Brexit : la livre au-dessous de 1,40 dollar, son plus bas depuis 2009

La monnaie britannique poursuit sa plus forte chute depuis mars 2009 face au dollar. La crainte du Brexit s'accroît et inquiète les investisseurs.
Vers 09H00 heure de Tokyo (00H00 GMT), la livre sterling a chuté à 1,3987 dollar, touchant un nouveau plus bas depuis mars 2009.
Vers 09H00 heure de Tokyo (00H00 GMT), la livre sterling a chuté à 1,3987 dollar, touchant un nouveau plus bas depuis mars 2009. (Crédits : LUKE MACGREGOR)

La livre britannique est tombée, mercredi 24 février, au-dessous de 1,40 dollar dans les échanges matinaux en Asie, pour la première fois en près de sept ans, sur fond d'incertitudes à quatre mois d'un référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne (UE).

Vers 09H00 heure de Tokyo (00H00 GMT), la livre sterling a chuté à 1,3987 dollar, touchant un nouveau plus bas depuis mars 2009, contre 1,4022 dollar deux heures plus tôt, avant de remonter légèrement.

Face à la monnaie unique, elle était également sous pression, s'affichant à 78,809 pence pour un euro, contre 78,57 pence mardi vers 22H00 GMT.

La livre avait entamé sa descente lundi après le ralliement de l'influent maire de Londres Boris Johnson aux partisans de la sortie du pays de l'UE, une perspective redoutée par le grand patronat et la City.

Référendum sur un Brexit le 23 juin

La campagne bat son plein depuis l'annonce de la tenue d'un référendum le 23 juin, à la suite des concessions obtenues par le Premier ministre britannique David Cameron à Bruxelles en fin de semaine dernière auprès de ses partenaires européens.

Le chef du gouvernement a mis en garde contre un Brexit qui menacerait, selon lui, la sécurité "économique et nationale" de la Grande-Bretagne.

Il a été rejoint le lendemain par une myriade de grands patrons qui ont pointé dans une lettre collective les dangers d'un tel scénario.

"Quitter l'UE découragerait l'investissement, menacerait l'emploi et mettrait en danger l'économie. Le Royaume-Uni sera plus fort, plus en sécurité et plus riche en restant un membre de l'UE", déclarent les 200 signataires, parmi lesquels figurent 36 présidents ou directeurs généraux des 100 plus grandes entreprises cotées à la Bourse de Londres.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 24/02/2016 à 14:11
Signaler
UK ne peut sortir de la zone européenne. Toutes les évolutions actuelles ne sont que manipulations de banques en Bourse, ces dernières s'accrochent à tout rumeur pour en gager des variations dont elles savent sortir gagnantes. Mais ce qui n'est pas d...

à écrit le 24/02/2016 à 13:43
Signaler
et l'euro alors? Il baisse au "presque même rythme que la livre.... contre 1.14USD voilà encore quelques semaines, il est à moins de 1.10 et par rapport à son cours d'introduction, il est en baisse aussi... sans parler du franc suisse et du Yen japo...

à écrit le 24/02/2016 à 11:48
Signaler
Les milieux financiers, les milieux d’affaire sont hostiles à une sortie du Royaume-Uni de l’UE. Mécaniquement leur mauvaise humeur se porte sur le taux de change de la monnaie nationale britannique. Le Royaume-Uni étant un pays libéral avec un taux ...

le 24/02/2016 à 12:27
Signaler
Juste. A un detail pres, la reaction des marchés seraient telle dans l'hypothese décrite, que le référendum n"aurait meme pas le temps de se tenir. En fait, la simple election a la présidence d'un parti/unepersonne pronant ouvertement la fin de l'Eur...

le 24/02/2016 à 14:46
Signaler
Il ne faut pas confondre, @P52 et @Réponse de KidA, zone euro, réglementation et zone européenne. Les anglais ou les suédois ne sont pas dans la zone euro mais sont dans l'Europe. Seuls deux pays peuvent sortir techniquement de la zone euro pour ceux...

le 24/02/2016 à 15:03
Signaler
Bof ! On aura le Bitcoin, ou le troc ou les deux. L'humanité inventera un autre système d'échange, mais après quelles péripéties ?

le 24/02/2016 à 15:55
Signaler
@Corso: je crains que vous ne compreniez pas la mecanique en place et les consequences de cette mécanique, en ce qui concerne l'Euro. Ca n'est pas une question de pouvoir théoriquement. En pratique, aucun pays ne peut sortir de l'Euro de manière négo...

à écrit le 24/02/2016 à 8:16
Signaler
Pas un mot de notre classe politique des élus aphones pas un débat au parlement. Encore une fois nos élus montrent combien l'Europe ne les intéressent pas qu'ils soient pour ou contre. La France ne peut pas laisser au Président de la République fin m...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.