Kaboul : un attentat suicide fait 63 morts et 182 blessés

 |   |  376  mots
En Afghanistan, les talibans et les Etats-Unis tentent en ce moment de négocier un accord de paix prévoyant un retrait des forces américaines en échange de garanties de sécurité qu'apporteraient les talibans.
En Afghanistan, les talibans et les Etats-Unis tentent en ce moment de négocier un accord de paix prévoyant un retrait des forces américaines en échange de garanties de sécurité qu'apporteraient les talibans. (Crédits : Reuters)
Le groupe Etat islamique a revendiqué dimanche cette attaque, intervenue lors d'un mariage.

Article mis à jour à 14h20

Un attentat suicide samedi soir en plein mariage à Kaboul a fait 63 morts et 182 blessés, a annoncé le ministère afghan de l'Intérieur. Le groupe Etat islamique a revendiqué dimanche l'attentat, qui s'est produit dans un quartier de la minorité chiite, dans l'ouest de la capitale afghane. Dans son communiqué diffusé via Telegram, l'organisation extrémiste sunnite déclare avoir visé des "apostats". Apparus en Afghanistan en 2014, les militants se réclamant du groupe EI progressent depuis dans l'est et le nord du pays, combattant à la fois les forces gouvernementales, les forces internationales et les talibans.

Pour leur part, les talibans avaient rapidement démenti toute responsabilité et condamné cet attentat. Mais le président afghan, Ashraf Ghani, avait estimé, avant la revendication de l'EI, que les talibans ne pouvaient se soustraire à leur responsabilité dans cette attaque "barbare".

"Les talibans ne peuvent s'absoudre eux-mêmes puisqu'ils fournissent une base aux terroristes", a-t-il accusé sur Twitter.

Des négociations sans le gouvernement afghan

L'attaque suicide intervient alors que les talibans et les Etats-Unis tentent de négocier un accord de paix prévoyant un retrait des forces américaines en échange de garanties de sécurité qu'apporteraient les talibans. Les discussions qui se déroulent au Qatar en sont à huit cycles, et un neuvième devrait débuter bientôt. Les militants du groupe Etat islamique ne sont pas partie prenante au processus en cours depuis la fin de l'année.

L'ouverture à la fin de l'année dernière des discussions entre les Etats-Unis et les talibans n'a donné lieu à aucun répit dans les violences et les attentats à la bombe qui ensanglantent l'Afghanistan. Ces négociations, auxquelles ne participe pas le gouvernement afghan - les talibans ne reconnaissent pas sa légitimité -, inquiètent en outre une partie de la population, qui redoute un déchaînement de violences et un retour aux règles drastiques du régime taliban de la fin des années 1990.

Quelque 14.000 soldats américains sont actuellement déployés en Afghanistan, et Donald Trump ne fait pas mystère de sa volonté de réduire leur nombre d'ici à l'élection présidentielle de 2020 et de mettre fin à une intervention militaire qui dure depuis fin 2001.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/08/2019 à 16:21 :
Les attentats sont «  des actes inhumains »!
Ceux qui font «  ça » ne sont des monstres ».
Tuer est «  inhumain »et «  criminel »
Courage à cette population du monde .
a écrit le 18/08/2019 à 13:48 :
La situation semble être inextricable: pauvres gens.
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :