L'étonnant bond de la croissance du Royaume-Uni au 3e trimestre : +16% !

 |  | 565 mots
Lecture 3 min.
Le Chancelier de l'Echiquier Rishi Sunak a rappelé mardi que le gouvernement du conservateur Boris Johnson avait investi 280 milliards de livres pour maintenir sous perfusion l'économie et l'emploi en pleine crise sanitaire.
Le Chancelier de l'Echiquier Rishi Sunak a rappelé mardi que le gouvernement du conservateur Boris Johnson avait investi 280 milliards de livres pour maintenir sous perfusion l'économie et l'emploi en pleine crise sanitaire. (Crédits : Reuters)
L'activité s'est relancée au cours de l'été après un effondrement historique du PIB de 19,8% au deuxième trimestre du fait du premier confinement décidé face à la pandémie, plongeon révisé à -18,8% dans le communiqué de l'ONS (l'Office national des statistiques) mardi.

La hausse du produit intérieur brut (PIB) au troisième trimestre a été revue à 16,0% au Royaume-Uni, un record, contre une première estimation à 15,5%, grâce à la réouverture de l'économie après une récession historique au printemps à cause de la pandémie.

Le niveau du PIB reste cependant de 8,6% inférieur à ce qu'il était à la fin 2019, avant l'impact de la pandémie, a indiqué mardi l'Office national des statistiques.

Dynamique période estivale

L'activité s'est relancée au cours de l'été après un effondrement historique du PIB de 19,8% au deuxième trimestre du fait du premier confinement décidé face à la pandémie, plongeon révisé à -18,8% dans le communiqué de l'ONS mardi.

Septembre a marqué un premier ralentissement de la croissance qui s'est poursuivi en octobre où la hausse du PIB n'était plus que de 0,4%, dans la foulée de mesures de restrictions à l'activité de nouveau imposées à travers le pays.

Reconfinement et incertitudes du Brexit affecteront l'embellie

En novembre, un retour à une contraction de l'économie est à attendre en raison du reconfinement en Angleterre et partiellement dans les autres provinces britanniques, et face aux incertitudes du Brexit.

Les économistes espèrent que décembre et les fêtes de Noël permettront de limiter les dégâts pour la toute fin de l'année même si le placement d'une partie du pays en "tier 4", l'équivalent d'un reconfinement, va limiter l'embellie.

Ces restrictions à l'activité devraient se poursuivre en janvier au moment où le pays va sortir du marché unique européen après une période de transition post-Brexit qui s'achève le 31 décembre.

Sur l'ensemble de 2020, les services du gouvernement évaluent la contraction de l'économie à 11,3% et tablent sur un rebond de 5,5% en 2021.

Vaccins et grandes espérances

"Les chiffres montrent que la chute du PIB au deuxième trimestre était moins sévère qu'initialement estimée", relève Ruth Gregory, de Capital Economics.

"Si une rechute en récession est clairement possible si les restrictions du Tier 4 se prolongent en 2021, le taux élevé d'épargne est matière à espérer que tant que les vaccins sont efficaces et largement diffusés, le PIB va fortement rebondir au deuxième semestre", ajoute-t-elle.

Par ailleurs, l'ONS a indiqué mardi que l'emprunt du secteur public s'était élevé à 31,6 milliards de livres pour novembre, le troisième plus fort emprunt sur un mois depuis que ces statistiques ont démarré en 1993.

Depuis le début de l'année fiscale en avril jusqu'à novembre, l'emprunt du secteur public a atteint 240,9 milliards de livres, 188,9 milliards de lives de plus qu'un an auparavant et un record depuis le début de la collecte de ces données, à cause de mesures sans précédent du gouvernement pour soutenir l'économie.

"La pandémie de Covid-19 a eu un impact important sur l'économie et par conséquent sur l'emprunt du secteur public et la dette", commente l'ONS.

Le Chancelier de l'Echiquier Rishi Sunak a rappelé mardi que le gouvernement du conservateur Boris Johnson avait investi 280 milliards de livres pour maintenir sous perfusion l'économie et l'emploi en pleine crise sanitaire.

Il avertit que "quand notre économie va se remettre, il faudra que nous prenions les mesures nécessaires pour remettre les finances publiques sur une trajectoire soutenable afin d'être en mesure de répondre aux futures crises".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2020 à 18:40 :
Une croissance à l'indo-pakistanaise mais est-ce véritablement enviable?
a écrit le 22/12/2020 à 11:59 :
la France a fait +18,7% (Eurostat), plus fort rebond de l'UE. Espagne et Italie ont fait autant que le UK.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :