Un tiers du patrimoine mondial naturel menacé par l'industrie extractive

 |   |  943  mots
Les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance (...), s'ils sont mal gérés, peuvent aboutir à une perte de valeur désastreuse pour les investisseurs à long terme, reconnaît le PDG d'Aviva Investors.
"Les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance (...), s'ils sont mal gérés, peuvent aboutir à une perte de valeur désastreuse pour les investisseurs à long terme", reconnaît le PDG d'Aviva Investors. (Crédits : Reuters)
Les investisseurs peuvent néanmoins jouer un rôle crucial dans la réduction de ce risque, souligne le WWF dans un rapport.

Ils comptent dans leurs rangs des endroits mondialement connus, comme le Grand canyon ou la Grande barrière de corail. Pourtant, malgré leur notoriété et la protection assurée par l'Unesco (l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture), 31% des sites du Patrimoine mondial naturel sont menacés par l'exploration pétrolière, gazière ou minière, relève un rapport du WWF (World Wide Fund, Fonds mondial pour la nature) publié jeudi 1er octobre.

Une menace qui prend des proportions encore plus inquiétantes en Afrique, où elle concerne près de deux tiers (61%) des endroits bénéficiant du plus haut niveau de reconnaissance internationale, alerte l'ONG dans son étude, parue à deux mois de l'ouverture à Paris de la Conférence mondiale sur le climat (COP 21).

     | Opinion Les trois enjeux de la COP 21

L'octroi des concessions en cause

Bien qu'elle ne représente sans doute pas la seule menace guettant ces lieux, l'industrie extractive peut "causer des dommages environnementaux significatifs et permanents, tant directement, aux paysages ou aux sources d'eau, qu'indirectement, en catalysant des changement sociaux et économiques à grande échelle", souligne le rapport. Le comité de l'Unesco responsable de leur sauvegarde a d'ailleurs répété à plusieurs reprises que le statut de "Patrimoine mondial" de certains sites est incompatible avec de telles activités.

Cependant, 70 des 229 endroits protégés sont "actuellement sujets à des activités extractives sous une quelque forme -soit parce que des opérations sont déjà activement menées à leur intérieur soit car l'octroi de concessions pourrait engendrer de telles opérations dans un futur proche", déplore le WWF. Les retours économiques à court terme engendrés par ces exploitations ont en effet souvent un fort pouvoir persuasif sur les gouvernements nationaux, en particulier dans les pays en voie de développement.

Les bénéfices économiques à long terme négligés

Certes, l'ensemble de ces lieux, dispersés dans 97 pays, ne représente même pas 1% de la surface du globe, reconnaît l'organisation. Mais, abritant des espèces emblématiques et offrant des paysages exceptionnels, ils referment une valeur naturelle exceptionnelle, qui explique justement le statut particulier dont ils bénéficient. La protection découle d'une convention de 1972, ratifiée par 191 Etats parties. Une fois accordée à un lieux particulier, sur le fondement de critères déterminés, elle engage les autorités nationales, qui doivent aussi rendre compte périodiquement de l'état de ces sites.

Au-delà de leur importance environnementale et culturelle, ces lieux sont par ailleurs source de bénéfices économiques à long terme, rappelle le WWF. La très large majorité (93%) des sites naturels du Patrimoine mondial représentent en effet un intérêt touristique et 91% ont déjà permis de créer des emplois, a notamment établi une récente recherche de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Sans compter qu'ils fournissent de l'eau, de la nourriture et de l'énergie aux populations locales, préviennent les inondations, atténuent les effets du changement climatique, sont parfois des lieux sacrés...

Les investisseurs exposés à un risque financier

Le danger ne menace toutefois pas que les lieux eux-même et les communautés qui en dépendent. Dans le sillon de l'alerte lancée mardi 29 septembre par le gouverneur de la banque d'Angleterre lui-même, Mark Carney, le rapport met aussi en garde quant au risque financier encouru tant par les entreprises extractives qui travaillent à proximité de ces endroits que par les investisseurs qui les soutiennent :

"Les résultats d'un sondage mené en 2015 par WWF au Royaume-Uni montrent que presque 95% des gens considèrent important de protéger les sites du patrimoine naturel mondial des opérations extractives."

A ce danger en termes de réputation, s'ajoute pour les entreprises concernées le risques de perdre les concessions obtenues, d'être la cible demandes de dommages et intérêts, de perdre les financements remportés... Autant d'aléas se répercutant sur les investisseurs.

"Alors que les scientifiques affirment que deux tiers des réserves doivent rester dans les sols si l'on souhaite éviter un dérèglement climatique hors de contrôle, les choix des compagnies extractives constituent une absurdité du point de vue environnemental mais aussi économique et social", observe Pierre Cannet, responsable du programme Climat et Energie au WWF France.

"Les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance (...), s'ils sont mal gérés, peuvent aboutir à une perte de valeur désastreuse pour les investisseurs à long terme", reconnaît également, Euan Monro, PDG d'Aviva Investors, soulignant la nécessité de disposer de bonnes informations pour une bonne prise de décisions.

     | Lire aussi Au Costa Rica, la préservation de l'environnement comme argument touristique

Le "rôle central" de la finance

Cependant, s'ils sont particulièrement exposés aux risque, les investisseurs peuvent aussi "jouer un rôle central" pour sa protection, estime le WWF, qui a d'ailleurs réalisé son étude en partenariat avec Aviva Investors et Investec Asset Management. L'organisation les appelle notamment à exploiter les données fournies par son étude, inédites, mais encore probablement incomplètes en raison du manque de transparence entretenu jusqu'aujourd'hui.

Il s'agit d'engager le dialogue avec l'ensemble des acteurs du secteur extractif afin de les encourager à communiquer sur leurs opérations actuelles ou futures au sein ou à proximité de ces sites, voire de les encourager à ne plus y intervenir. Ce qui ne remet néanmoins pas en cause la nécessité de fournir davantage de moyen à l'Unesco, pour l'instant démuni face à la tâche titanesque de consacrer l'intérêt à la préservation du Patrimoine mondial.

Etude WWF

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2015 à 22:36 :
Sachant que la surface terrestre touchée par les extractions est inférieure à 0.1% si ce n'est 0.01%, Madame Gamberini arrive à 1/3 du patrimoine mondial menacé. Ils sont forts en gueule à WWF, mais pas trop en calcul.
a écrit le 02/10/2015 à 10:33 :
LA FIN DES ESTRATIONS NE SIGNIFIE PAS UNE PERTE ECONMIQUE POUR TOUS ILS Y A ENORMEMENT D EMPLOIES QUI VONT NAITRE DU RECYCLAGE DES MARTIERES PREMIERE ?DES NOUVELLES TECNOLOGIES POUR FABRIQUE DE L ENERGIE ? DONC NOUS N AURONS MOINS BESOIN D ESTRAIRE DE LA TERRE DES MATIERE PREMIERE? EXENPLE LE CHARBON .LE PETROLE EXT? CERTAINE ENTREPRISSES VONT DISPARAITRE DAUTRE VONT NAITRE? AINSI VAS LE MONDE ECONOMIQUE???
Réponse de le 02/10/2015 à 14:26 :
100% de l'industrie mondiale menacée par les écologistes !
Réponse de le 03/10/2015 à 2:32 :
100% de notre environnement menacé par l'industrie (et la finance) mondiale telle pensée actuellement, et leurs idéologues dévoués!
Réponse de le 03/10/2015 à 2:32 :
100% de notre environnement menacé par l'industrie (et la finance) mondiale telle pensée actuellement, et leurs idéologues dévoués!
a écrit le 02/10/2015 à 0:38 :
Variscan dépose des permis ici et là et prospecte en vue d'extraire , ils vont polluer nos cours d'eau et nos nappes phréatiques avec leurs produits chimiques et vont provoquer des failles sous-terraines qui laisseront passer des ondes dès qu'il y aura un séisme(il y a fréquemment de petits séismes ici et là en France).
a écrit le 02/10/2015 à 0:38 :
Variscan dépose des permis ici et là et prospecte en vue d'extraire , ils vont polluer nos cours d'eau et nos nappes phréatiques avec leurs produits chimiques et vont provoquer des failles sous-terraines qui laisseront passer des ondes dès qu'il y aura un séisme(il y a fréquemment de petits séismes ici et là en France).
a écrit le 01/10/2015 à 21:58 :
Un mensonge de plus, sans doute,
de WWF qui avait prédit la disparition du thon rouge en Méditerranée pour 2012, lequel ne s'y est jamais si bien porté depuis longtemps !
Réponse de le 02/10/2015 à 1:23 :
Ah tiens un anti-écolo primaire qui essaie de faire croire qu'il y connaît quelque chose. A ce cher monsieur si docte je recommande de se rendre sur le site de la "Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique" (ça va, c'est pas trop écolo pour lui, ça) pour se rendre compte que c'est précisément l'effort de la lutte contre la surpêche, avec notamment les campagnes choc d'associations telles que le WWF, qui a permis de reconstituer les stocks mais que tout cela reste précaire sur le long terme si on revient aux "vieilles habitudes" de pêche.
Bref, il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Merci à tous les individus de votre espèce de rendre ce monde un peu plus invivable en voulant absolument refuser tout discours sur l'état de notre planète.
Réponse de le 04/10/2015 à 22:04 :
@celui qui me répond.

Je suiis certes un antiécolo viscéral, mais pas primaire du tout. J'ai de solides arguments. Je vous propose de vous référer à mon article "Thon rouge ? Vous avez dit thon rouge ?" (ici=> http://laurent.berthod.over-blog.fr/article-thon-rouge-vous-avez-dit-thon-rouge-48577647.html ) qui date d'avril 010. Bien cordialement à vous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :