Sanctions américaines : Moscou considérera celles-ci comme une "déclaration de guerre"

 |   |  358  mots
Poutine vs Trump
Poutine vs Trump (Crédits : Reuters)
La Russie considérera comme une "déclaration de guerre" économique l'adoption d'une possible deuxième salve de rudes sanctions américaines et y réagira avec tous les moyens à sa disposition, a averti vendredi le Premier ministre russe.

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi de nouvelles sanctions économiques visant la Russie en lien avec l'empoisonnement d'un ex-espion russe à l'agent innervant Novitchok au Royaume-Uni, et évoqué la possibilité d'une deuxième vague de sanctions "draconiennes" dans le futur.

"Si suivent des choses comme l'interdiction des activités de telle ou telle banque ou de l'utilisation de telle ou telle monnaie, il faudra nommer les choses clairement: c'est une déclaration de guerre économique", a déclaré le Premier ministre russe Dmitri Medvedev, cité par l'agence de presse Interfax.

"Et il nous faudra absolument répondre à cette guerre. Par des méthodes économiques, par des méthodes politiques, et si nécessaire, par d'autres moyens", a poursuivi Medvedev.

"Nos amis américains doivent le comprendre", a-t-il ajouté.

"Inadmissibles", "inamicales" et "illégales"

Le Kremlin avait dénoncé jeudi l'annonce de la première salve de sanctions américaines, qui porteront sur l'exportation de certains produits technologiques, comme "inadmissibles", "inamicales" et "illégales", et promis une riposte.

La possible deuxième salve, qualifiée de "draconiennes" par un responsable américain, pourrait aller jusqu'à interdire les aéroports américains aux compagnies aériennes russes ou même suspendre les relations diplomatiques entre les deux pays.

Mercredi, le journal russe Kommersant avait publié ce qu'il présente comme un projet de sanctions américaines qui exige notamment une enquête sur la fortune personnelle présumée du président Vladimir Poutine et interdit aux citoyens américains d'acheter de la dette souveraine russe.

Selon Kommersant, ce projet proposerait également des sanctions visant les grandes banques publiques russes telles que Sberbank, VTB et Gazprombank, ainsi que le secteur des hydrocarbures, essentiel à l'économie de la Russie.

La Russie est soumise à des sanctions occidentales de plus en plus strictes depuis l'annexion de la Crimée en 2014, contribuant avec la chute des prix des hydrocarbures à provoquer deux ans de récession dont elle est sortie fin 2016.

Les Etats-Unis n'ont cessé de renforcer leur arsenal ces dernières années sur fond d'accusations d'ingérence russe dans les élections américaines, ce malgré les promesses de réconciliation de Donald Trump.

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2018 à 8:38 :
Qui parle de déclaration de guerre entre la Russie et les USA ? En tout premier lieu Poutine, et juste derrière les médias qui cherchent un scoop d'enfer en tentant de faire peur aux partisans de la démondialisation et au démantèlement de règles commerciales internationales.

Laissons à Poutine les armes qu'il peut utiliser vis à vis des USA, la sémantique adossée à une gesticulation médiatique. S'il le peut et le veut, il adoptera lui même des interdictions d'exportations russes et des taxes importantes sur les importations.

Ceux qui plaignent la Russie auraient ils oublié tous les faits divers mortels et opaques dans lesquels ont trempé les Autorités russes ?
La tentative d'empoisonnement d'un leader ukrainien, l'assassinat de plusieurs ressortissants russes transfuges en Grande Bretagne, l'invasion meurtrière de la Crimée, l'abattage d'un avion de ligne européen aux frontières de l'Ukraine par des moyens de l'armée russe, les bombardements de civils syriens, sans compter la spoliation intra-muros de ressortissants étrangers ayant investi en Russie et dont on n'entend guère parler dans les médias.

De son côté Trump veut sortir de la mondialisation et rendre à son pays la maîtrise de son commerce et de son industrie. Contrairement à nos technocrates européens et quelques économistes élevés sous les mamelles de l'ultra-libéralisme et de la mondialisation, il a fini par se rendre compte que les activités industrielles et commerciales avaient migré dans les pays asiatiques à faible coût social au détriment des pays occidentaux et avec la bénédiction d'imbéciles heureux qui n'y voyaient pas la mort d'énormes quantités de couches sociales qui vivaient de ces industries disparues.

Non il n'y a pas de guerre commerciale, je ne vois pour ma part qu'un rééquilibrage des échanges internationaux en vue d'équilibrer les balances et le tissu social.
Lorsque l'UE aura compris cette nécessité, nous aurons fait de grands pas en avant et peut être alors que l'Europe retrouvera l'adhésion des peuples et un nouveau souffle.
Réponse de le 11/08/2018 à 12:37 :
"l'invasion meurtrière" de la Crimée a fait UN mort !!!!!! je passe sur le reste de votre commentaire qui est à l'avenant
a écrit le 10/08/2018 à 21:37 :
Finalement, poutine est faible. Que ce soit a la destruction de son avion par les turcs, l'intervention des alliés en Syrie ou de l'intervention d’Israël, la Russie n'a jamais eu les moyens de riposter.
Il lui reste les interventions d'un pays a faible moyen, la propagande sur les réseaux sociaux , l'intervention dans les élections des pays démocratiques ou les grandes envolées du type "retenez moi ou je fais un malheur" .
Réponse de le 12/08/2018 à 8:22 :
Je crois que tu as oublié l'intervention de la Russie en Géorgie, en Crimée, en Ukraine, en Syrie... Et comment l'union occidentale toute puissante a-t-elle pu empêcher ça ? Poutine ne fait pas de gesticulations comme Trump, il agit d'une manière ciblée sans se laisser détourner de son but par des provocations mineurs.
Réponse de le 13/08/2018 à 10:52 :
Faire de la propagande sur les réseaux sociaux etc. s'appelle faire de la politique, tout le monde en fait. Aurait-il été préférable que la Russie attaque la Turquie (membre de l'OTAN) ou l'Israel?
L'épisode avec l'avion est très étonnant; je n'arrive pas à l'expliquer autrement que par un téléguidage soit par les US via l'OTAN soit par l'Europe en faisant miroiter une chance adhésion à l'UE.
La Russie, en l'occurrence, a appliqué des sanctions économiques contre la Turquie (interdiction aux ressortissants de s'y rendre). Ça a désorganisé le secteur touristique qui ne s'en est jamais remis. Plus efficace qu'une guerre? En revanche, il faut bien le dire, on ne voit pas dans quel autre cas la Russie pourrait appliquer des sanctions économiques efficaces...
Car oui, la Russie est économiquement faible, et les différentes sanctions contre elle ne vont pas arranger les choses.
Faut-il continuer à taper sur la Russie pour voir ce qui va arriver?
Et il ne faut pas personnifier tout, Poutine n'est pas la Russie.
a écrit le 10/08/2018 à 18:42 :
Poutine est le seul à oser dire les choses : les USA poussent objectivement à la guerre à travers leurs sanctions économiques et juridiques d'application extraterritoriale. Il est temps de sortir du politiquement correct et de regarder la réalité en face.
a écrit le 10/08/2018 à 17:07 :
C'est une déclaration de guerre. Mais pas seulement contre la Russie. C'est aussi une déclaration contre le reste du monde. Les américains empêchent des pays de commercer avec d'autres pays. Ils ruinent ou appauvrissent donc des entreprises et des nations, au bénéfice des USA. Le reste n'est que littérature.
Réponse de le 10/08/2018 à 18:14 :
Trump vient de déclarer la guerre à la Turquie en imposant des droits de douane augmentés pour l'alu et l'acier turque.

Le premier résultat est une baisse de 40% de la livre turque face au dollar.

C'est très embêtant pour la Turquie qui jusqu’ici payait son pétrole en dollar mais va bientôt de l'acheter en Iran en € ou en monnaie locale.

Second effet kiss cool, TOUS les produits US coutent 40 % de plus sur le marché turque (82 millions d'habitants quand même, autant que l'Allemagne) et sont devenus invendables.

Troisième effet kiss-cool, la Turquie songe sérieusement sinon à sortir de l'OTAN, mais à restreindre les autorisations de vol, ce qui va priver Trump de bases précieuses dans la région.

Et Trump est en train de reproduire le même schéma avec la plupart des partenaires économique des USA.
a écrit le 10/08/2018 à 15:59 :
Je crois que c'est de cette manière que les USA ont poussés les Allemands à déclencher la seconde guerre mondiale. Toujours la même méthode : crise > embargo > guerre > pillage > croissance. L'Europe semble de connivence.
Réponse de le 10/08/2018 à 20:26 :
En fait les Etats-Unis ont adopté dès les années 30 des lois de neutralité (neutrality acts) qui les ont empêché (volontairement) d'intervenir dans les prémices de la seconde guerre mondiale, jusqu'en 1939.
Ces lois empêchaient aux américains de vendre des armes ou des marchandises à TOUS les belligérants, de façon indiscriminée.

Ce n'est qu'après l'invasion de la Pologne que Roosevelt a convaincu les isolationnistes de revenir en partie sur les ventes d'armes aux alliés sur la base du "cash and carry".
Il a fallu attendre 1941 pour que le système soi encore assoupli.

Non seulement, il n'y a pas eu d'embargo particulier de la part de USA envers l'Allemagne entre les deux guerres, mais tout à leur isolationnisme consécutif à la première guerre mondiale, les américains sont même entrés très tard dans la guerre économique.

Au passage ce sont les premiers profiteurs de cette guerre. Du 17ème rang mondial en 1939, les USA étaient devenus la première puissance économique en 1945.
En quelques années, ils se sont bâti un empire et ont établi leur domination culturelle, économique, militaire et financière sur la moitié de la planète.
On doit rendre hommage rendu aux GI's qui se sont fait tuer un peu partout sur la planète, mais ça a été une sacré bonne affaire pour les USA que cette guerre.

La planète geopolitique du XXIeme siècle serait totalement différente sans Hitler.
Réponse de le 11/08/2018 à 7:04 :
Et la crise de WallStreet en 1929 qui a dépouillé les épargnants allemand, elle n'était pas américaine ?
a écrit le 10/08/2018 à 12:45 :
ils tremblent deja, les us annoncent une nouvelle force de l'espace !
Pigs in space! the gravity of the situation
"https://www.youtube.com/watch?v=SN0wK-wXqY0'
Réponse de le 10/08/2018 à 17:42 :
Trump lui-même est très "space"
a écrit le 10/08/2018 à 12:17 :
Mother russia doit couler la mer Hic ! Avec ses drones de sous marins remplis à la Tsar bomba !

La mer Hic, la mer Hic, je veux l'avoir et je l'aurais !

Joe dans l'bassin
a écrit le 10/08/2018 à 11:00 :
De grandes déclarations théâtrales dont seul les "spectateurs" avide de feuilleton via les médias sont dupes!
a écrit le 10/08/2018 à 9:36 :
Bien sûr que c'est une guerre économique, mais la Russie n'est pas la seule à en faire les frais.

Le motif invoqué pour ce renforcement des sanctions est ridicule et pour le moment pas démontré (même si très plausible).

Entendons nous, l'assassinat de civils reste odieux mais les USA sont assez mal placés pour faire la leçon en matière de droits de l'homme.
On se souvient d'Abu Graib, de Guantanamo, des soldats US urinant sur des cadavres, des centres de torture disséminés un peu partout en Europe, des assassinats "ciblés" se soldant par des massacres familiaux.

Comme la Russie, les USA font appels à des mercenaires, pratiquent la torture y compris sur des mineurs et assurent l’impunité des tortionnaires. Ils alimentent des guérillas violentes et s'ingèrent dans la vie politique de pays tiers.

Je prends même les paris que les soldats américains ont des armes NBC et qu'ils continuent les recherches.
Réponse de le 10/08/2018 à 11:17 :
De plus l' ingérence des USA prend la forme de 222 ans de guerres non stop sur leurs 239 années d' existence.

Le ministère de la Défense des states exploite environ quant à lui, 1 000 bases à l’extérieur de son territoire, ce qui correspond à environ 95% des bases militaires étrangères de tous les pays dans le monde.

Voilà pourquoi nous sommes du mauvais côté avec l' Otan car l' Otan c' est la guerre ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :