Fraude fiscale internationale : les États musclent leurs échanges de données

 |   |  1174  mots
(Crédits : © Kacper Pempel / Reuters)
Près de 100 pays ont échangé des données sur 84 millions de comptes financiers en 2019, contre 47 millions en 2018, selon de récentes données de l'OCDE. Malgré cette intensification des échanges, la sophistication toujours plus poussée des pratiques d'optimisation et la concurrence fiscale exacerbée à l'échelle de la planète compliquent la tâche des organisations internationales de contrôle.

L'étau se resserre sur les fraudeurs. Selon un bilan de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) rendu public ce mardi 30 juin, près d'une centaine d'Etats (97) ont échangé des renseignements sur environ 84 millions de comptes financiers implantés à l'étranger par leurs résidents, contre 47 millions en 2018 et 11 millions en 2017. Cette montée en puissance résulte d'une plus grande coopération entre les Etats depuis quelques années en matière de données bancaires alors même que le multilatéralisme est mis à mal par certaines grandes puissances.

"Le système d'échange multilatéral créé par l'OCDE et piloté par le Forum mondial procure désormais aux pays du monde entier, y compris à de nombreux pays en développement, une mine d'informations nouvelles grâce auxquelles leurs administrations fiscales peuvent s'assurer que les comptes à l'étranger sont dûment déclarés. Les pays vont pouvoir mobiliser beaucoup plus de recettes, ce qui est particulièrement important à la lumière de la crise actuelle du Covid-19, tout en se rapprochant d'un monde où les fraudeurs ne pourront plus se cacher" a déclaré le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurría dans le communiqué.

Malgré ces efforts, l'opacité et le dumping fiscal demeurent bien ancrés dans certains Etats qui utilisent ces leviers pour tenter d'attirer les multinationales au détriment de l'administration fiscale d'origine.

> Lire...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2020 à 9:42 :
Bref une énième stratégie clientéliste et c'est tout.
a écrit le 01/07/2020 à 22:23 :
Ah bien. Demandez mr. Cahuzac comme conseillier du gouvernement. Success garantie.
a écrit le 01/07/2020 à 19:05 :
C'est étonnant de constater que c'est toujours le Citoyen qui se fait leurrer, en permanence, par de vilains personnages qui se disent: "citoyen du monde"!
a écrit le 01/07/2020 à 14:05 :
les gens vont passer par bitcoin
et quand y aura des pbs ils feront autrement
c'est comme les lois antiblanchiments, sur le papier elles ciblent les vilains mafieux, mais comme les resultats sont a 0 ca cible le vulgus pecus qui va etre flique de toute part, surtout s'il n'a rien a se reprocher
un peu comme la loi a 80kmh qui n'a sauve aucune vie mais remplit bien les caisses, et toutes ces lois dont on annonce qqch mais ou personne n'est dupe sur la finalite

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :