Ingérence russe en 2016 : Trump avait-il été mis au courant par la CIA ?

 |   |  656  mots
En direct de la Maison Blanche, Donald Trump a tenté de désamorcer la crise en assurant qu'il n'avait jamais prétendu que Moscou ne cherchait pas à s'ingérer dans les affaires intérieures des États-Unis.
En direct de la Maison Blanche, Donald Trump a tenté de désamorcer la crise en assurant qu'il n'avait jamais prétendu que Moscou ne cherchait pas à s'ingérer dans les affaires intérieures des États-Unis. (Crédits : Reuters)
Deux semaines avant son investiture, Donald Trump a reçu des renseignements hautement confidentiels indiquant que le président russe Vladimir Poutine avait personnellement ordonné des cyberattaques pour influencer l'élection américaine de 2016, révèle le New York Times ce jeudi 19 juillet. Ces informations font écho à la polémique qui enfle aux États-Unis à la suite du "fiasco d'Helsinki". Lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine, le président américain s'était refusé à condamner l'ingérence russe dans son élection de 2016, avant de rétropédaler.

Si l'information est confirmée, Donald Trump aurait donc (encore) menti. Ce jeudi 19 juillet, le New York Times indique que le président américain aurait bien été mis au courant des ingérences russes dans son élection en 2016, deux semaines avant son investiture. La preuve repose sur des textes et des e-mails d'officiers militaires russes et sur diverses informations glanées auprès d'une source "top secrète", décrivant à la CIA comment le Kremlin a mis en oeuvre sa campagne de piratage et de désinformation contre Hillary Clinton, candidate malheureuse du camp démocrate.

Selon plusieurs personnes ayant assisté au briefing du renseignement américain ce jour-là, Donald Trump semblait convaincu, ajoute le quotidien new-yorkais.

Des rétropédalages en cascade

Pourtant, le 16 juillet à Helsinki, lors de sa conférence de presse avec Vladimir Poutine, le locataire de la Maison Blanche s'était (dans un premier temps) refusé à condamner une quelconque ingérence russe dans son élection en 2016. La veille, il avait même dénoncé une "chasse aux sorcières" menée selon lui par le FBI qui enquête sur l'interférence de Moscou dans la présidentielle américaine.

Face à la bronca des démocrates, mais surtout des républicains, l'accusant de trahison, Donald Trump a finalement été plus ou moins contraint de revenir sur ses propos, prenant même le parti de ses services de renseignement pour qui il a un profond "respect".

Et puis, nouveau rétropédalage sur CBS News hier : le président américain a publiquement reconnu les conclusions de Dan Coats, le directeur du renseignement national, selon laquelle la Russie continue à s'ingérer dans les élections américaines, notamment dans les scrutins de mi-mandat. Alors que, quelques heures plus tôt, il avait affirmé le contraire, estimant que la Russie ne visait plus les intérêts américains.

"C'est un expert (...) Il fait du très bon travail. J'ai une immense confiance en Dan Coats, et s'il le dit, je l'accepte", a-t-il concédé.

--

--

En tout cas, Obama savait

La veille du sommet d'Helsinki, Donald Trump s'en était pris à son prédécesseur, Barack Obama, et aux démocrates de n'avoir rien fait lorsque le FBI les a prévenus de l'existence d'une possible ingérence de Moscou dans la campagne de 2016.

"Le président Obama pensait que 'Crooked' Hillary allait gagner les élections, alors lorsqu'il a été informé par le FBI au sujet de l'ingérence russe, il a dit que cela ne pouvais pas arriver, que ce n'était pas grand chose, et il n'a rien fait à ce sujet. Quand j'ai gagné, c'est devenu une grosse affaire et la chasse aux sorcières truquée dirigée par Strzok !"

En effet, le 23 juin 2017, le Washington Post révélait que la CIA avait averti le président Barack Obama, dès août 2016, que les piratages du Parti démocrate avaient été ordonnés par Vladimir Poutine dans le but de nuire à Hillary Clinton et d'aider Donald Trump. Plusieurs mois plus tard, le 7 octobre 2016, Washington avait accusé publiquement les plus hauts échelons du gouvernement russe d'avoir fomenté ces piratages informatiques.

Dans le plus grand secret, Barack Obama avait alors ordonné à ses services de renseignement d'obtenir le plus d'informations possibles et de dresser une liste de représailles possibles, notamment économiques. En décembre 2016, 35 espions sous couverture officielle sont expulsés du territoire, deux ambassades fermées en Russie et des sanctions économiques sont prises contre les services secrets russes.

Finalement, ce n'est qu'en janvier 2017 que les États-Unis ont accusé Vladimir Poutine d'avoir cherché à déstabiliser le système électoral américain.

Comme le rappelait le Post (puis Le Monde), Barack Obama aurait été réticent à riposter avant l'élection, de peur que la Russie ne lance des attaques le jour du scrutin, et également par crainte que toute action ne soit interprétée politiquement par l'opposition.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2018 à 14:08 :
Les russes ont bien compris que Trump admirait les hommes forts tel Poutine. Les russes ont influencé l'élection ce qui valide parfaitement leur doctrine militaire qui met en avant la cyber-guerre. Maintenant si Trump agit contre Poutine, il déclareront qu'ils ont effectivement influencé l'élection. Les russes n'ont pas beaucoup d'argent mais ils sont malins.
a écrit le 20/07/2018 à 10:56 :
Cette histoire d’ingerence Russe, a quand même commencée sur la fin du mandat d’Obama. Il est étonnant que sa responsabilité ne soit jamais questionnée sur toute cette histoire !!!
a écrit le 19/07/2018 à 20:16 :
Je ne doute pas une seule seconde du fait que le CIA ait mis Trump au courant des résultats de leurs enquêtes.
De la même façon, je suis également persuadé que Trump savait parfaitement que les russes lui ont donné un coup de main, sinon les contacts entre son staff de campagne et les russes sont incompréhensibles. Donc la CIA ne lui a rien appris.

J'espère seulement que la CIA ne lui a rien révélé d'important, parce que je suis que Poutine l'a manipulé comme un gamin et lui a tiré les vers du nez.
Réponse de le 19/07/2018 à 22:42 :
Voyons les russes ont peut-être dévoilés des choses.
Pendant ce temps là il est prouvé que Clinton et le Staff du parti démocrate avaient manipulé les primaire pour faire perdre Sanders.
Toutes les prévision donnaient Trump gagant contre Clinton et perdoant contre Sanders. Va t'il y a avoir des sanctions contre le parti démocrate et son staff pour intervention dans les éléctions?
a écrit le 19/07/2018 à 13:07 :
Un bon article pour alimenter le feuilleton fétide de l'élection de Trump, qui dure depuis 18 mois, alimenté (entre autres) par James Comey et Robert Mueller . A suivre ...
a écrit le 19/07/2018 à 11:49 :
Reconnaître le succès de l’ingérence russe c'est admettre la défaite des USA! Mais comme pour le 9/11 l'ennemie est a l'intérieur!
a écrit le 19/07/2018 à 11:37 :
Attention Poutine et Trump ont placé des micros dans votre bureau !

Brrrr... le péril brun-rouge ! :D

Je vends cette idée aux européistes s'ils le veulent, ça peut marcher au point où on en est...

Vite un frexit.
a écrit le 19/07/2018 à 11:15 :
C'est délicat de pouvoir penser que l'ingérence étrangère l'a fait élire, donc qu'il est nul voire une marionnette. Élu grâce à ses qualités est plus gratifiant. To be or not to be ?
Pour ça qu'il louvoie, rame, se contredit. Sur quel pied danser ?
a écrit le 19/07/2018 à 10:07 :
Trump est un dangereux bolchévique infiltré par la mafia russe organisée par Poutine. TOUT le démontre et ceux qui s'opposent à cette idée ne sont que des protagonistes de la russosphère !

C'est bon ça j'ai le droit de le dire je suppose ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :