Élections européennes : pas de tsunami populiste en vue

 |   |  634  mots
Projection en sièges des intentions de vote dans l'UE27.
Projection en sièges des intentions de vote dans l'UE27. (Crédits : Parlement européen)
Les deux principaux groupes du Parlement européen, le Parti populaire européen (PPE, centre-droit) et les Socialistes et démocrates (SD), perdraient des points au bénéfice de l’extrême droite et du centre, en position d'arbitre, aux élections européennes de mai, selon une étude du Parlement publiée ce lundi 18 février.

Les europhobes devraient progresser lors des prochaines élections européennes fin mai, mais les grandes familles pro-UE resteraient majoritaires, selon de premières projections sur sa future composition publiées ce lundi 18 février par le Parlement européen, à partir d'une compilation de sondages. D'après cette analyse, ni la droite ni la gauche pro-européenne ne seront majoritaires et capables d'imposer leur candidat à la tête de la Commission européenne.

Le scrutin qui aura lieu du 23 au 26 mai 2019 sera « l'un des exercices démocratiques les plus importants dans le monde », a fait valoir le porte-parole du Parlement européen en présentant ces chiffres à Bruxelles.

« La recomposition signifiera la fin de la cogestion entre le PPE et le SD, qui n'a pas contribué à nourrir l'intérêt des citoyens européens pour le Parlement », analyse la ministre française des Affaires européennes Nathalie Loiseau dans un entretien au Monde. « Dans une telle configuration, le groupe des nationalistes ne pèsera guère. Ils ne formeront pas un groupe cohérent avec un quelconque projet. »

--

Elections européennes

[Projection en sièges des intentions de vote dans l'UE27. Crédits : Parlement européen]

--

Le centre, incontournable pour bâtir une majorité

Au sein d'un hémicycle ramené à 705 députés - contre 751 aujourd'hui, par le départ des Britanniques -, les deux grandes familles politiques de l'hémicycle européen, le PPE (droite) et les sociaux-démocrates perdraient respectivement 34 et 51 sièges. Elles garderaient toutefois les deux principaux groupes avec 183 et 135 sièges dans cette assemblée rétrécie.

Le groupe centriste de l'Alliance des démocrates et des libéraux européens (ALDE), où les eurodéputés français du MoDem devraient être rejoints par les élus de La République en marche, sera incontournable pour bâtir une majorité. La famille libérale pourrait atteindre 93 sièges si elle est rejointe par les eurodéputés français étiquetés La République en Marche (LREM).

Leurs résultats en France talonnent ceux de la liste Rassemblement national (RN, extrême droite), créditée de 21 sièges selon le sondage pris en compte par le Parlement européen.

Les europhobes montent

Le groupe eurosceptique ENL (Europe des Nations et des Libertés), auquel participe actuellement le RN de Marine Le Pen, serait de son côté l'un des grands gagnants des élections : il gagnerait 22 sièges (59 au lieu de 37), avec notamment 27 eurodéputés italiens issus de la Ligue.

Le parti du sulfureux ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini accroîtrait considérablement son influence dans le Parlement européen, où il ne compte aujourd'hui que 6 représentants. Il en deviendrait même le deuxième parti national le mieux représenté derrière les conservateurs allemands de la CDU/CSU, membres du PPE.

Les Verts, qui comptent actuellement 52 sièges, n'en auraient plus que 45 dans le nouveau Parlement européen. La GUE/NGL (gauche radicale) perdrait également 6 sièges (de 52 à 46).

____

MÉTHODOLOGIE

Ces premières projections publiées par le Parlement européen, qui seront actualisées tous les 15 jours, ont été réalisées en compilant des sondages d'intentions de vote réalisés dans les 27 pays qui seront encore membres de l'UE fin mai 2019 - si le Brexit a bien eu lieu le 29 mars comme prévu.

Le Parlement européen est parti du principe que les groupes politiques resteraient composés de la même manière qu'actuellement, avec des eurodéputés venant des mêmes formations nationales.

Ces résultats ne tiennent, par exemple, pas compte de l'impact que pourrait avoir l'arrivée d'eurodéputés issus de nouveaux partis politiques dans les Etats membres, qui devraient alors choisir leurs alliances pour peser au niveau européen.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/02/2019 à 10:46 :
le journaliste pourrait éviter de dire sulfureux pour Salvini. l actuelle coalition sent la corruption à plein nez et à été incapable de gérer l Europe et ses intérêts. eux ? ils puent?
a écrit le 20/02/2019 à 9:18 :
Pourquoi "sulfureux" ?
Jugement de valeur qui n'engage QUE son auteur (......anonyme ça passe mieux ! =) !
a écrit le 19/02/2019 à 17:23 :
Et sachant que déjà les sociaux démocrates votent les lois proposées par le parti de droite PPE '(c'est dans un des articles de la tribune que je l'ai lu, infirmation hallucinante alors qu’introuvable sur internet ce qui veut donc dire jamais abordée par un journaliste, encore un scandale), on se doute qu'avec le centre ça ne devrait pas beaucoup évoluer, voir même totalement stagner.

Vite un frexit, on étouffe en UERSS...

"PS, LR et FN unis pour approuver la directive sur le secret des affaires" https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/04/16/secret-des-affaires-comment-ont-vote-les-eurodeputes-francais_4903536_4355770.html
Réponse de le 22/02/2019 à 9:42 :
@ Lecteur blasé

ET donc profondément con de lire quelque chose qu'il n'aime pas lire. LE gars qui aime se faire mal, ami des psychopathes bonjour.

Signalé bien entendu hein... -_-
Réponse de le 10/03/2019 à 9:26 :
@ multipseudos:

"
Qui aime ce ton devrait se taire au lieu de diffamer ses critiques "

Toujours autant de mal à vous adresser à de vrais gens vous hein mon pauvre vieux... -_-

Rester entre peines à penser svp, merci.
a écrit le 19/02/2019 à 15:03 :
Les populistes font peur a juste titre.Nous avons un président jeune,pret a se lancer dans les réformes pour faire évoluer le pays,ne gachons pas toutes nos chances!
Réponse de le 19/02/2019 à 15:44 :
Le président Macron n'est que la courroie de transmission de Bruxelles. Il ne fait qu'appliquer les GOPÉ (Grande Orientation de Politique Économique) ses réformes ne font qu'attirer l'ensemble des acteurs vers le bas. Si vous ça ne vous dérange pas d'être pieds et poings liés par Bruxelles, moi cela m'interpelle profondément. J'ai été pour l'Europe, mais certainement pas celle là. Je n'attends qu'un chose, que ce machin explose et que l'on reparte sur d'autres bases où seuls les peuples auront la parole.
Réponse de le 20/02/2019 à 9:19 :
Merci de cette contribution Darmanin !
Réponse de le 21/02/2019 à 14:15 :
Les peuples ont la parole en Europe, pour preuve, certains décident de sortir de l'UE, d'autre de mettre à leur tête des populistes.
Après, vous avez un avis différent- mais moi aussi, je suis le peuple, et je suis profondément d'accord avec ce que fait l'UE, et elle le fait dans un cadre démocratique avec un processus de décision démocratique.
a écrit le 19/02/2019 à 9:27 :
Est ce que la démocratie Européenne pour une nation est elle le choix de «  sa destinée « 

Pourquoi l’union ?
Car nous pouvons constater qu’il y a beaucoup d’incohérence entre les entrée et sortie d’argent , les riches deviennent plus riche et la précarité se creuse de plus en plus alors que nous vivons l’âge d’or de l’humain ( avec l’IA , énergie quantique...)

Cette union fait plus de «  dégâts «  que du bien aux nations ?
La preuve : le Brexit

Les Anglais ont ils plus de chance ?
Réponse de le 21/02/2019 à 14:18 :
Plus de 150 pays dans le monde ont aussi des problèmes de répartition des richesses, de précarité, et ne font pas partie de l'UE.
L'UE n'est pas la cause des problèmes, elle est un formidable bouclier pour ne pas être dépendant du bon vouloir de telle ou telle superpuissance économique..
a écrit le 19/02/2019 à 8:08 :
Tout ça pour ça! On va nous bassiner sur l'importance de ces élections alors que rien ne va changer si ce n'est un coup de barre à droite. L'Europe va rester libérale et ces élections battront une fois de plus les records d'abstentions dans tous les pays. Une caricature de démocratie!
Réponse de le 20/02/2019 à 17:42 :
Un peu de constance… Si les gens ne votent pas, ce sont qui votent qui imposent leur point de vue. L'UE n'est pas une caricature de démocratie, c'est une instiution démocratique regroupant des démocraties.
Allez au Vénézuéla, en Chine ou en Corée du nord pour voir des caricatures de démocratie.
a écrit le 18/02/2019 à 18:56 :
Dans le processus de décision européen, c'est la commission qui est très largement prépondérante et que les commissaires sont nominés par les gouvernements en place dans chaque pays.
La nomination doit être approuvée par le parlement européen mais il peut difficilement résister à une commission européenne dont la majorité serait très très à droite.

Ce qui veut dire que de la même façon que le parlement européen actuel est bien plus "social" et économiquement "antilibéral " que la commission, on pourrait avoir demain une commission de nationalistes populistes face à une assemblée plus centriste.

Et on sait que dans ce cas c'est la commission qui l'emporte.
Donc la projection à plusieurs mois du scrutin ne tranquillise personne.
Réponse de le 18/02/2019 à 19:34 :
Sauf que le parlement UE n' a qu' un avis consultatif et ne sert à rien quand toutes les décisions sont portées et entérinées par les 28 commissaires non élus mais cooptés disposant à la fois du législatif et de l' exécutif ..
Frexit, Upr comme une urgence, vite..
Réponse de le 18/02/2019 à 20:47 :
N'importe quoi Gedeon! Le role du Parlement Eiuropeen n'est pas consultatif. Aucune loi aucune directive europeenne ne peut passer sans l'accord majoritaire du Parlement Europeen. Si le Parlement vote contre la directive tombe à l'eau.
Les commissaires européens sont propose par les Etats mais doivent passer par un grand oral et un vote du Parlement Europeen. Il est arrive à plusieurs reprises que les eurodéputés rejete la nomination d'un commissaire europeen. Dire qu'ils sont non elus est faux et mensonger
Et la Commission Europeenne est responsable devant le Parlement Europeen qui doit voter la confiance à chaque debut de legislature et peut voter une motion de censure, comme ce fut le cas en 99 avec la Commission Santer qui fut renverse par le Parlement Europeen et oblige de demissionener en bloc!
quel systeme dictatorial ...
Et concernant le Frexit 80% des Francais sont contre votre projet d'ejecter la France de l'euro et de l'UE vous etes minoritaire au sein du peuple français
Réponse de le 19/02/2019 à 11:32 :
@n'importe quoi, Vous en doutez ? De la bouche même de VGE qui a instauré le parlement européen, qui était à la génèse du système vient de dévoiler le vrai rôle du parlement européen, écoutez le nous dire que ça ne sert en gros à rien..
https://www.youtube.com/watch?v=REa-7Db6KkA&feature=youtu.be&fbclid=IwAR2OcYlBDhrmg-1exfODlcEDaartrIw-be7SpQpD3dbfpYUevMPJuJC_NO0
Vous ne possédez pas vos dossiers..
Réponse de le 19/02/2019 à 11:44 :
Gédéon 18/02/2019 19:34
Par qui êtes-vous manipulé ?
Vous ne comprenez rien ou surtout vous ne voulez pas comprendre comment fonctionne l'Europe. Vous déversez des informations erronées.... La Commission n'a aucun pouvoir politique: elle est présente pour tenter de faire appliquer les règles ce qui est un vaste programme. Le Conseil Européen et le Parlement ont le pouvoir. Les gope que votre mentor (manipulé par qui ?) assène comme argument doivent être approuvées par le CE.
Quelques chiffres:
1er tour Présidentielles 2017
Résultats
Asselineau 0.92 %
Poutou 1.09 (si le facteur s'était présenté, il aurait fait 2-3 % au détriment de JLM)
Lassalle 1.21
Dépenses en € mln
Asselineau 1.23
Poutou 0.77
Lassalle 0.24
Temps de parole dans les médias entre 1/2 et 21/4
(source site Politologue, temps recalculés à partir des données du CSA)
Asselinau 1 jr 16 hr
Poutou 1jr 21 hr
Lassalle 1 jr 13 hr

Conclusion: UPR ne représente rien. Toutefois, c'est bien qu'il existe car il permet la dispersion des voix.
Cordialement
Réponse de le 19/02/2019 à 15:08 :
@bernardino Votre discours n ' à plus rien de rationnel. Quand on vous mets le nez factuellement dans les conséquences du suivisme européen, vous procédez de hors sujets. Le résultat est là avec les GJ, liquidation de l 'industrie et des emplois et mouvement social inédit depuis 68.. Vous en voulez encore ? Nous non et le passage par la case Frexit s' avere être la seule issue.
Réponse de le 19/02/2019 à 15:25 :
@Gédéon Vous êtes du même acabit que les grands manipulateurs du Brexit Nigel Ferage et son énorme mensonge des 350 millions reversés au MHS mais aussi du tout aussi manipulateur Boris Johnson et ses bananes. Défendre une cause est honorable mais la défendre par la manipulation manque de dignité. M. Asselineau doit rencontrer si ce n’est pas fait le manipulateur menteur Nigel Ferage ce qui montre le niveau de l’UPR comment osez se dire responsable et aimer la France avec de telles pratiques. Vous devez être combattu non pas pour vos d’idées qui peuvent être respectables même si je suis contre, mais pour votre manipulation. Les manipulateurs ont toujours semé la misère et parfois pire la terreur. Heureusement que les réseaux que vous essayez d’envahir par le mensonge permettent d’avoir une vision autre que vos pitoyables mensonges. SVP pas de réponses bidons habituelles telles que macroniste ou ne pas avoir lu les GOPE, votre rengaine n’est pas à la hauteur des enjeux de notre pays et encore moins à sa souveraineté votre blabla habituel.
Réponse de le 19/02/2019 à 16:23 :
@Bernardino Pourquoi ne pas covoiturer avec quelqu' un qui peut vous expliquer ?
Réponse de le 19/02/2019 à 17:46 :
Il faut mettre tous le monde mon petit Bernardino pour faire un comparatif :
Par candidat entre le 01/02/2017 et le 21/04/2017
FILLON FRANCOIS
13 jours, 15hrs 27mins 42secs 30 jours, 13hrs 05mins 31secs
HAMON BENOIT:
11 jours, 20hrs 06mins 05secs 18 jours, 1hr 56mins 13secs
MACRON EMMANUEL:
10 jours, 22hrs 28mins 58secs 21 jours, 7hrs 14mins 47secs
LE PEN MARINE:
10 jours, 17hrs 27mins 13secs 18 jours, 11hrs 07mins 09secs
MELENCHON JEAN LUC:
7 jours, 19hrs 29mins 50secs 12 jours, 4hrs 00mins 31secs
DUPONT AIGNAN NICOLAS:
2 jours, 20hrs 24mins 22secs 3 jours, 17hrs 14mins 53secs
POUTOU PHILIPPE:
1 jour 21hrs 25mins 41secs 2 jours, 15hrs 49mins 26secs
ARTHAUD NATHALIE:
1 jour 17hrs 59mins 44secs 2 jours, 7hrs 41mins 24secs
ASSELINEAU FRANCOIS:
1 jour 16hrs 09mins 23secs 2 jours, 8hrs 33mins 49secs
LASSALLE JEAN:
1 jour 13hrs 32mins 53secs 2 jours, 3hrs 14mins 46secs
CHEMINADE JACQUES:
1 jour 10hrs 12mins 31secs 1 jour 23hrs 37mins 47secs
Réponse de le 20/02/2019 à 9:23 :
@Pierre

"comme ce fut le cas en 99 avec la Commission Santer qui fut renverse par le Parlement Europeen"

La Commission Santer démissionne le 15 mars 1999 sans qu'une motion de censure soit adoptée.
Réponse de le 20/02/2019 à 19:33 :
C'est le traité de de Maastricht qui a établi le processus décisionnel en 1992.

Le Conseil européen composé des président ou premiers ministres élus démocratiquement adopte les grandes orientations de la politique de l'UE.

La Commission européenne (non élue) PROPOSE des textes selon les orientations du conseil européen.

Le Conseil de l'Union européenne (appelé aussi "Conseil des ministres de l'UE") composé des ministres compétents de la matière qui fera l'objet d'un texte adopte, modifie ou rejette ( procédure ordianire).

Le Parlement européen élu démocratiquement par tous les européens in fine amende et vote, les textes proposés ( dans certains cas le vote du conseil des ministres de l'UE n'est pas nécéssaire.)
Réponse de le 21/02/2019 à 8:32 :
Ajouter SVP:

Le parlement européen peut également rejeter un texte.Ce n'est pas une chambre d'enregistrement ni une assemblée consultattive.
Réponse de le 28/02/2019 à 14:41 :
@lachose le 19/02/2019 à 17:46
J'ai comparé ce qui était comparable donc votre intervention est hors de propos
Cordialement
a écrit le 18/02/2019 à 18:14 :
Les europhobes montent qui s' insurgent contre les GOPE-de-Bruxelles qui ont apporté l' austérité crasse et les partisans du Frexit aussi..
a écrit le 18/02/2019 à 17:54 :
Je ne veux pas que la France devienne comme l'Allemagne avec trois fois plus de travailleurs pauvres, des retraites misérables.
La France doit rester la France et il faut arrêter avec le mythe "il y a du travail pour tout le monde" 300 000 offres d'emplois non pourvus pour 6 000 000 de chômeurs.
Il n'y a pas que le travail dans la vie mais surtout l'essentiel c'est la santé du corps humain et la santé de la planète.
a écrit le 18/02/2019 à 17:17 :
Nous sommes toujours sur le principe du "dégagisme" pour tout les européistes que l'on propose a nos votes!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :