars an et par habitant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2015 à 22:54 :
Il faut tout de même être conscient que la volonté d'accumulation d'argent ne peut que conduire à la destruction complète de la planète. Tout est donc "logique".
a écrit le 04/10/2015 à 10:15 :
On se fout de leur gueule et ils applaudissent et se congratulent entre eux.

Les naïfs continuent dans la voie de l'abrutissement des populations qui deviennent ainsi à cause de fasses données de plus en plus malléables pour les pseudo élites dirigeantes et pensantes. Un grand coup d'ores et déjà gagné dans la destruction de l'Europe et ouvre la porte à ses plus grands concurrents et pollueurs mondiaux USA et Chine.
a écrit le 03/10/2015 à 12:05 :
c est vrais que des pays envoies de developement ont besoin daide et de conseil pour sortir leurs pays des energies polluente il y a assez de d entreprisses europeenes qui pourrais y trouvez des marches nouveaux ???
a écrit le 03/10/2015 à 11:07 :
Il est vrai que la cuisson à la bouse de vache, ça ne relargue pas que de l'odeur !!!
a écrit le 03/10/2015 à 6:04 :
Le futur échec du notre " cher Président" est un machin énergivore. Et après on nous fait la morale que nous sommes entrain de tuer la planète avec nos voitures. Nous allons travailler pour payer nos impôts, taxes et factures. Pas pour aller faire le beau pour un match de foot en jet, pas pour récupérer un prix ou un trophée, pas pour une réunion inutiles et tout les machins bidules ou notre Paon fait le beau. Que notre élite moralisatrice me montre l'exemple. Nous ne sommes pas en Corée du Nord, tout pour le parti, rien pour le peuple. Je n'ai pas vu un ministre, un maire, un élu aller en vélo faire une visite de chantier. La France c'est deux poids, deux mesures. Le Roi décide, le peuple souverain n'a pas son mot à dire. Il doit plier face à l'élite politique, culture, sportive. Navrant.
Réponse de le 03/10/2015 à 11:31 :
Ce qui navrant c'est la niveau café du commerce de votre commentaire. Qu'est ce que c'est que c'est histoire de vélo. Non mais vous vous relisez ? On parle d'un Etat de 550000km² pas de votre petit quartier. Quand à la fin de votre commentaire on est en pleine démagogie. Mon avis c'est que ça fait un moment que vous n'avez pas lu autre chose que le dos de votre boite de céréales et écouté autre chose que les vociférations fascisantes des Zemmour, Le Pen, Copé, Morano,... On ne parle vraiment pas assez du danger de laisser des faibles d'esprits se gaver de TF1 et autre lecture de Minutes ou Valeurs Actuelles (pour ceux qui savent lire)
Réponse de le 03/10/2015 à 13:14 :
Mais le simple d'esprit attend une explication de votre brillant cerveau au lieu d'être d'un démagogie méprisante.
L'esprit faible attend de lire une thèse et une anti-thèse digne de ce nom et bien évidement une conclusion digne de ce nom.
Mais je doute de lire quelque chose de votre part.
Mes deux neurones ne sont pas assez intelligents pour lire la boite de céréale que je ne mange pas. Je ne vois pas de quelle chaîne vous parlez. Si je reprend votre raisonnement à mon propos comment voulez que je sois assez intelligent pour lire ses revues?????????
Tout ceci sera un bel échec avec toute la démagogie de l'extrême gauche à l'extrême droite.
Réponse de le 03/10/2015 à 14:14 :
Objectif atteint : je vous ai énervé. Ne retenir qu'une histoire de match de foot et de jet privé, montre bien votre manque de recul sidérant sur la situation actuelle. Etes vous chef d'Etat, chef d'un gouvernement ? Sauf erreur de ma part non. Donc n'essayez pas de comparer votre (triste) petite vie quotidienne avec les responsabilités qui incombes à ces postes. J'imagine qu'avec ce genre de discours, vous pensez aussi que les quelques millions de prestations sociales ruinent la France (en oubliant les milliards de fraude des entreprises), que les fonctionnaires sont des feignasses (en oubliant que ce sont ces fonctionnaires qui vous soignent, vous instruisent -bon la il y a eu un raté-, qui veillent à votre sécurité), que les étrangers nous envahissent (en oubliant que les non français rapportent plus à la France qu'ils ne coûtent),...Et une fois de plus mon discours est valable à doite comme à gauche. Mais bon tous ça je le sais non pas parce que j'ai une intelligence superieur, non pas parce que je suis engagé politiquement d'un côté ou de l'autre (c'est le clivage qui va ruiner la France) mais tous simplement car j'ouvre des livres, des journaux et que je ne me laisse pas influencer par les discours hypocrites des Hommes politiques. Sur ce, mon travail reprend, je vous souhaite malgré tout un bon week end.
a écrit le 02/10/2015 à 16:52 :
Ce qui est omis dans cet article c'est que l'Inde demande des aides importantes en contrepartie (subventions et transferts de technologie. Quand on lit le livre de Philippe Verdier chef du Sce Météo de FT on comprend que tout ce cirque est inutile et nocif.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :