Durable pour qui ? L'huile de palme et le débat environnement-développement

 |   |  938  mots
Une usine de transformation d'huile de palme à Sepang, en Malaisie.
Une usine de transformation d'huile de palme à Sepang, en Malaisie. (Crédits : Reuters)
Les mesures prises au niveau européen à l'encontre des importations d'huile de palme au nom du développement durable ne prennent pas en compte les intérêts et les préférences des pays producteurs. Par Hiroko Shimizu et Cécile Philippe, respectivement chercheur associée et directrice générale de l'Institut économique Molinari.

Début avril, le Parlement européen a voté une résolution concernant la production d'huile de palme en lien avec la déforestation des forêts tropicales. Celle-ci inclut un schéma de certification unique et européen qui s'imposera à toutes les importations d'huile de palme en 2020. Elle est supposée garantir que seule une huile de palme durable pourra entrer sur le marché de l'Union européenne (UE). Elle imposera aussi un étiquetage ou l'utilisation d'autres moyens technologiques pour donner accès à cette information.

Il est devenu courant que des organisations environnementales ou des décideurs politiques exigent l'adoption de mesures sur la base de concepts tels que la « durabilité », la « neutralité carbone », ou encore « l'approvisionnement écologique ». Le but de ces mesures vertes est de minimiser l'impact environnemental de l'action humaine. Il est évident que ces objectifs sont louables et qu'il est bon d'essayer de produire sans nuire à l'environnement. Cependant, on peut aussi se demander si cette lutte contre l'huile de palme peut atteindre son objectif ainsi.

Le résultat d'une demande mondiale

Tout d'abord, il faut bien garder en tête que la culture de l'huile de palme est le résultat d'une demande mondiale d'huile végétale bon marché. Cette demande ne va pas disparaître. Toutes les cultures présentent des avantages et des désavantages. Il n'est ainsi pas surprenant de constater que WWF accuse aussi la production de soja de détruire la forêt amazonienne et d'autres terres sauvages de valeur en Amérique du Sud. Le problème à résoudre est de trouver les meilleurs moyens de répondre à la demande en huile végétale tout en minimisant l'impact environnemental à long terme.

Pour ce faire, il faut garder à l'esprit que l'huile de palme a de nombreux avantages en termes de productivité, de volume de production, de prix, de qualité et de conservation si on la compare à d'autres sources possibles d'huile végétale comme le colza ou le soja. Cela explique évidemment son succès sur le marché. Ainsi, les arbres à huile de palme produisent presque 10 fois plus d'huile à l'hectare que le soja et 5 fois plus que le colza. D'autre part, la production d'huile de palme nécessite environ 70% moins d'engrais, de pesticides et de carburant pour produire la même quantité d'huile de colza ou de soja. Remplacer l'huile de palme par d'autres plantes aura donc un impact environnemental certain.

90% de la déforestation causée par les êtres humains produite avant 1950

Plus important encore, il faut éviter de tomber dans le piège qui consiste à séparer le développement économique de l'amélioration de l'environnement. En effet, l'histoire de la déforestation montre qu'au moins 90% de la déforestation causée par les êtres humains s'est produite avant 1950. Ces derniers ont, en effet, défriché d'importantes zones forestières afin de se fournir en logement, en nourriture, en chaleur et en toutes sortes d'objets. L'utilisation massive du charbon à partir du 19e siècle a néanmoins marqué le début de l'inversion de cette tendance qui allait s'accélérer avec l'avènement du gaz naturel et du pétrole. Ces nouvelles sources d'énergie ne furent pas seulement des substituts aux combustibles issus de la biomasse. Elles améliorèrent aussi considérablement la productivité agricole et réduisirent le besoin en animaux de ferme, qui eux-mêmes consommaient une portion significative des récoltes céréalières. La France a sans doute été le premier pays à expérimenter ce qui a depuis été décrit comme « une transition forestière », à savoir que la surface consacrée aux forêts s'est accrue d'un tiers entre 1830 et 1960, et d'un quart supplémentaire depuis 1960.

En Malaisie, les forêts sont en croissance

Des processus similaires, d'intensité et d'étendue variable, se sont produits dans toutes les forêts tempérées et boréales des pays développés dont le PIB par habitant excède 4.500 dollars/an et de certains pays émergents comme la Chine et l'Inde. En Malaisie - un des principaux producteurs d'huile de palme -, les forêts sont aussi en croissance. Toujours est-il que l'Indonésien continue de mourir 9 ans plus tôt que le Français et de gagner 84% de moins. Le taux de mortalité des enfants de moins d'un an reste 7,6 fois plus élevé. Dans tous ces pays, les gens ont besoin de devenir plus riches ce qui concomitamment les conduisent à prendre davantage en compte l'environnement dans sa globalité.

Une concurrence active profitant à ces pays comme aux nôtres

Le Parlement européen propose des tarifs, des barrières douanières et autres mesures politiques centralisées. Cela peut nous donner le sentiment que nous agissons noblement mais cela ne va pas aider les pays encore pauvres à devenir plus riches et à faire des transitions favorables à l'environnement. Un système plus décentralisé, fondé sur la responsabilité d'acteurs directement impliqués, qu'ils soient producteurs ou acheteurs, est plus à même de permettre un développement économique compatible avec un meilleur environnement. Dans cette optique, les facteurs clés de succès résident avant tout dans l'émergence de droits de propriété bien définis et d'une concurrence active, profitant à ces pays comme aux nôtres.

 Avec l'approche du Parlement européen sur l'huile de palme, on a l'impression qu'une Europe prospère et développée aurait le droit moral de réduire les opportunités de marché des pays émergents sans réaliser que cela va réduire leur développement économique et environnemental. Tout ceci est à l'opposé du but à long terme qu'il s'agit d'atteindre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2017 à 11:54 :
Le "durable", "l'équitable", etc. sont la nouvelle terminologie marketing pour faire croire au consommateur qu'il "aide" quelqu'un quelque part. La réalité, c'est que derrière tout cela se cache le profit. Je ne suis pas contre le profit, mais contre le mensonge :-)
a écrit le 18/04/2017 à 10:26 :
Bachelard l'a dit: le simple est toujours le simplifié. Derrière d'indéniables bonnes volontés, des mesures brutales, mal réfléchies, qui peuvent s'avérer négatives. un exemple parmi d'autres, comme cette course au tout bio sensé être la panacée, sans jamais se poser la question du risque induit par l'abandon des méthodes éprouvées de lutte contre les pestes.. in fine, agir avec constance, dans un souci d'esprit scientifique, avec une revue des résultats obtenus et espérés, sans jamais céder au négationnisme ou à l'idéologie mortifère irrationnelle.
a écrit le 18/04/2017 à 10:18 :
Bravo, cela c'est du journalisme! Enfin un article de journal qui sort de la médiocrité médiatique ambiante.J'ai étudié les huiles végétales il y a quelques années je confirme donc ce que vous dites; D'un point de vue composition chimique il n'y pas de différence significative de composition entre les huiles végétales, il s'agit à 99% de produits similaires. Je rajouterai simplement qu'il y a quelques années l'union européenne a développé la production d'huiles végétales pour additiver l'essence, les investissements en Europe ont été d'environ 200 milliards d'euros. Ultérieurement on s'est aperçu que c'était une erreur ou tout au moins immoral alors qu'il y a encore plusieurs millions d'humains qui meurent de faim. Il aurait été logique d'arrêter ces usines, mais cela au prix de pertes économiques, de problèmes d'emploi et de problèmes agricoles. C'est donc la loi du silence qui s'est imposé. Il est donc nécessaire d'interdire l'huile de palme dont la production à l'hectare est dix fois supérieure.
a écrit le 17/04/2017 à 18:28 :
Dire que c'est le résultat d'une demande mondiale est un mensonge qu'il serait temps d'arrêter de dire ou d'écrire.

Nous autres consommateurs sommes obligés d'utiliser tels ou tels produits pour des milliers de raisons, c'est l'offre qui met ce qu'elle veut dans ses produits et ensuite nous dit que c'est nous autres consommateurs qui le voulons, cette escroquerie sémantique est particulièrement détestable.

Le consommateur ne décide de rien ou très peu et c'est sur ce très peu que reposent l'argumentaire massue et mensonger des multinationales que leurs actes seraient uniquement motivés par notre volonté.

Hypocrites.
Réponse de le 18/04/2017 à 9:48 :
Demande, oui, l'huile magique. Va dans les carburants (moins cher que le pétrole et dite "écolo", il faut mettre des huiles végétales dans les carburants, c'est écolo car pas fossile), pour l'industrie alimentaire, ne rancit pas donc repousse les dates limites, est solide (sais plus à quelle température elle fond), pas chère du tout, que des vertus !! Ensuite aux gens de regarder les compositions et essayer de s'en passer, pas facile (dans les shampooings, y a des dérivés, comme tensioactif). Haut rendement de production, prix bas un miracle.
En ai jamais vu nulle part en boutique (pour faire de la pâtisserie (je blague)) sauf chez Bioc***, en blocs (au frais). Si les industriels s'en servent pourquoi n'en trouveraient-ont pas dans le commerce ?
a écrit le 17/04/2017 à 16:42 :
On en met dans les carburants (et dans le chocolat fantaisie aussi, pas cher et 5% autorisé), même si on n'en mange plus du tout, il y aura des besoins quand même.
J'en ai vu dans un magasin bio, ça semble analogue à la Végétaline comme usage. (?)
Une huile qui n'a que des vertus, comment s'en passer ?
a écrit le 17/04/2017 à 16:36 :
Pour écrire un article autant orienté, Hiroko Shimizu et Cécile Philippe ont dû recevoir quelques menus subsides du lobby des producteurs d'huile de palme. Toute la désinformation possible est concentrée dans cet article. Une honte.
"Dans tous ces pays, les gens ont besoin de devenir plus riches ce qui concomitamment les conduisent à prendre davantage en compte l'environnement dans sa globalité."!!!!!!!!!Qui devient riche? Qui détruit l'environnement? Certainement pas les "gens de ces pays". Les "gens de ces pays" sont toujours aussi pauvres qu'avant, on leur a souvent "piqué" (volé) leur terre, leur environnement est désormais pollué et de "pauvres mais libres", ils sont devenus "esclaves ET pauvres".
Réponse de le 17/04/2017 à 21:36 :
Et pour continuer leur propagande mensongère, les écolos reçoivent d'importants subsides.
De tout ceux qui refusent que la masse du peuple se développe.
C'est pour cela que l'huile de palme et toutes les autres choses de même natures qui permettent le développement doivent être combattues par les traitres au peuple qui la dirigent.
Réponse de le 18/04/2017 à 2:00 :
Vous racontez n'importe quoi. Avant d'affirmer des stupidité renseignez vous. la Malaisie a vu sa situation s'améliorer considérablement ce 50 dernières années comme toute l’Asie d'ailleurs excepté les pays qui s’accroche au lubies communiste.
les escrologistes sont près à tout les mensonges pour faire avancer leur idéologie mortifère. Si on les écoutaient c'est par millions que les gens mouraient partout dans le monde, victimes de leur quête insensée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :