L’Irlande du Nord pourrait opposer son veto au Brexit

 |   |  439  mots
A Londonderry (Irlande du Nord), la statue de la paix baptisée Mains tendues par dessus les divisions.
A Londonderry (Irlande du Nord), la statue de la paix baptisée "Mains tendues par dessus les divisions". (Crédits : Reuters)
Des juristes ont argué, mardi 4 octobre, que l’Irlande du Nord était en droit d’opposer son veto à un Brexit, en vertu de l’Accord de paix de 1998, devant un tribunal de Belfast. Un article de notre partenaire Euractiv.

« La souveraineté sur les questions constitutionnelles a été cédée » avec cet accord dit du Vendredi Saint, a déclaré l'avocat Ronan Lavery, qui défendait un recours déposé contre le résultat du référendum britannique sur l'Union européenne du 23 juin.

Tout comme l'Écosse, l'Irlande du Nord a voté pour rester dans l'UE lors du référendum du 23 juin.

« Les habitants de l'Irlande du Nord ont le contrôle sur les changements constitutionnels les concernant, on ne peut pas les leur imposer », a-t-il ajouté, alors qu'une majorité d'électeurs en Irlande du Nord, comme en Écosse, a voté pour rester dans l'UE, contrairement à ceux d'Angleterre et du Pays de Galles.

Un argument défendu également par Ciaran O'Hare, avocat d'un militant des droits de l'Homme, Raymond McCord, qui a lui aussi déposé un recours. Les Irlandais craignent la réintroduction d'une frontière et de barrières douanières entre les deux parties de l'île quand le Brexit sera devenu une réalité, pas avant début 2019 si Londres lance la procédure de divorce d'avec l'UE avant fin mars 2017, comme annoncé dimanche par la Première ministre, Theresa May.

>> Lire : Theresa May veut garder ouverte la frontière avec l'Irlande

Ronan Lavery a également souligné qu'avec un Brexit, toute tentative de réunification de l'île devrait recevoir le blanc-seing des membres de l'UE, qui auraient à se prononcer sur l'entrée de l'Irlande du Nord dans l'Union.

« Il s'agit d'un obstacle pratique et illégal aux aspirations nationalistes d'une Irlande unie », a-t-il déclaré, ajoutant que « le retrait de l'UE aurait un effet catastrophique sur le processus de paix et l'équilibre constitutionnel délicat que nous avons atteint ».

Dimanche, Theresa May avait exclu toute dérogation au Brexit. « Nous négocierons comme un seul et unique Royaume-Uni et nous quitterons le Royaume-Uni comme un seul et unique Royaume-Uni », a-t-elle insisté face aux réclamations nord-irlandaises et écossaises. L'audience devant le tribunal de Belfast devait se poursuivre mercredi.

L'Accord du Vendredi Saint a été conclu en 1998 pour mettre fin aux « Troubles », terme employé pour qualifier le conflit entre partisans de l'union avec le Royaume-Uni et nationalistes aspirant à l'union avec l'Irlande, qui a fait 3.500 morts entre 1969 et 1998.

>> Lire aussi : L'Écosse aura son mot à dire dans les négociations du Brexit

___

Par Euractiv.com avec AFP

(Article publié le 5 octobre 2016)

___
>> Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union Européenne sur Euractiv.fr

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2016 à 16:59 :
Ce serait probablement pour les nord-irlandais, de quitter le royaume-uni pour intégrer l'Irlande réunie qui fait partie de l'UE.
Au passage cela mettrait fin à cette bizarrerie historico-sanglante que constitue cette enclave britannique.
Idem pour les écossais, plutôt que de vouloir garder l'UK dans l'UE, ils feraient mieux de prendre leur indépendance, a cet égard ils ont fait une énorme erreur en ne votant pas dans ce sens au référendum.
a écrit le 06/10/2016 à 14:33 :
L'Irlande du Nord, le sparadrap du capitaine Haddock!
Réponse de le 06/10/2016 à 16:21 :
n oubliez pas l'Ecosse voir Gibraltar...C'est plus de sparadrap dont à besoin le UK mais de plâtre.
a écrit le 06/10/2016 à 13:38 :
" le retrait de l'UE aurait un effet catastrophique sur le processus de paix et l'équilibre constitutionnel" HA BON ? Il parle de quoi ? Je ne savais pas que l'Europe était concerné par la haine entre Irish et British ?!! Décidément la démocratie semble n'être qu'un concept pour les perdants ! "Processus de paix" ou "paix" ? Apparemment ce n'est pas très clair tout ça ?
Réponse de le 06/10/2016 à 16:11 :
Et pourtant si, l'Europe, si souvent décrié, a accompagné le processus et aidé à trouver une solution pour la paix en Irlande du Nord. Vu ce qu ils ont vécu pendant des décennies, je peux comprendre qu il s'inquiète des relents de nationalismes qui vont avec le brexit. De plus Ulster et Eire dans l'UE ça effaçait la frontière dans les têtes et repoussait le débat sur l unification.
Si vous croyez qu on efface des décennies de haine en claquant des doigts, engagez vous à l ONU.
Un vote à des conséquences et celui ci en a de multiples. Vous ne semblez pas non plus familier du système politique du UK, donc abstenez vous de juger leur pratique démocratique, ça vous évitera des âneries.
a écrit le 06/10/2016 à 13:09 :
L'Irlande du Nord est un concept politique. Géographiquement et historiquement, cette région fait partie de l'Irlande tout court. Leur solution unique est de revenir dans le giron de l'Eire :-)
a écrit le 06/10/2016 à 13:09 :
Des indépendantistes qui ne veulent pas être indépendant ou qui veulent changer de maître!
a écrit le 06/10/2016 à 12:59 :
P.S.: "LE plan d'investissement pour l'Europe profite aux pays les plus riches." Lit on sur votre vidéo, en plein dans le sujet.

Les irlandais feraient mieux de lire La Boétie.
a écrit le 06/10/2016 à 12:57 :
C'est jamais facile de sortir de prison, ça fait peur à nombreux prisonniers.
Réponse de le 06/10/2016 à 16:19 :
l Irlande du Nord ayant voté pour rester, c'est qu il ne se sentait pas prisonnier du tout, bien au contraire. La crainte de ces gens c'est justement de revenir à la situation où ils étaient enfermés dans un cercle de violences sanglantes. Pour le dogmatique que vous êtes, c'est sans doute trop complexe à comprendre, mais impossible pour vous de ne pas troller quotidiennement manifestement...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :