Coronavirus : l'OMS espère une sortie de crise d'ici deux ans

 |  | 726 mots
(Crédits : KIM HONG-JI)
Reconfinement, masque obligatoire... Les mesures de restriction se multiplient dans de nombreux pays, qui tentent tant bien que mal de contenir l'épidémie de coronavirus. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) espère désormais tourner la page "en moins de deux ans".

L'Organisation mondiale de la santé espère "en terminer avec cette pandémie en moins de deux ans", a indiqué le chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesu, vendredi lors d'une conférence de presse à Genève. En utilisant les "outils disponibles" et avec l'aide qu'apporteraient des vaccins, "je pense que nous pouvons y mettre un terme dans un délai plus court que la grippe de 1918", a-t-il ajouté, en référence à la grippe espagnole qui avait décimé 50 millions de personnes de 1918 à 1920.

Début août, le comité d'urgence de l'agence onusienne avait évoqué une épidémie d'une durée qui allait "être certainement très longue", avec des effets ressentis pour "les décennies à venir".

Le masque obligatoire gagne du terrain

Face à la recrudescence de nouvelles contaminations au Covid-19, les mesures de restriction se multiplient dans le monde. Simple recommandation jusque-là, le port du masque de protection devient obligatoire à compter de ce samedi dans les transports en commun au Danemark à l'heure où le royaume est confronté à une recrudescence des cas de contamination et à des clusters locaux.

En France, où plus de 4.500 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures. Le masque, déjà obligatoire dans certains secteurs de Paris ou encore à Nice, le devient également dans une partie du centre-ville de Lyon. Cette mesure, qui concernera les rues les plus fréquentées, doit permettre, selon les autorités locales, de prévenir le retour des vacanciers et lutter contre l'épidémie à l'approche de la rentrée.

Elle pourrait toutefois être accueillie avec réserves et critiques par les Lyonnais, à l'image des habitants de Toulouse, où le port du masque est obligatoire depuis vendredi. "Et pourquoi on les met pas aux animaux tant qu'on y est puisqu'ils peuvent transmettre le virus ? C'est une vaste blague. C'est juste un gros business", estime Bernard Brouquisse, un commerçant de la "Ville rose".

Confinement recommandé à Madrid et en Angleterre

A Madrid, il est désormais recommandé à la population de se confiner dans les zones les plus affectées par le coronavirus au moment où le nombre total de cas diagnostiqués en Espagne s'est accru de plus de 8.000 en 24 heures.

Même serrage de vis en Angleterre, où le confinement est durci dans plusieurs zones du Nord-Ouest et où la deuxième ville la plus peuplée du pays, Birmingham, a été placée sous surveillance. Depuis minuit, les habitants des villes d'Oldham et de Blackburn, ainsi que de plusieurs zones du district de Pendle, où résident au total près d'un demi-million de personnes, ne pourront plus rencontrer de personnes extérieures à leur foyer.

En Tunisie, un couvre-feu a été rétabli vendredi de 17 heures à 5 heures du matin à El Hamma (100.000 habitants), ville de l'est du pays confrontée à une flambée de cas.

Vendredi, c'est au Liban qu'un reconfinement de deux semaines est entré en vigueur à l'heure où le pays affronte des taux record de contaminations et doit composer avec des hôpitaux débordés par les malades du Covid-19 et les blessés de l'explosion du 4 août. "D'un point de vue économique, fermer le pays n'est pas une bonne chose car les gens veulent vendre, mais mieux vaut qu'ils perdent un peu au lieu de tomber malades", estime Roxane Moukarzel, une mère de famille de 55 ans. "Il n'y a plus de place dans les hôpitaux", s'inquiète-t-elle toutefois. "Où vont-ils mettre" les malades?

Plus de 790.000 morts dans le monde

L'enjeu est de taille à l'heure où, après avoir montré quelques signes d'essoufflement au printemps, l'épidémie, apparue en Chine en décembre dernier, repart de plus belle, souvent à la faveur des vacances, de réunions de famille ou encore de fêtes.

Au total, selon le dernier bilan établi par l'AFP vendredi, plus de 793.000 personnes sont mortes dans le monde et plus de 22.734.900 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires. Les Etats-Unis restent le pays le plus touché - selon le dernier bilan de l'université Johns Hopkins. Le nombre de cas s'élevait vendredi à 5.618.133 avec 175.245 décès, soit 47.031 cas et 1.067 décès supplémentaires en 24 heures.

Viennent ensuite le Brésil avec 112.304 morts, le Mexique (59.106 morts), l'Inde (54.849 morts) et le Royaume-Uni (41.403 morts). L'Amérique latine et les Caraïbes totalisent quant à eux 252.233 décès, l'Europe 212.135.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/08/2020 à 0:41 :
J'espère que ça va pas durer longtemps, car le laisser-passer pour sortir de chez soi me rappel méchamment l'occupation. Comment ont-ils pu nous ressortir cette infamie indigne d'un pays qui se déclare berceau des droits de l'homme ?
Réponse de le 25/08/2020 à 7:17 :
Une dictature se doit de contrôler ses citoyens : pour l'instant, ils apprennent
a écrit le 23/08/2020 à 10:44 :
Le gouvernement a raison d'imposer des mesures strictes et de se montrer ferme avec le peuple. Si nous avions mieux suivi ses directives au début de la pandémie nous n'en serions pas là. Par exemple au début de la pandémie, le gouvernement nous disait que mettre un masque était inutile et il y avait des irresponsables qui le mettaient quand même.
a écrit le 23/08/2020 à 0:19 :
Rien ne vient étayer une telle affirmation, tellement les situations sont diverses et à l'opposé à l'échelle de la planète.
Ce qui est certain, c'est que pour les US et le Brésil, au point où ils en sont avec ce laisser faire irresponsable ( un pt de non retour probablement) seule une vaccination à gde échelle pourra juguler la catastrophe, à condition qu'un vaccin efficace soit mis au point, car rien n'est sûr à ce jour. Entre tps, la mortalité ne va pas diminuer ou disparaître.
Pour l'Asie Pacifique et l'Afrique, soit plus de la moitié de la pop mondiale c'est fort heureusement une autre histoire, car il semble bien que la pandémie régresse ou est en voie d'extinction : il suffit de suivre l'évolution des pays emblématiques le plus à risque comme le Nigeria, l'Indonésie ou les Philippines pour s'apercevoir que l'épidémie est contenue et pas plus nocive en cumulé qu'une mauvaise grippette chez nous, avec respectivement 996 / 6594 / 2966 décès à ce jour.
Et que dire du Vietnam qui n'enregistre que 26 morts pour 93 millions d'habitants, malgré des recrudescences récentes dues à des contaminations importées ??
Qt à cet immense pays qu'est l'Inde, il semble bien qu'on se rapproche du pic avec un cumul de 50 décès par millions, à comparer aux 2 champions américains qui sont à plus de 500.
Et pour l'Europe, la soi disant 2eme vague apparue depuis plus d'un mois avec les festivités estivales, se traduit par une faible létalité bien loin de l'explosion observée avec la 1ere.
a écrit le 22/08/2020 à 23:13 :
La question qui se pose c'est: "La crise pour qui?", pour le commun des mortels ont doit s'adapter!
a écrit le 22/08/2020 à 22:37 :
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) espère désormais tourner la page « en moins de deux ans ». 2 ans c’est trop court. A peine va-t-on pouvoir profiter du port du masque obligatoire qu’il va falloir déjà s’en séparer. Et, concernant les 800 000 morts, force est de constater que cela ne représente qu’environ 0,01 % de la population mondiale. Mais, comme disait Lamartine : « L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive ; Il coule, et nous passons ! ».
a écrit le 22/08/2020 à 18:08 :
Les médias veulent toujours avoir quelque chose a annoncer, surtout si cela peut être démentie par la suite... c'est une rente... vous dis je!
a écrit le 22/08/2020 à 14:54 :
je dis tous et son contraire, je fais des recommandations à tous et à tous va.Je publie des articles frauduleux et faux. Je corromps les systèmes médicaux et pharmaceutiques aux 4 coins de la planète. Je ne représente personne , ni démocratiquement ni nationalement . je suis l’outil de la mondialisation et un cheval de Troie dans tous le pays où je m’incruste . je suis pour le bonheur et la santé en échange de plus d'argent.
Qui suis je ?
1 indice : le nom de l'organisation mondiale de la santé visée est site 1 fois dans le titre de l'article
a écrit le 22/08/2020 à 12:31 :
Déclaration officielle de l’oms👍
Et la déclaration officieuse ?
Nous préférons la 2 ème ( et la vérité).
a écrit le 22/08/2020 à 11:41 :
Quel est l'intérêt de faire une telle déclaration ????

Pour ma part j'annonce un vaccin contre le SIDA d'ici à 25 ans
a écrit le 22/08/2020 à 11:21 :
Toutes ces institutions internationales sont vraiment de moins en moins crédibles, ils n'ont rien vu arriver mais "espèrent" (n'importe quel salarié se ferait virer pour moins que ça... ) que ça va aller mieux dans deux ans on dirait des annonces d'une autre institution internationale aussi grotesque qu'est l'UE, demain tout ira mieux.

Plus sûrement des nids à emplois fictifs juste là pour donner du fric à une filiation oligarchique désespéramment incompétente. Le jour où la classe dirigeante comprendra que leur fric ne leur tombe pas dessus du ciel parce que possédant la science infuse à leur naissance, l'humanité aura enfin fait un immense pas.

Les êtres humains sont laids et ridicules avec des maques sur la gueule, si nos dirigeants espèrent nous rendre aussi grotesques qu'eux qu'ils sachent que cela n'est pas possible, que leur rôle est de nous diriger et non nous humilier se cachant sans cesse derrière leurs fuites incessantes de leurs immenses responsabilités, charge devenue visiblement bien trop lourde pour eux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :