Philippines : le président menace d'arrêter les non vaccinées contre le Covid-19

Dans une allocution télévisée, le président philippin Rodrigo Duterte a déclaré jeudi que les personnes non vaccinées contre le Covid-19 seraient arrêtées si elles contreviennent aux règles d'isolement, alors que les infections atteignent un niveau record.

1 mn

Rodrigo Duterte
Rodrigo Duterte (Crédits : LISA MARIE DAVID)

Si en France, le chef de l'Etat cherche à « emmerder jusqu'au bout » les non vaccinés contre le Covid-19 en transformant le pass sanitaire en pass vaccinal, son homologue philippin, Rodrigo Duterte, a déclaré ce jeudi que les personnes non vaccinées contre le Covid-19 seraient arrêtées si elles contreviennent aux règles d'isolement, alors que les infections atteignent un niveau record.

Dans une allocution télévisée, il a en effet déclaré qu'il demandait aux responsables locaux d'identifier les personnes non vaccinées et de s'assurer qu'elles restent confinées chez elles.

"Si une personne refuse, si elle sort de chez elle et fait un tour, elle pourra être retenue. En cas de refus, les récalcitrants pourront être arrêtés", a souligné Rodrigo Duterte. "Je suis responsable de la sécurité et du bien-être de chaque Philippin", a-t-il justifié, défiant ceux qui l'accusent lui et son gouvernement d'une utilisation abusive des fonds de lutte contre la pandémie.

45% de vaccinés

Le nombre de personnes complètement vaccinées aux Philippines était de 49,8 millions fin 2021, soit 45% des 110 millions d'habitants du pays. Avec les nouvelles règles en vigueur — consécutives à l'apparition d'Omicron —, les personnes non vaccinées de la région de la capitale, Manille, ne peuvent sortir de chez elles que pour motifs impérieux.

Selon le ministère philippin de la Santé, les infections quotidiennes au COVID-19 ont atteint leur plus haut niveau depuis le 26 septembre, avec 17.220 cas, portant le nombre total de cas à plus de 2,88 millions et le nombre de décès à plus de 51.700 — les deux taux les plus élevés en Asie du Sud-Est, après l'Indonésie.

(Reuters)

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 21/01/2022 à 20:07
Signaler
Dans ces situations, on discerner qui sont les déséquilibrés qui gouvernent. Rien de nouveau, pour DUTERTRE, se revendiquant un criminel, quand il était maire de la capital, Et Qui a laissé la police tuer n’importe quel dealer de rue 20ans vivant l...

à écrit le 07/01/2022 à 23:28
Signaler
Chers amis commentateurs : connaissez vous la raison de ce discours???? Non probablement. Il y a 10 jours le nombre de cas journaliers était revenu à 200 après une vague de 5 mois et un confinement. La, une philippine venant de l'etranger (et probab...

à écrit le 07/01/2022 à 8:43
Signaler
Les labos ont du lui promettre du pognon à lui aussi.

à écrit le 06/01/2022 à 21:19
Signaler
Pour nous, c'est la prochaine étape. On est plus lents. Mais c'est déjà programmé par Schwab dans son programme politique mondial, disponible dans toutes les bonnes librairies ou sur commande. Chaque pays a son plan d'investissement de camps de réédu...

le 07/01/2022 à 8:07
Signaler
Ben déjà prendre pour argent comptant les déclarations d'un meurtrier faut faire fort hein en effet rien ne leur fait peur, ils ne reculeront devant aucun obscurantisme visiblement... -_-

à écrit le 06/01/2022 à 20:04
Signaler
Un petit tour sur internet pour savoir de qui on parle ne serait pas du luxe les gars, mauvaise pioche.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.