Brexit : Trump a suggéré à May de "poursuivre l'UE en justice"

 |   |  442  mots
Donald Trump et Teresa May
Donald Trump et Teresa May (Crédits : Kevin Lamarque)
La Première ministre britannique Theresa May a révélé dimanche une surprenante suggestion que lui avait faite le président américain Donald Trump pour réussir le Brexit: "poursuivre l'UE en justice".

Surprenante confidence de la part de Theresa May. Interrogée par l'émission politique dominicale The Andrew Marr Show, sur la BBC, la Première ministre britannique a révélé que le président américain, Donald Trump, lui avait suggéré d'attaquer l'UE en justice plutôt que de négocier avec Bruxelles au sujet du Brexit.

"Il m'a dit que je devrais poursuivre l'UE en justice. Poursuivre l'UE. Ne pas aller dans les négociations, mais les poursuivre en justice", a indiqué la dirigeante. "Mais en fait, non, on va négocier", a-t-elle ajouté.

Theresa May répondait à une question portant sur une déclaration du président américain lors de leur conférence de presse commune, vendredi près de Londres. Donald Trump, qui termine dimanche un visite de quatre jours au Royaume-Uni, avait indiqué lui avoir suggéré une méthode pour mener à bien le Brexit, mais qu'elle l'avait "peut-être jugée trop brutale".

"Peut-être qu'un jour elle le fera. S'ils ne font pas un accord (de sortie de l'UE), elle peut faire ce que je lui ai suggéré, mais ce n'est pas une chose facile", avait ajouté le magnat de l'immobilier, sans révéler la nature de sa suggestion.

Trump critique la méthode de May

Dans un entretien au tabloïd The Sun, Donald Trump avait affirmé qu'à la place de Theresa May, il aurait négocié "très différemment". "J'ai en fait dit à Theresa May comment le faire mais elle n'était pas d'accord", a-t-il déclaré, estimant qu'elle s'était engagée sur une voie ne correspondant pas au vote des Britanniques pour un retrait de l'UE, lors du référendum de 2016.

"Ce que le président a aussi dit lors de cette conférence de presse, c'est qu'il ne faut pas s'en aller. N'abandonnez pas les négociations parce qu'alors, vous serez coincés", a ajouté Theresa May sur la BBC, répétant sa volonté de négocier avec Bruxelles le "meilleur accord" possible en vue de la sortie de l'UE, prévue le 29 mars 2019.

Le gouvernement britannique a publié jeudi son "Livre Blanc" détaillant ses propositions sur la future relation entre l'UE et le Royaume-Uni après le Brexit, et son souhait de maintenir des relations étroites avec le bloc des 27, au grand dam des partisans d'un Brexit sans concession.

Londres aura peu de temps pour défendre son plan: les négociateurs sont censés parvenir à un accord d'ici octobre, pour permettre aux parlements européens et britannique de le ratifier avant la concrétisation du Brexit, prévue le 29 mars 2019.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/07/2018 à 16:22 :
votre troll est partout sur ce fil, soit vous virez donc sa réponse parasite hors sujet soit vous validez ma réponse à ce trollage que tout le monde voit même lui ne s'en cache pas.
a écrit le 16/07/2018 à 11:11 :
Quelle simplification politique, idéologique et économique, que de n'avoir comme seule stratégie que de dénoncer des accords datant de plusieurs décennies, de monter ses alliés les uns contre les autres et de semer de la Zizania partout.
Bien heureusement le monde est plus complexe et plus multiculturel que cela et cette parenthèse réductrice d’avenir et semeuse de troubles devrait rapidement montrer son inutilité, vu que l'on progresse toujours plus vite par des accords, qu'avec des semeurs de troubles.
Réponse de le 16/07/2018 à 23:21 :
On l' a bien sentie la progression, celle due à l' article 63 du TFUE qui autorise l' exil fiscal et les délocalisations de nos emplois à l' est, ça vous parle ...?
a écrit le 16/07/2018 à 10:27 :
Excellente idée : le Royaume-Uni n'a qu'à s'adresser à ... la cour de justice européenne. Quant à Johnson et Farrage, leur place est devant la justice de leur pays pour haute trahison.
Réponse de le 16/07/2018 à 11:54 :
Farage a conduit le Brexit conformément à la volonté des britanniques,
je sens que vous êtes chagrin mais il faudra vous y faire car ça s' appelle le retour de la démocratie ....

Bien sûr les hommes de Davos y prennnent ombrage, on peut les comprendre.
Réponse de le 16/07/2018 à 15:32 :
Farage s'est défilé dès que le brexit a été voté parce qu'il savait que tout ce qui avait été promis en matière financière, sociale , diplomatique et économique était totalement bidon et infaisable. Il a courageusement fui, craignant que les citoyens trompés ne lui fassent sa fête tôt ou tard s'il restait en politique.

J'aimerai simplement ajouter que cet individu, qui n'a JAMAIS été capable de se faire élire au parlement britannique (6 tentatives, 6 échecs) n'a vécu pendant 15 ans que grâce à l'argent de cette Europe qu'il vomit.

C'est le cas de la plupart de ses confrères en europhobie. Sans l'Europe le FN serait mort et enterré depuis la fin des années 90 et Marine femme de ménage à Bondy.
Après avoir bien vécu sur la bête bruxelloise pendant des années, l'heure est arrivé pour le FN de payer la facture des bulles et des petits fours, ce qui n'est que justice.

Pour en revenir à Farage, il anime maintenant une quotidienne d'une heure sur une station de radio privée...où il semble s'être livré à des dérapages antisémites et autres facéties.
a écrit le 16/07/2018 à 10:09 :
Sachant que l'UE de Bruxelles n'est qu'une simple administration, il est concevable de pouvoir la traîner en justice!
Réponse de le 16/07/2018 à 12:00 :
Effectivement, Bruxelles c' est du hors sol complètement dépassé qui a shunté les démocraties pour enrichir le 1 %, vivement le retour de la prépondérance des états-nations.
a écrit le 16/07/2018 à 10:04 :
Encore un excellent choix de photo qui nous montre bien que May sait ce qu'elle fait avec Trump et que ces deux là sont loin d'être en opposition.

Par contre bravo à ce dernier, encore une fois, je ne pensais vraiment pas que cette gouvernance Trump serait autant jubilatoire, de quoi presque vous redonner espoir dans les élections ! Presque... Qui est impossible à décrypter, seuls ses actes le permettent.

Mais quelle remarquable intelligence dans le regard de May...
Réponse de le 16/07/2018 à 10:24 :
effectivement, la façon dont Trump galvaude et ridiculise la fonction qu'il occupe et scie méthodiquement la branche sur laquelle il est assis est assez divertissante.
Réponse de le 16/07/2018 à 13:42 :
@ multipseudos:

"effectivement, la façon dont Trump galvaude et ridiculise la fonction qu'il occupe et scie méthodiquement la branche sur laquelle il est assis est assez divertissante"

Merci pour la messe néolibérale mon père mais je suis athée.Votre prêche hors sujet par définition est signalée, quand vous ne savez pas quand prier vous m'évitez, merci.
Réponse de le 17/07/2018 à 8:56 :
"et scie méthodiquement la branche sur laquelle il est assis"

Expliquez vous.
Réponse de le 17/07/2018 à 8:57 :
"est assez divertissante"

C'est pour cela que vous me harcelez pour me le dire, c'est parce que ça vous diverti hein...

N'importe quoi.
Réponse de le 17/07/2018 à 8:57 :
Réponse de bruno_bd

Rien.
Réponse de le 17/07/2018 à 8:57 :
@ multipseudos

vous pouvez faire bien mieux, là vous ne faites que troller
a écrit le 16/07/2018 à 9:33 :
Méthode connue depuis la nuit des temps. Pour s'assurer qu'un ex vassal ne devienne un concurrent fort, il suffit de verser un peu de fiel de zizanie en son sein. Les gens se foutront sur la gueule à l'intérieur, et pendant ce temps le gros parasite US pourra continuer leur frichti planétaire. Le pire est que ça va marcher... on va tous s’étriper dans l'UE, au lieu de nous mettre en ordre de marche pour tenir à distance donaldinio qui vient de nous désigner comme ennemi...
a écrit le 16/07/2018 à 9:16 :
"Surprenante confidence de la part de Theresa May"

Je suppose que vous n'y croyez pas à cette phrase, du coup c'était pas indispensable de l'écrire puisque tout le monde sait que c'est la stratégie de Trump et que cette "confidence" (lol) ne sert qu'à mettre la pression à l'UE qui voit que le RU sera soutenu de toutes façons par les états unis or notre consortium financier européen, primitif, continue de miser sur un non brexit.

Mais vu que l'europe n'a pas été en mesure de prévoir dans ses textes la sortie d'un de ses membres il est évident que le conseil de Trump est loin d'être stupide.
a écrit le 15/07/2018 à 21:46 :
Porter plainte pourquoi?
Ce sont les anglais qui ont voulu le brexit, pas les européens.

Effectivement, on ne sait pas trop ce qu'il comprend de son environnement le baby Trump.
a écrit le 15/07/2018 à 17:55 :
Ce n'est qu'une simple pression supplémentaire faite a cette administration qu'est l'UE de Bruxelles, car, les différentes nations qui composent cette soit disant "union", se moque complètement du Brexit!
a écrit le 15/07/2018 à 16:55 :
Je ne suis pas sûr que Trump comprend tout.
Mais si il veut déposer une plainte à la cour européenne des droits de l'homme, il peut peut-être donner un coup de main à Theresa May...
Réponse de le 15/07/2018 à 19:37 :
Trump a en effet bien compris que T May était pro remain et n' allait pas emballer le Brexit et, vicelard, lui prodigue les encouragements nécessaires pour défendre enfin le point de vue des britanniques ; en réalité, Trump se fout d' elle !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :