Quatrième semaine de "shutdown", quelles conséquences ?

 |   |  837  mots
(Crédits : Leah Millis)
Dépassant le précédent record de 21 jours de "shutdown" de l'ère Clinton, et faute d'accord budgétaire pour financer le gouvernement en 2019, l'administration fédérale est immobilisée. Quelque 800.000 employés fédéraux sont au chômage forcé ou travaillent sans solde.

Près de quatre semaines de fermeture partielle des administrations fédérales aux États-Unis, et toujours l'impasse politique: le "shutdown", catastrophe pour les finances de nombreux fonctionnaires non payés, semble loin de se résoudre.

Le président Donald Trump réclame que soit inscrit dans le budget fédéral 5,7 milliards de dollars pour financer un mur à la frontière avec le Mexique pour lutter contre l'immigration illégale, ce que l'opposition démocrate refuse catégoriquement. Ce différend contraint depuis plus de trois semaines quelque 800.000 employés fédéraux au chômage forcé, ou à travailler sans solde pour ceux dont les emplois sont jugés essentiels.

Hier, le président et ses opposants démocrates ont continué à s'accuser mutuellement d'être responsables du blocage.

"Il est de plus en plus évident que les démocrates radicaux sont le parti des frontières ouvertes et de la criminalité. Ils ne veulent pas entendre parler de la crise humanitaire majeure à notre frontière sud", a tweeté le milliardaire républicain.

"Le président a dit qu'il ne rouvrirait pas le gouvernement, il garde sa position et ne changera pas d'avis", a rétorqué Chuck Schumer, chef des démocrates au Sénat.

Pour les fonctionnaires, l'angoisse du "shutdown"

Les fonctionnaires affectés par le "shutdown" doivent continuer à payer leurs factures et à rembourser leurs prêts. Des initiatives solidaires se multiplient pour leur venir en aide.

Le célèbre chef américano-espagnol Jose Andres, très critique de Donald Trump, a ouvert mercredi une "cuisine" non loin de la Maison Blanche et du Congrès pour nourrir "tous les employés dans le besoin et leurs familles". Cette opération "ChefsforFeds" doit durer jusqu'à la réouverture des administrations. Une longue file s'est formée dès l'ouverture devant le petit restaurant qui sert sandwiches, salades et soupes à consommer sur place ou à emporter.

Des fonctionnaires se tournent aussi vers les banques alimentaires.

"Environ une personne sur trois disait être un employé fédéral en congé" lors de la distribution organisée mardi par Bread for the City, a indiqué George Jones, son responsable.

"Ce sont des gens qui ne viendraient pas normalement chez nous".

La situation est encore plus dramatique pour les salariés de sous-traitants des établissements publics. Au contraire des employés fédéraux, ils ne recevront aucune compensation quand les administrations rouvriront.

"Je vais bientôt perdre ma voiture car je suis en retard (sur les remboursements), je vais bientôt perdre mon assurance santé, mon assurance auto et mon permis de conduire car j'ai un échéancier avec le Département des véhicules à moteur (DMV) et si je manque un versement, je perds mon permis", a affirmé Yvette Hicks, 40 ans et qui travaille pour l'institution culturelle Smithsonian.

Face aux dettes qui s'accumulent, les grandes banques ont mis en place des facilités de paiement sous la forme de prêts sans intérêt ou de crédits à la consommation aux intérêts très faibles. Les fournisseurs d'accès à internet et compagnies de téléphonie mobile ont également annoncé des facilités de paiement.

En Virginie et dans le Maryland, plusieurs foires à l'emploi sont organisées cette semaine pour ceux voulant un travail rémunéré pendant le "shutdown".

Un impact économique sur le pays

Le blocage a aussi un coût pour l'économie américaine. Selon le New York Times, le gouvernement a estimé qu'il ferait perdre en janvier 0,5 point de pourcentage de croissance trimestrielle, deux fois plus qu'une estimation précédente.-

Exaspérée par le "shutdown" qui paralyse en partie le gouvernement américain, une brasserie de la capitale Washington a attaqué l'administration Trump en justice, au motif qu'il lui était maintenant impossible de distribuer sa bière. La brasserie Atlas Brew Works a porté plainte cette semaine contre le ministre de la Justice par intérim, Matthew Whitaker, alors que le "shutdown" était engagé dans sa quatrième semaine.

Les employés du TTB, l'administration américaine sur les tabacs et l'alcool, un petit bureau dépendant du ministère du Trésor et chargé d'approuver la vente de produits alcoolisés. Aux Etats-Unis, le commerce de nombreux produits dont l'alcool entre les différents Etats est conditionné à l'approbation du TTB.

Et pendant le "shutdown", ses employés, qui ne sont pas jugés essentiels pour le bon fonctionnement du pays, ne travaillent pas.

C'est le sort de 40 fûts de "The Precious One", une bière de type IPA (India Pale Ale) devant être exportée en dehors de Washington, qui inquiète particulièrement la brasserie. "Les premiers 40 fûts de 'The Precious One+ sont prêts à être consommés. C'est une bière de saison, périssable après 120 jours", explique l'Atlas Brew Works dans sa plainte.

Et tant que le "shutdown" persiste, le produit, qui ne peut pas être gardé éternellement dans une cuve à fermentation, ne pourra pas être exporté.

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/02/2019 à 17:35 :
Pouvons-nous savoir qui est l'auteur ou autrice de l'article c'est pour un exposé. Merci d'avance.
a écrit le 17/01/2019 à 15:14 :
Finalement Trump est une sorte de super gilet jaune

Il a sa chaine de télé préférée, il crie au fake news à tout va, il bloque tous les rond-points à lui tout seul, il fait sa crise dès qu'on ne lui donne pas ce qu'il veut, il passe son temps à twitter et s'en prend à Macron.

The yellow vest president !
Réponse de le 17/01/2019 à 16:45 :
@Frank, vous comprenez sans l'accepter que la France est en train de changer et que votre UE est en danger. Ce qui explique votre hystérie contre les GJ ?
Réponse de le 17/01/2019 à 17:50 :
@Réponse de GJ365

Je suppose que les années bissextiles vous vous appelez GJ366

Rendez-vous au grand débat, si vous avez vraiment quelque-chose de constructif à proposer pour votre pays.
a écrit le 17/01/2019 à 14:07 :
CNBC fait un article sur le ralentissement de l'efficacité des mesures US de soutien à l'activité (baisses d'impôts, augmentation de la dépense publique), alors que la Chine multiplie les politiques pour essayer de stabiliser son économie :
China goes all out to boost its economy during trade talks, while the effect of US stimulus is fading, CNBC, 16/01/2019.
a écrit le 17/01/2019 à 12:03 :
Qui va perdre ? Céder en premier ?Trump ou les démocrates ?
Pour l'instant ce sont les fonctionnaires qui font les frais de la situation...pire pour ceux obligés de travailler dans être payé !
ON peut se demander comment cela est possible dans un "Grand Pays" comme les US.
Finalement rien d'étonnant quand il est possible que des dirigeants comme Trump - Nixon - Bush aient pu accéder au pouvoir dans un pays qui endette ses étudiants de plus de 1 000 milliards de dollars, sa population de plus de 10 000 milliards de dollars et son État de plus 20 000 milliards de Dollars.
America First...Yes! Pour la minorité des Ultra riches qui en profite. ( Sous entendu sur le dos des pauvres... il faut bien que quelqu'un paie).
Réponse de le 17/01/2019 à 17:11 :
Il se trouve que les fonctionnaires font des choses, et elles sont indispensables au fonctionnement de toute l'économie US, même s'il se trouve des gens pour croire le contraire.

Une brasserie US vient d'assigner l'état en justice parce qu'elle ne peut plus exporter ses produits faute d'un tampon que ne peut lui donner une administration en shutdown. Les transports aériens commencent également à être impactés à cause de la défection croissante des agents de sécurité...

Ce genre de chose va se démultiplier dans les semaines à venir et plomber l"économie.
a écrit le 17/01/2019 à 11:56 :
On peut quand même se poser des questions sur ces démocrates qui paralysent une partie du pays afin de pouvoir continuer tranquillement d'exploiter les travailleurs clandestins hein...

Oups pardon, désolé, j'oubliais la messe: "Trump est vraiment très méchant c'est évident c'est sa faute !"
Réponse de le 17/01/2019 à 14:04 :
Un réunion a été organisée il y a peu entre les dirigeants démocrates au congrès et trump. Réunion que moumoute blonde a quitté en moins de 5 minutes en boudant parce que les démocrates refusaient d'abdiquer. Quand on a l'intention d'arriver quelque part, le minimum est de se donner le temps de négocier.

Pour ce qui est du mur, même quand les républicains avaient le pouvoir dans les deux assemblées, ils n'avaient pas voulu le financer et Trump n'avait pas paralysé le pays pour autant en créant un shutdown.

Ce qui prouve que le problème c'est Trump.
Réponse de le 17/01/2019 à 15:48 :
@ multipseudos:

"Réunion que moumoute blonde"

Hum mature comme réflexion dites moi... Faites attention de ne pas trop exposer votre objectivité on ne sait jamais ! Objectivité ? Vous comprenez ce mot ?

"Ce qui prouve que le problème c'est Trump."

Tout dépend pour qui, pour les financiers il est évident que TRump est un problème on comprend bien puisqu'il les force à sortir leur pognon de leurs paradis fiscaux pour le réorienter vers l'économie réelle.

ET comme vous venez régulièrement nous le démontrer l'oligarque n'aime pas changer ses habitudes, rapidement sa capacité de raisonnement est ainsi dépassée et il est de suite perdue ne pouvant qu’amplifier sa peur maladive et du coup amplifier la destruction de la planète et de l'humanité.

Arrêtez d'avoir peur... Mais cela vous est il encore possible ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :