Comment le Japon est redevenu premier créancier des Etats-Unis

 |   |  249  mots
Il est difficile de connaître la nationalité réelle des détenteurs de créances américaines compte tenu des achats par des sociétés offshores.
Il est difficile de connaître la nationalité réelle des détenteurs de créances américaines compte tenu des achats par des sociétés offshores. (Crédits : SUKREE SUKPLANG)
Les capitaux japonais s'orientent vers les placements américains, mieux rémunérés, tandis que la Banque centrale chinoise est moins préoccupée par l'appréciation du yuan. Mais, la nationalité des détenteurs de dettes n'est pas toujours identifiée, notamment dans lors qu'il s'agit de sociétés offshores.

Trop peu pour être significatif? En février, le Japon est redevenu premier détenteur de dette américaine avec 1.224,4 milliards de dollars d'obligations du trésor. Elle relègue la Chine (hors Hong Kong) à la seconde place qui détient néanmoins 1.223,7 milliards de dollars de dettes, selon les chiffres publiés mercredi par le département du Trésor. La Chine avait soufflé au Japon, la première place du podium en août 2008.

Les Caraïbes, troisième détenteur de dettes américaines?

Les statistiques américaines dissimulent d'autres réalités comme le fait qu'elles n'imputent pas à la Chine les dettes détenues par son territoire autonome Hong Kong. Par ailleurs, de nombreux investisseurs chinois agissent à travers des sociétés installées dans d'autres pays. Comment alors expliquer que les Caraïbes représentent 350 milliards de dollars d'obligations américaines, occupant ainsi la troisième place de ce classement?

La Chine et le Japon suivent des chemins inverses

Il n'empêche que la Chine a bel et bien diminué ses achats, devenant vendeuse nette de créances américaines. Face au ralentissement économique, les rachats de dettes américaines par la Banque centrale chinoise, censés tempérer la hausse du yuan, se sont révélés moins nécessaires. Phénomène inverse au Japon où la politique monétaire très accomodante a conduit à baisser les rendements des obligations locales, poussant les investisseurs à se tourner vers d'autres placements.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2015 à 0:42 :
Les USA peuvent vendre leurs dettes en USD tant que personne ne leur demande le remboursement...
Que se passerait il si les vendeurs de biens et services refusaient l'USD?
a écrit le 16/04/2015 à 16:19 :
Intéressante cette info !
a écrit le 16/04/2015 à 15:50 :
Le secrétaire au Trésor américain Jack Lew, a annoncé hier devant le Congrès que la dette publique des USA a atteint sa limite légale, c-à-d, à partir de maintenant le Trésor américain devra prendre des mesures extraordinaires pour honorer les obligations du gouvernement. Pour (presque) anecdotique, le montant de la dette publique américaine s'élève à la bagatelle de 18.000 milliards de dollars !!!!

Dans n'importe quel autre pays si sa dette publique atteignait de tels sommets il serait automatiquement mise au ban des emprunts internationaux car le risque de l'insolvabilité y serait plus que réel, il serait même touchable. Néanmoins, les States continuent à faire des accords avec l'Europe, NAFTA, ils doublent le budget militaire et investissement en nouvelles bases en Asie (comme si ils en avaient encore besoin !) comme si rien n'y était. En quoi (ou en qui) confient-ils ? est-ce que la France va prêter de l'argent aux États-Unis ? ou l'Allemagne ? la Grèce ?....

En toute évidence, il existe un danger réel en guettant toutes les économies qui dépendent directement ou indirectement de l'économie américaine, mais nos bons technocrates en Europe font la politique d'autruche et les médias n'en parlent pas. Jusqu'à que ça casse !
Réponse de le 17/04/2015 à 0:28 :
Vous citez la dette américaine en volume (comme de nombreux anti-américains). En pourcentage du PIB, elle n'est pas plus impressionnante que la dette française. Si vous faites la même chose avec l'Union Européenne, vous vous apercevrez qu'elle n'est pas très loin de ce montant.

Il faut remettre les chiffres en perspective. Une dette de 10 000 euros chez quelqu'un qui gagne 30 000 euros n'est pas plus inquiétante qu'une dette de 100 euros chez quelqu'un qui en gagne 300.
Réponse de le 17/04/2015 à 9:04 :
Moi j'ai entendu parler d'une dette US non pas de 18 000 MD, mais de 220 000 MD. Ce n'est plus du tout la même chose.
a écrit le 16/04/2015 à 15:24 :
Ces pays feraient mieux de s'échanger leur planche à billet, ce serait plus simple.
a écrit le 16/04/2015 à 13:48 :
Alors là je n'en reviens pas ! l'autre jour La Tribune parlait que l'économie japonaise allait de mal en pire, comment se peut-il qu'une économie malade (on la disait même moribonde !) peut dans l'espace de quelques semaines devenir la première créancière de dollar américains du monde ??
Désolé mais il y a quelque chose qui ne va pas : soit avec le journal, soit avec cette "info".
Réponse de le 17/04/2015 à 0:24 :
Le Japon était premier jusqu'en 2008, puis deuxième derrière la Chine. La Chine a vendu une partie de ses créances alors que les japonais en ont acheté pour des raisons de rendement. Ce n'est pas si compliqué. Et économie morribonde ne veut pas dire "pauvre".
a écrit le 16/04/2015 à 10:35 :
En résumé, j'imprime des billets pour soutenir les billets que tu imprimes, et après, on achète du concret chez les gogos européens.
Réponse de le 16/04/2015 à 11:21 :
http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/bce-mario-draghi-ne-compte-pas-arreter-l-assouplissement-quantitatif-469261.html Tout le monde "joue" le même jeu. Il FAUT faire tenir le système... Pendant que nous mourons.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :