États-Unis : la Chambre des représentants évite un "shutdown" fédéral

 |   |  412  mots
Le Sénat américain est parvenu à un compromis sur le budget, coupant court à un nouveau shutdown.
Le Sénat américain est parvenu à un compromis sur le budget, coupant court à un nouveau "shutdown". (Crédits : Gary Cameron)
Le "shutdown" fédéral a été évité. Un accord budgétaire sur le financement du gouvernement américain a été approuvé dans la nuit de jeudi à vendredi par le Sénat, puis validé par la Chambre des représentants, dans la matinée et signé par Donald Trump.

(article publié le 9 février à 11h06, mise à jour à 14h53)

La Chambre des représentants des États-Unis a adopté, vendredi 9 février, un accord budgétaire qui évite une seconde paralysie partielle de l'administration fédérale. En effet, le gouvernement s'était retrouvé pendant plusieurs heures en situation de "shutdown" (fermeture, en anglais) pour la seconde fois, en trois semaines.

Le sénateur républicain Rand Paul, hostile à un accroissement des déficits publics, avait  bloqué le vote du texte sur le budget qui devait être approuvé avant jeudi minuit (05H00 GMT) par les deux chambres.

Le Sénat a par la suite voté le compromis budgétaire et transmis le texte à la Chambre des représentants, qui a approuvé le texte, par 240 voix contre 186, en fin de matinée du vendredi 9 février. Il prolonge ainsi jusqu'au 23 mars le financement de l'administration fédéral.

Le texte a été ratifié quelques temps après par le président américain Donald Trump, qui l'a annoncé sur Twitter :

Déjà un précédent sous l'ère Trump

Le précédent "shutdown" de l'ère Trump remonte au 23 janvier 2018, soit un an jour pour jour après son investiture. Ce délai avait entraîné une fermeture partielle des agences et services fédéraux américains, et mis au chômage technique, sans salaire, plusieurs centaines de milliers d'employés fédéraux.

| Lire aussi : Les Etats-Unis de Trump en shutdown : quelles conséquences ?

Les démocrates avaient refusé de voter une rallonge temporaire, sans solides garanties, sur le sort de centaines de milliers de clandestins arrivés jeunes aux Etats-Unis, les dénommés "Dreamers", avant tout accord. Le "shutdown" avait commencé le samedi 20 janvier à minuit, empêchant des centaines de milliers d'employés de se rendre au travail.

Les sénateurs démocrates avait ensuite accepté un compromis budgétaire temporaire pour mettre fin à la fermeture partielle du gouvernement fédéral américain.

Après le Sénat, la Chambre des représentants avait enfin voté le 22 janvier, en fin d'après-midi, par 266 voix pour et 150 contre, la mesure qui assure le financement des opérations de l'Etat jusqu'au 8 février.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/02/2018 à 15:28 :
Comme s'il pouvait en être autrement. On nous prend vraiment pour des truffes
a écrit le 09/02/2018 à 11:48 :
le projet du Sénat prévoit une grosse augmentation des dépenses (plus de 300 milliards sur 2 ans), d'après CNBC. il faudra ajouter le programme pour les infrastructures, a priori. c'est du keynésianisme, non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :