Attractivité : l'Allemagne reste un poids lourd

 |   |  541  mots
L'Allemagne attire plus d'investisseurs étrangers que la France. Selon le Baromètre Attractivité publié ce mardi par EY, le nombre d'investissements directs étrangers (IDE) a progressé de 12% en Allemagne en 2016 pour s'élever à 1.063 en Allemagne contre 779 dans l'Hexagone.
L'Allemagne attire plus d'investisseurs étrangers que la France. Selon le Baromètre Attractivité publié ce mardi par EY, le nombre d'investissements directs étrangers (IDE) a progressé de 12% en Allemagne en 2016 pour s'élever à 1.063 en Allemagne contre 779 dans l'Hexagone. (Crédits : Reuters/ Pawel Kopczynski)
Malgré un coût du travail élevé et une flexibilité du marché du travail perfectible, l'Allemagne séduit toujours davantage les investisseurs selon le Baromètre de l'Attractivité du cabinet EY.

Selon le Baromètre de l'Attractivité publié ce mardi par le cabinet EY, le nombre d'investissements directs étrangers (IDE) a progressé de 12% en Allemagne en 2016. Cette augmentation est certes plus faible qu'en France, où les IDE ont fait un bond de 30% sur la période. Néanmoins, le nombre d'IDE reste encore plus élevé en Allemagne qu'en France. Il s'élève à 1.063 en Allemagne contre 779 dans l'Hexagone. Le nombre d'emplois créés y est également plus élevé: 19.961 (+17%) en Allemagne contre 16.980 en France (+24%).

De nombreux atouts

Les réponses des investisseurs interrogées laissent peu de place au doute: l'Allemagne est un pays très attractif. La qualité des infrastructures, le niveau de formation de la main d'œuvre sont clairement plébiscités. C'est également le cas de la stabilité politique et de la transparence des règles fiscales et sociales. Rappelons qu'entre 2013 et 2017, l'Allemagne n'a connu qu'un seul ministre de l'Economie: Sigmar Gabriel. Au cours de cette période, Pierre Moscovici, Arnaud Montebourg, Emmanuel Macron puis Michel Sapin ont occupé la fonction en France. Certains y voient une explication aux nombreux changements de cap de la politique économique tricolore, changements qui déstabilisent les ménages, les entreprises et les investisseurs étrangers.

Sur le podium mondial

Résultat, la première économie de la zone euro, qui a enregistré un excédent commercial record en 2016 (252,9 milliards d'euros) serait, selon 20% des investisseurs interrogés par EY, la troisième destination mondiale à privilégier, derrière les Etats-Unis (33%) et la Chine (37%). La France ne recueille que 7% des suffrages.

En dépit de la puissance du secteur manufacturier allemand - peut-être parce qu'une partie a été délocalisée dans les anciens pays d'Europe centrale et orientale (PECO) ? -, l'industrie n'est pas le secteur le plus ciblé par les IDE. Il ne concentre que 12% des IDE. En revanche, les ventes et le marketing ont attiré 67% des investissements en 2016. Viennent ensuite la recherche et développement et la logistique, deux secteurs qui attirent tous les deux 6% des investissements.

Un besoin de réformes structurelles ?

Tout est donc rose au pays de Goethe ? Heureusement pour ses concurrents, dont fait partie la France, ce n'est pas le cas. Le niveau de la fiscalité, jugé trop élevé, la politique de relance de l'Etat fédéral, insuffisante, le coût du travail, peu compétitif, ainsi que la flexibilité du marché du travail, trop faible, sont des points sur lesquels les investisseurs espèrent que l'Allemagne progresse. La France ne serait donc pas la seule économie à nécessiter des réformes structurelles ?

Transformer l'économie

En dépit de ces défauts, l'Allemagne reste donc une valeur sure. Et à l'avenir ? Les investisseurs interrogés par EY sont confiants même s'ils s'interrogent sur la capacité de l'Allemagne, comme celle de ses rivales d'ailleurs, à transformer en profondeur son économie et en particulier son industrie, via les nouvelles technologies. Une transformation indispensable si l'Allemagne veut conserver les avantages concurrentiels qui sont actuellement les siens, notamment une compétitivité hors-prix remarquable qui permet à la plupart des entreprises allemandes de s'affranchir de la concurrence pour fixer leurs prix de vente. Le made in Germany 4.0 est encore dans les limbes, estiment-ils. Il ne faudrait pas que cette situation dure trop longtemps.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/05/2017 à 17:54 :
@cd
la rfa n'existe plus depuis la chute du mur.
Pour le logement, vous avez raison et pour les salaires, les cotisations sociales sont moins élevées, mais les retraites également, même après 45 ans d'activité; Les impôts sur le revenu, prélevés par l'employeur à la source (hormis les frontaliers) sont plus élevés, mais la taxe dhabitation est très basse, la taxe foncière quasiment inexistante et les successions exonérées à hauteur de 400.000 Euros.
Réponse de le 26/05/2017 à 8:42 :
Vous vouliez certainement dire que c'est la rda (et non pas la rfa) qui n'existe plus. Et il n'y a pas de taxe d'habitation en Allemagne. L'exonération des successions mentionnée ne concerne que les proches de défunct.
Réponse de le 26/05/2017 à 11:55 :
@PPD
ni rfa, ni rda
Les deux Allemagne est-ouest réunies s'appellent l'Allemagne
Réponse de le 26/05/2017 à 13:51 :
Bundesrepublik Deutschland = République fédérale d'Allemagne = RFA continue à exister!
https://de.wikipedia.org/wiki/Deutschland
a écrit le 25/05/2017 à 11:22 :
Quel crédit apporter à une étude de EY (Ernst & Young)? Pour eux le cout du travail sera toujours trop élevé et la flexibilité insuffisante. Ils sont incapables de voir le monde en dehors de cette vision uniquement basée sur le profit en réclamant toujours plus de profit.
On ne regarde pas le monde avec une seule paire de lunettes. Sinon, on finit par se réveiller après que la catastrophe soit arrivée. Pourtant il y a pas mal de voyants qui indiquent que les gens en hors marre de cette société ultra libérale. Pourtant je ne suis pas de gauche. Il faut trouver un juste milieux entre les besoins des entreprises et ceux des salariés. Sinon, on court à la castastrophe
a écrit le 25/05/2017 à 10:20 :
Enfin une grande Allemagne !
Elle traine encore quelques boulets mais saura ou sans défaire ou les mettre au pas...
a écrit le 25/05/2017 à 4:51 :
Si on publie que l'Europe aurait 4 fois la masse monétaire des USA, est-ce une forme d'agression contre les Européens de la part des institutions ou bien les institutions sont-elles au service du citoyen?
a écrit le 25/05/2017 à 0:50 :
Quand on publie que la France est un pays inférieur, n'est-ce pas à cause d'événements coupables qui datent de la révolution?
En quoi persécuter Louis 16 ou les nobles, est-ce une bonne gestion?
Une société civile sans maître n'est-ce pas une société sans repaire?
Une société qui ne justifie pas ses publications n'est-elle pas une forme de tyrannie de la bêtise?
En quoi peut on promouvoir comme des valeurs le fait que les Français n'ont pas le droit aux allocations qui sont réservées aux français en devenir?
a écrit le 24/05/2017 à 21:13 :
L'Allemagne est 25% plus peuplée que la France, elle a 25% d' investissements de plus que la France , pas de quoi nourrir un complexe d'infériorité...
Réponse de le 24/05/2017 à 21:37 :
Les IDE en France en 2016 proviennent essentiellement des entreprises allemandes. L'Allemagne étant le 1er investisseur en France. Pour nourrir un niveau adéquat d'infériorité, il faut déjà savoir se situer dans un contexte économique précis et réfléchi.
a écrit le 24/05/2017 à 17:33 :
Si l’attractivité de l’Allemagne est élevée, en France fait-on dans les poids lourds de la bêtise promue ? Existe-t-il en Europe une explication au fait qu’on publie une masse monétaire publiée à 4 fois celle des USA pour un pib comparable et une croissance inférieure ? Si par ailleurs on publie un Happiness Index au travail sous la moyenne ou inférieur aux USA, existe-t-il une forme de goulag pour les salariés en Europe sans valoriser les compétences ou les aptitudes ou une forme de big brother sans respect de la personne ou de la société civile avec des informations manipulées ou des pervers promus ? Existe-t-il en Europe des intentions de maltraitance des jeunes générations?
a écrit le 24/05/2017 à 16:21 :
l'article ne précise pas que le SMIC horaire est à 8,50 Euros !
Réponse de le 24/05/2017 à 18:16 :
Mais oui, c'est tres certainement ainsi que sont payés les ingenieurs en R+D dont parle l'article.
A present remettez vos oeilleres et reinstallez-vous dans votre arrogance.
Réponse de le 24/05/2017 à 22:21 :
le smic horaire est bas dîtes-vous mais les ingénieurs et autres sont beaucoup mieux payés qu'en France : on ne parle pas des ouvriers qui montent très vite !!!! c'est normal puisque les entreprises allemandes sont ultra compétitives : mieux vaut acheter une machine outil allemande : elle sera moins chère et plus solide et plus évolutive !!!!!! même chose en Suisse ou en Autriche !!!!! pour rattraper les allemands, les français mettront 50 ans si ils y arrivent !!!!!
Réponse de le 25/05/2017 à 4:57 :
Helas, milli fois, Bertrand a foutrement raison. Le retard technique en France est abyssal. Il sera impossible a surmonter, vu l'etat de l'industrie manufacturiere. Sans evoquer le niveau general scolaire, meme un ministre l'a dernierement fait remarquer, raison pour laquelle il a engage son rejeton de fils comme attache parlementaire.
Le resultat actuel est la consequence du vote francais durant 30 annees a minima. Pourquoi s'en etonner ?
Réponse de le 25/05/2017 à 6:27 :
@Steph
ah parce que les sans dents allemands ne contribuent pas à l'essor économique du pays ?
Réponse de le 25/05/2017 à 11:13 :
La fiabilité des produits allemands est un mythe. Toutes les enquetes démontrent que les voitures allemandes ne sont pas plus fiables que les françaises. Mais avoir une voiture allemande payée plus chère qu'un modèle français flatte l'EGO de son propriétaire et l'empêche d'ouvrir les yeux. Avez vous acheté du matériel Bosch? J'ai testé et j'ai eu quelques déceptions. Et le SAV n'est pas à la hauteur. Pas de circuit de réparateurs aggréés. Vous envoyez votre matériel et si hors garantie on vous fait un devis. Si vous ne l'acceptez pas on vous renvoie votre machine en l'état c'est à dire démontée. Démontage nécessaire pour faire le diagnostic mais on n'assure pas le remontage..
Réponse de le 25/05/2017 à 15:04 :
Contrairement a la france, il n y a pas en RFA 20 % de salaire au smic. Dans ma branche, c est nettement meiux paye en RFA qu en france (et en plus vous etes mieux considere et vous devez pas faire 60 h payé 35)
Dernier point en faveur de la RFA, le logement y est moins cher (certes ils commencent a avoir une bulle vu la politique de la BCE) mais ca n a rien a voir avec la France. La ville la plus chere de RFA (munich) est a peut pret au niveau de ... Lyon

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :