Ukraine : les rumeurs d'invasion « imminente » s'amplifient sur fond de jeu de dupes entre Russie et OTAN

En annonçant un début de retrait des troupes massées aux frontières de l'Ukraine, la Russie semblait vouloir éviter de froisser le chancelier allemand qui le demandait en préalable à sa visite. Mais selon le renseignement américain, Poutine serait au contraire en train de renforcer ses troupes en vue d'une invasion. La tension a atteint un pic ce matin quand des tirs d'artillerie ont été entendus jeudi près des zones sécessionnistes de l'est de l'Ukraine.
Jérôme Cristiani
Les premiers véhicules militaires allemands de renforcement du groupement tactique de présence avancée de l'OTAN arrivent à la base militaire de Rukla, en Lituanie, le 17 février 2022.
Les premiers véhicules militaires allemands de renforcement du groupement tactique de présence avancée de l'OTAN arrivent à la base militaire de Rukla, en Lituanie, le 17 février 2022. (Crédits : Reuters)

Alors qu'on apprend que le secrétaire d'État américain Anthony Blinken doit prendre la parole en urgence devant l'ONU cet après-midi sur la situation en Ukraine, les rumeurs d'invasion imminente par les troupes russes prennent de l'ampleur, donnant corps aux affirmations de la Maison-Blanche qui accuse depuis mercredi la Russie de ne pas avoir retiré de troupes à la frontière de l'Ukraine, comme elle l'avait annoncé avant la visite de Scholz mercredi qui en faisait un préalable à sa visite. Vladimir Poutine semble avoir fait exactement le contraire en ajoutant 7.000 militaires à la frontière selon le renseignement américain.

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, confirme lui aussi que la Russie n'a pas retiré de troupes, qu'elle concentre toujours "autant de forces" autour de l'Ukraine.

Quant au président américain, Joe Biden a jugé jeudi "très élevé" et imminent le risque d'une attaque russe contre l'Ukraine, balayant les assurances de Moscou sur un retrait partiel de ses forces positionnées depuis des semaines à la frontière ukrainienne.

La Russie accuse l'Occident d'hystérie

La Russie, quant à elle, campe sur ses positions, assurant qu'elle n'a pas l'intention d'envahir l'Ukraine et accusant l'Occident d'hystérie.

En fin de matinée, cette impasse diplomatique se transformait sur le terrain en un pic de tension quand des tirs d'artillerie ont été entendus jeudi près des zones sécessionnistes de l'est de l'Ukraine, les forces gouvernementales ukrainiennes et les séparatistes pro-russes s'accusant mutuellement d'avoir enfreint le cessez-le-feu en vigueur dans le Donbass.

Dans un communiqué publié sur Facebook, l'armée ukrainienne a accusé les combattants séparatistes d'avoir visé "avec un cynisme particulier" la localité de Stanitsa Louganska, touchant notamment une école maternelle.

Blinken se rend en urgence au Conseil de sécurité des Nations Unie

L'urgence se lit aussi dans la modification de l'agenda du secrétaire d'État américain Antony Blinken qui, avant de se rendre à la 58e édition de la Conférence de Munich sur la sécurité (MSC), a modifié ses plans de voyage à la dernière minute ce jeudi pour prendre la parole lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur l'Ukraine, à la demande de l'ambassadrice américaine aux Nations unies, Linda Thomas-Greenfield.

"La preuve sur le terrain est que la Russie se dirige vers une invasion imminente. C'est un moment crucial", a déclaré à la presse Linda Thomas-Greenfield.

L'ambassadrice américaine explique que Blinken se rend aux Nations Unies « pour signaler notre engagement intense envers la diplomatie, pour offrir et souligner la voie vers la désescalade, et pour faire comprendre au monde que nous faisons tout - tout - nous pouvons pour empêcher une guerre ».

Depuis le siège de l'OTAN, à Bruxelles, Ben Wallace avertit la Russie

Ce jeudi aussi, depuis Bruxelles, au siège de l'OTAN où se tenait une réunion des ministres de la Défense de l'Alliance, le ministre britannique de la Défense Ben Wallace, a tonné :

"C'est une erreur stratégique que Poutine est potentiellement sur le point de faire s'il envahit. Et je pense qu'il est vraiment important qu'il comprenne que l'OTAN est totalement unie sur ce point", a-t-il déclaré.

De fait, l'OTAN mobilise ses forces pour être prête à répondre aux actions de la Russie et dit "prendre très au sérieux" les menaces qui pèsent sur l'Ukraine avec le renforcement des troupes russes à ses frontières.

Ben Wallace a participé à une réunion du "Quad" avec le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin et ses homologues française Florence Parly et allemande Christine Lambrecht pour "un point sur la situation" en Ukraine. Ils ont ensuite retrouvé leur homologue ukrainien Oleksiï Reznikov pour une séance plénière.

La Russie a réaffirmé jeudi poursuivre son retrait militaire entamé mercredi avec un train militaire chargé d'équipements quittant la Crimée, cette péninsule ukrainienne annexée par Moscou. Le retrait concernerait également des unités de blindés.

« Nous allons juger la Russie sur ses actions »

Mais Ben Wallace reste sceptique et a prévenu:

« Nous allons juger la Russie sur ses actions », a déclaré le ministre britannique. « Pour le moment, l'augmentation des troupes continue (...) Nous avons vu une augmentation des troupes au cours des dernières 48 heures, jusqu'à 7.000. Nous avons vu un pont construit depuis le Bélarus, vers l'Ukraine ou près de l'Ukraine », a-t-il précisé.

Il précisait sa pensée par un avertissement :

« En 2014, lorsque la Russie a envahi illégalement l'Ukraine et la Crimée, elle s'est retrouvée avec plus de troupes de l'Alliance à ses frontières, plus de dépenses de défense dans tout l'OTAN. C'est ce qui va se passer », a-t-il averti.

"Nous sommes tout à fait sérieux dans la manière dont nous allons faire face à la menace qui pèse actuellement sur l'Ukraine et, potentiellement, sur notre sécurité. C'est la raison pour laquelle nous sommes venus ici, pour nous assurer que nous sommes tous en phase", a-t-il expliqué.

"Ce n'est pas une plaisanterie, une affaire à prendre légère. C'est un véritable défi pour la stabilité de l'Europe", a-t-il insisté, expliquant qu'il avait prévu d'ajouter un millier de soldats stationnés au Royaume-Uni qu'il pouvait déployer à tout moment "si la Russie envahit l'Ukraine", sans oublier un doublement des forces en Estonie.

Le parlement russe met de l'huile sur le feu

Ajoutant à la friction, le Parlement russe a tenté cette semaine de reconnaître les séparatistes des régions ukrainiennes de Donetsk et Louhansk, qui se sont séparés en 2014 et se sont proclamés indépendants, déclenchant le conflit.

Le président russe Vladimir Poutine n'a pas encore approuvé la demande de mardi du parlement russe et a refusé de dire comment il réagirait.

Le Conseil de sécurité de l'ONU, instance réduite à l'impuissance

L'ambassadeur ukrainien Sergiy Kyslytsya a demandé aux membres du Conseil de sécurité de discuter de la question jeudi, affirmant que cela sapait les accords de Minsk et "aggravait encore les menaces à l'intégrité territoriale de l'Ukraine".

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni des dizaines de fois pour discuter de la crise ukrainienne depuis que la Russie a annexé la région ukrainienne de Crimée en 2014. Il ne peut rien faire car la Russie est une puissance de veto avec la France, la Grande-Bretagne, la Chine et les États-Unis.

(avec AFP et Reuters)

Jérôme Cristiani

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 18/02/2022 à 11:01
Signaler
arretons de fermer les yeux l'ukraine fait de la provocation !!! elle veut surtout pomper les subventions de l'UE !!!!! les dires des Etats unis sont aussi mensonger que quand ils ont envahi l'irack en disant que le risque etait nucleaire l!!!h...

à écrit le 18/02/2022 à 10:30
Signaler
Si il s'agit de " rumeurs " alors tout va pour le mieux. Je rappelle que la Russie a envahi l'Ukraine mercredi. Cela fait donc 2 jours que s'en est terminé d'après le Colin Powel de Biden ( athlète au jo d'hiver ).

à écrit le 18/02/2022 à 9:17
Signaler
Quand on regarde une carte d'Europe centrale on comprend l'intérêt des américains. En intégrant l'Ukraine à l'OTAN les US améliore la ligne de défense de l'empire en Europe. Il me semble que le deal antérieur était de laisser tranquille l'Ukraine et ...

à écrit le 18/02/2022 à 4:02
Signaler
@ ex mosco. Vous semblez mettre de cote l'alliance recente entre la Chine et la Russie. Le bloc ainsi cree est en mesure de contrer toute velleite de l'otan. Les usa vont tout faire pour envenimer la situation, mais restera au final lettre morte. Il ...

le 18/02/2022 à 15:43
Signaler
@matins calmes: En réalité, il n'y a pas de bloc, au moins, pour l'instant. C'est une illusion que la propagande russe essaie de vendre. Poutine n'a pas été super bien traité en Chine. La Chine n'a pas reconnu la Crimée, tandis que Poutine a dû faire...

à écrit le 18/02/2022 à 1:45
Signaler
L'intox americaine est a son comble. La Russie ne veut pas la guerre, juste un retrait de nato et l'assurance de la non adhesion de l'ukraine, pas complique a comprendre. Enfin, l'enjeu est de contraindre les exportations de gaz russe au profit de ce...

le 18/02/2022 à 2:53
Signaler
@matins...: Bien sûr, on, concentre les troupes à la frontière parce qu'on ne veut pas la guerre, juste on veut menacer avec. Retrait de l'OTAN? Ce n'est pas trop tard? Le dernier élargissement de l'OTAN à l'Est date de 2004. La fin de statut neutre ...

le 18/02/2022 à 9:33
Signaler
"Bien sûr, on, concentre les troupes à la frontière parce qu'on ne veut pas la guerre" Ben oui, s'il n'y a pas de concentration de troupe il n'y a rien, pas de tapages médiatiques, pas de hurlements de vierges effarouchées, rien, si on veut juste imp...

à écrit le 18/02/2022 à 0:15
Signaler
Tout cet (énorme) bruit ne vise-t-il pas à cacher un "deal": vous ne touchez pas à l'Ukraine, mais vous récupérez le Dombass (russophone)? En plus tout le monde croira que c'est l'Ukraine qui est attaquée et certaines choses passeront, dans le mouve...

à écrit le 17/02/2022 à 22:20
Signaler
est ce que Peris Rome Londres veuillent se sacrifier pour un dirigeant ukrainien au pouvoir avec la CIA pour provoquer la Russie? Allez Macron Boris Draghi... repondez!!!! etes vous les petits caniques des américains. ? Et New York? est elle prete à ...

le 17/02/2022 à 23:17
Signaler
Il ne s agit pas de sacrifice mais de soutien à un état de droit dont la n population a voté démocratiquement … êtes vous un troll russe ? Connaissez vous lla théorie des dominos …

à écrit le 17/02/2022 à 20:44
Signaler
Il est si simple pour Washington, d'entrainer le "Bruxelles de la Corruption", soit l'Europe, dans des guerres. Pourquoi s'en priver ? On arme, jusqu'à l'étourdissement, l'Ukraine, dans l'espoir d'une guerre à la frontière russe et pendant ce te...

le 18/02/2022 à 1:46
Signaler
Enfin quelqu'un qui reflechi.

le 18/02/2022 à 3:01
Signaler
@Real World: 1. "On arme l'Ukraine?" Non, sérieusement, l'Ukraine n'a reçu que très peu d'armes depuis 2014. Vous pouvez citer les contrats majeurs? 2. Donc, c'est pour cela la Russie masse ces troupes à la frontière et a fait un ultimatum absurde ...

à écrit le 17/02/2022 à 18:14
Signaler
Les peuples de l europe ne vont pas longtemps résister psychologiquement a toutes les peurs diffusées par les médias , ces peuples sont entrain d’être traumatisés pour des années.

à écrit le 17/02/2022 à 18:08
Signaler
Jpense qui faut pas s affoler, ni rentrer dans le jeu des américains qui refont un peu le même coup qu avec saddam hussein, et en tout cas si l Europe avait traité un peu mieux la Russie depuis vingt ans, on en serait pas la

le 17/02/2022 à 21:03
Signaler
Les députés Jean-Louis Thiériot (Les Républicains, Seine-et-Marne) et Patricia Mirallès (LREM, Hérault) ont présenté leur rapport de mission sur la préparation à une guerre de haute intensité La france tient 5 jours (face aux Russes) Donc Saddam qu...

à écrit le 17/02/2022 à 17:30
Signaler
L'ambassadeur étasunienne de l'otan, Julianne Smith, a osé parler de "territoire de l'otan" dans une entretenue récente à Bloomberg. Pour la sécurité et la stabilité en Europe, il convient de nettoyer urgemment le continent de toute présence étasuni...

le 17/02/2022 à 20:53
Signaler
"territoire de l'otan" , au moins la messe est dites ! il a tellement raison... Quand Macron vend, quand il était ministre sous Hollande, vend Alstom, au USA , une sté stratégique pour les centrales nucléaires françaises.... La corruption d'abord...

le 17/02/2022 à 21:13
Signaler
Pardon pour les erreurs dans mon commentaire : remplacer "ambassadeur étasunienne" par "ambassadeur étasunien" et "entretenue" par "entrevue"

à écrit le 17/02/2022 à 17:19
Signaler
Cela n'aurait ni queue ni tête si ne c'est d'autres intérêts non dits des uns et des autres.

à écrit le 17/02/2022 à 16:58
Signaler
crise en UKRAINE ! l ALLEMAGNE accusée de manquer de solidarité avec ses alliés ! (le monde )

à écrit le 17/02/2022 à 16:22
Signaler
Le même renseignement américain avait détecté des armes de destruction massive en Irak en 2003. Lesquelles, finalement n'existaient pas du tout. Qui peut croire toutes ces balivernes répétées indéfiniment par les médias ? Sinon des tordus assoiffé...

le 18/02/2022 à 3:55
Signaler
@ Asimon. Non, pas de sang mais de bons dollars. Le lobbie militaire est a l'action de maniere permanente.

à écrit le 17/02/2022 à 16:21
Signaler
bof, l'otan peut difficilement invoquer l'article 5 puisque l'ukraine ne fait pas partie de l'otan. Ca a commencé au départ avec la suppression du russe comme langue officielle, tout ça pour ça. Bon, a l'indépendance dénucléarisation de l'ukraine c'é...

à écrit le 17/02/2022 à 16:13
Signaler
Sur le long terme, l'occident a besoin de la Russie pour espérer un tant soit peu contenir la Chine, qui a une population plus nombreuse, plus intelligente, et plus travailleuse que l'occident. Il serait donc raisonnable de donner des gages à la R...

le 17/02/2022 à 16:32
Signaler
Avec votre raisonnement on pourrait dire que les alliés avait besoin de l'Allemagne du III eme R. Pour faire face à l'URSS de Staline.... Quand à vos remarque sur la chine et sa population plus nombreuse, plus intelligente, et plus travailleuse que l...

le 17/02/2022 à 20:52
Signaler
@Sagesse: 1). Donnez des gages à la Russie qui a organisé les actuelles tensions toute seule? C'est une garantie d'en avoir encore dans le futur. Je vous rappelle la fameuse phrase de Churchill à propos de la déshonneur et la guerre. 2). Utiliser ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.