New Delhi interdit 118 applications chinoises

 |  | 498 mots
Lecture 3 min.
Parmi les applications visées figure le jeu vidéo PUBG, qui a des millions d'utilisateurs en Inde, ainsi que des services fournis par Tencent.
Parmi les applications visées figure le jeu vidéo PUBG, qui a des millions d'utilisateurs en Inde, ainsi que des services fournis par Tencent. (Crédits : Aly Song)
Cette opération, annoncée ce mercredi, intervient dans un contexte de tensions accrues entre l'Inde et la Chine, au sujet d'un différend frontalier.

L'Inde a annoncé ce mercredi l'interdiction de 118 applications mobiles chinoises, intensifiant ainsi ses mesures de rétorsion économiques sur fond d'un différend frontalier qui s'envenime avec la Chine.

Le ministère des Technologies de l'information a accusé ces applications de voler les données des utilisateurs et de permettre des activités "préjudiciables à la souveraineté et l'intégrité de l'Inde, la défense de l'Inde, la sécurité de l'État et l'ordre public".

Parmi les applications visées figure le jeu vidéo PUBG, qui a des millions d'utilisateurs en Inde, ainsi que des services fournis par Tencent.

Lire aussi : Les bénéfices de Tencent dopés par les jeux vidéo

Tensions à la frontière

Cette annonce intervient alors que le différend s'envenime à propos de la frontière contestée dans l'Himalaya entre l'Inde et la Chine. Le 15 juin, dans une vallée disputée du Ladakh, des combats au corps-à-corps entre leurs soldats ont fait 20 morts côté indien et un nombre inconnu de victimes dans les rangs chinois.

Il s'agissait de la première confrontation meurtrière entre les armées des deux pays en 45 ans.

Mardi, une représentante du Parlement tibétain en exil, Namghyal Dolkar Lhagyari, a annoncé qu'un soldat d'origine tibétaine engagé au sein des forces spéciales indiennes avait été tué samedi lors d'un accrochage frontalier avec l'armée chinoise. Durant le week-end, deux incidents se sont produits en 48 heures dans la région du Ladakh.

L'Inde et la Chine se sont mutuellement accusées d'avoir franchi samedi soir, puis lundi, la Ligne de contrôle effectif ("Lign of Actual Control", LAC), frontière de facto qui n'est pas clairement démarquée.

Des jeux, services de paiement en ligne ou sites de rencontre bloqués

L'Inde a interdit récemment des dizaines d'applications chinoises, en invoquant la sécurité nationale et la protection des données.

Après les combats de juin, New Delhi a bloqué 59 applications chinoises dont la populaire plateforme de partage de vidéos TikTok. Quarante-sept autres, dont plusieurs étaient des versions réduites ou des variantes des applications déjà interdites, ont été interdites fin juillet.

Lire aussi : Le chinois TikTok contre-attaque en justice contre les sanctions américaines

Les applications mobiles interdites mercredi comprennent des jeux, des services de paiement en ligne, des sites de rencontre et même un logiciel pour éditer ses selfies.

PUBG a été développé par une compagnie sud-coréenne mais sa version pour téléphone portable connue dans le monde entier a été développée par Tencent.

Selon le ministère des Technologies de l'information, "l'extraction [des données] et le profilage par des éléments hostiles à la sécurité nationale et à la défense de l'Inde, qui empiètent en fin de compte sur la souveraineté et l'intégrité de l'Inde, est un sujet d'inquiétude immédiate et très profonde qui réclame des mesures d'urgence".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2020 à 12:59 :
Et ils font très bien ces Indiens. Loin de cet empire de menteurs et manipulateurs, digne successeur de l'URSS. Ils n'auraient pas autant magouillé, on aurait jamais entendu parler du covid dont on mettra des années à se remettre. Arrêtons de faire comme au temps de Daladier et de les considérer comme des partenaires fiables. Leur seul et unique but sera de voler la place aux Américains. Avec des résultats encore pire que ces derniers. Et au vu du nombres de débiles égocentriques en occident, ils ont toutes leurs chances !
a écrit le 03/09/2020 à 11:23 :
Impensable en France et en UE !! Ou on a fait allégeance aux chinois officiellement "grace" au covid...
a écrit le 03/09/2020 à 10:59 :
Guerre entre l'inde et la Chine à la frontière himalayenne. Rafale versus j20, chinois. Dassault renforce sa présence militaire en Inde en Grèce en Lituanie en Croatie. Sortie de crise du covid pour dassault !!!! La Chine ne fait plus recette avec les tensions commerciales avec les américains en mer de Chine, la guerre commerciale à outrance, la répression des ouïghours, le cas Hong Kong. La puissance de la Chine s'affirme mais ne fait plus recette.
a écrit le 03/09/2020 à 9:01 :
Résultat logique de cette tension palpable entre ces deux pays, ne pas oublier quand même qu'il y a eu un combat entre leurs deux armées, il vaut mieux que la guerre se déplace sur le terrain économique même si cela n'arrange pas les affaires de la dégénérée et cupide oligarchie financière.
a écrit le 02/09/2020 à 23:32 :
Mais vous êtes choques mes amis français pk ça?Vous êtes avec des chinois et des indiens simultanement.Mais c'est po possibles mes cheries.Qu'est-ce que vous gagnez de chinois rien quelques bouteilles du vin et de la champagne.Et en même temps les chinois volent vos technologies votre savoir faire pauvres amis français c'est vraiment dommage.Mais en même temps vous gagnez bcp d'Inde des Rafales Renault est trés bien positioner la bas pas comme en Chine ou vous pouvez presuqe rien vendre.Mais l'Inde et la Chine sont des énémies et maintenent vous êtes confus.
a écrit le 02/09/2020 à 18:38 :
Encore mieux que Trump !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :