Trump interdit d'investir dans des entreprises chinoises liées à l'armée

 |  | 606 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : CARLOS BARRIA)
Dans le viseur du président américain, qui refuse de reconnaître la victoire de son opposant, les entreprises China Mobile et China Telecom, ainsi que le spécialiste de la vidéosurveillance Hikvision et le groupe de construction ferroviaire China Railway Construction Corp. Dans le même temps, la Chine a finalement reconnu l'élection de Joe Biden, près de huit jours après sa victoire.

Donald Trump a décidé d'interdire aux Américains d'investir dans des entreprises chinoises accusées par son gouvernement de soutenir les activités militaires de Pékin, une mesure condamnée vendredi par le régime communiste.

Dans un décret, le locataire de la Maison Blanche a précisé jeudi que cette interdiction serait effective à compter du 11 janvier prochain, soit neuf jours avant son départ de la Maison Blanche et l'arrivée de son successeur Joe Biden.

La Chine a d'ailleurs adressé vendredi ses félicitations à Joe Biden pour son élection à la présidence des Etats-Unis, près d'une semaine après l'annonce de la victoire du candidat démocrate.

>> VOIR notre dossier spécial : « Une nouvelle Amérique avec Joe Biden ? »

Les Américains détenant des participations et autres intérêts financiers dans une liste de 31 sociétés visées ont jusqu'en novembre 2021 pour les céder.

En réaction, la Chine a accusé vendredi Washington "d'abuser de l'autorité de l'Etat pour s'en prendre arbitrairement à des entreprises chinoises".

"Cette mesure nuit non seulement aux droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises mais aussi aux intérêts des investisseurs internationaux, y compris ceux des Etats-Unis", a lancé devant la presse le porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin.

Le décret de Donald Trump s'inscrit dans le cadre de l'offensive de son administration visant à contrer la montée en puissance de Pékin, déterminé à rivaliser avec Washington sur la scène mondiale dans quasiment tous les domaines, de l'économie au militaire en passant par la politique et la technologie.

Lire aussi : Camouflet pour Trump, la Chine fait à nouveau plonger la balance commerciale américaine

M. Trump affirme dans ce décret que la Chine "exploite de plus en plus les capitaux des Etats-Unis pour permettre le développement et la modernisation de ses activités militaires, ses services de renseignement et autres systèmes de sécurité, ce qui lui permet de menacer directement" les Etats-Unis et les troupes américaines stationnées à l'étranger.

L'argent des particuliers américains investi dans ces entreprises, affirme encore le milliardaire républicain, permet à Pékin de mettre au point des armes de destruction massive et de mener des cyberattaques "contre les Etats-Unis et son peuple".

En clair, la Chine "exploite les investisseurs américains pour financer le développement et la modernisation de son armée", en conclut le président Trump, qui refuse toujours de concéder sa défaite à l'élection présidentielle du 3 novembre.

Les sociétés visées sont des entreprises publiques et privées dans l'aéronautique, le transport maritime, la construction, les communications et les nouvelles technologiques notamment.

Elles sont cotées sur les places financières chinoises, à la Bourse de Hong Kong et à Wall Street par le biais d'instruments financiers ou de filiales.

Les particuliers y investissent par l'intermédiaire de fonds mutuels, qui regroupent les épargnes de plusieurs investisseurs, proposés par un gestionnaire de portefeuilles. Le plus souvent, les petits porteurs ignorent qu'ils détiennent une action, voire une portion du titre d'une société.

China Mobile et China Telecom font partie de la liste des entreprises ciblées par M. Trump, ainsi que le spécialiste de la vidéosurveillance Hikvision et le groupe de construction ferroviaire China Railway Construction Corp.

Le titre de ce dernier a plongé de plus de 4% vendredi à la Bourse de Hong Kong, tandis que China Telecom perdait près de 8% et China Mobile 5%.

Lire aussi : L'élection de Joe Biden, une bonne nouvelle pour Huawei et la Chine ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2020 à 13:54 :
Trump est le seul à s'opposer à l'hégémonie criminelle chinoise. Et ils lui ont fait payer très cher. Les occidentaux devraient lui emboîter pas. Malheureusement, la planète entière mange dans la main de la Chine, avec le sourire et en lui disant merci. Et c'est certainement pas Biden qui va changer la donne.
a écrit le 13/11/2020 à 11:40 :
C'est peut-être maintenant qu'il est entre deux eaux qu'il a le plus de marge de manoeuvres à savoir pendant que la décadente finance se rue sur Biden.
a écrit le 13/11/2020 à 11:04 :
Lancer des fatwa alors que la planète entière sait qu'il a perdu... c'est minable et dommageable pour le pays tout entier.

J'espère que ça va dessiller les yeux de suffisamment d'électeurs républicains pour que les deux postes de sénateurs encore en jeu soient remporté par les démocrates en janvier, ce qui leur permettra in extremis, de prendre le pouvoir au sénat et donner plus de liberté à Biden pour travailler sans se heurter sans cesse aux bidochons.
Réponse de le 13/11/2020 à 12:49 :
"Lancer des fatwa alors que la planète entière sait qu'il a perdu..."

Il me semble qu'il ne s'agit que des occidentaux pour le moment.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :