Qui est Gary Cohn, pressenti pour remplacer Janet Yellen à la tête de la Fed ?

 |   |  568  mots
Gary Cohn, ancien numéro 2 chez Goldman Sachs, est à la tête du Conseil économique national américain depuis décembre 2016.
Gary Cohn, ancien numéro 2 chez Goldman Sachs, est à la tête du Conseil économique national américain depuis décembre 2016. (Crédits : Reuters/Kevin Lamarque)
[PORTRAIT] A la tête du Conseil économique national américain depuis décembre, cet ancien banquier de 56 ans a passé près de la moitié de sa vie chez Goldman Sachs. Il est rapidement devenu l'homme de confiance de Donald Trump... au point d'être pressenti pour remplacer Janet Yellen à la tête de la banque centrale.

Alors que le mandat de Janet Yellen à la présidence de la Réserve fédérale court jusqu'en 2018, Donald Trump réfléchirait déjà à son remplaçant. Le nom de Gary Cohn circulerait dans les couloirs de la Maison-Blanche, selon un article de Politico publié mardi. Son atout ? Avoir conquis la confiance de Donald Trump en l'espace de six mois - au point que le président le surnomme "l'un de [ses] génies", raconte Reuters.

Les deux hommes se sont pourtant rencontrés fin novembre, après l'élection présidentielle américaine. Jared Kushner, le gendre du président américain, a orchestré la rencontre. Résultat : Gary Cohn est nommé quelques semaines plus tard à la tête du Conseil économique national. Donald Trump l'appelle désormais jusqu'à cinq fois par jour dans le bureau ovale pour des réunions improvisées, selon le New York Times.

De la sidérurgie à Goldman Sachs

Pour tenir les rênes de la banque centrale américaine, Gary Cohn peut faire valoir son expérience de près de 30 ans chez Goldman Sachs. Cet ancien banquier de 56 ans est arrivé dans le monde de la finance au culot. Issu d'une famille de la classe moyenne, il grandit à Cleveland (Ohio), où il change régulièrement d'école à cause de sa dyslexie. Avant d'arriver en sixième, Gary Cohn avait déjà fréquenté quatre écoles différentes, rapporte Business Insider. "J'étais un élève terrible", confiait-il au site en 2015. Celui qui se décrit comme un "bosseur acharné" parvient finalement à intégrer l'American University à Washington. A la fin de ses études, il retourne en Ohio pour vendre des fenêtres et travailler dans la sidérurgie.

Passionné par les marchés financiers, Gary Cohn se rend à Wall Street pendant un jour de congé pour visiter New York. Il attend alors la clôture des marchés à proximité du Four Trade World Center afin d'alpaguer "un homme très bien habillé", assure-t-il à Malcom Gladwell dans son livre "David et Goliath : L'art de Contourner les Règles du Jeu"Gary Cohn en profite pour partager un taxi avec lui, obtenir son numéro de téléphone... et un travail dans sa société de courtage, en mentant sur ses connaissances en options.

"Ni démocrate, ni républicain"

Gary Cohn rejoint ensuite Goldman Sachs en 1990 à l'âge de 30 ans pour y gravir les échelons jusqu'à devenir numéro 2 de la banque. Une fonction qui ne joue pas en sa faveur pour certains élus américains. "Il y a eu une crise financière dévastatrice il y a plus de huit ans", déclarait en février au New York Times la sénatrice Elizabeth Warren, démocrate du Massachusetts. "Goldman Sachs était au cœur de cette crise. L'idée que le président va maintenant transmettre la politique économique du pays à un cadre dirigeant de [cette banque] me retourne l'estomac."

Décrit comme démocrate par la presse américaine, Gary Cohn a soutenu financièrement Marco Rubio, rival de Donald Trump lors des primaires républicaines. Par le passé, l'ancien banquier a financé le parti démocrate. "Je ne suis ni démocrate, ni républicain", martèlerait-il en privé selon le Washington Post. "Je veux seulement que les choses soient faites."

> DIAPORAMA : Pro-russe, ex-Goldman Sachs, créationniste...les visages du gouvernement Trump

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :