Le ministre des Finances de Merkel Olaf Scholz battu à la présidence du SPD

 |   |  200  mots
Norbert Walter-Borjans et Saskia Esken, le nouveau tandem élu à la présidence du SPD.
Norbert Walter-Borjans et Saskia Esken, le nouveau tandem élu à la présidence du SPD. (Crédits : Reuters)
Le vice-chancelier allemand, qui briguait la présidence du parti social-démocrate SPD, a été devancé par un tandem plus à gauche, détracteur de la coalition avec les conservateurs de Merkel. Cette élection provoque des interrogations sur l'avenir du gouvernement.

Le ministre des Finances et vice-chancelier du gouvernement d'Angela Merkel, Olaf Scholz, a perdu l'élection à la présidence du parti social-démocrate, ce samedi 30 novembre, a annoncé la direction du SPD. Le tandem formé par Norbert Walter-Borjans et Saskia Esken, détracteurs de la coalition formée avec les conservateurs de la CDU-CSU de la chancelière Merkel, a récolté 53,06% des voix, contre 45,33% pour le ticket Olaf Scholz-Klara Geywitz, une élue locale d'ex-RDA.

Cette élection pourrait fragiliser Angela Merkel. La nouvelle équipe, qui défend une ligne plus à gauche et une renégociation de l'accord de coalition de 2018, sera officiellement investie lors d'un congrès du parti organisé du 6 au 8 décembre à Berlin. Les militants devront se prononcer sur le maintien de la coalition ou la sortie du SPD de la coalition.

Les deux nouveaux coprésidents des Sociaux-Démocrates critiquent la politique du "zéro endettement", défendue par Olaf Scholz, et le manque de volontarisme du gouvernement Merkel en matière environnementale.

Au pouvoir depuis 14 ans, la chancelière, âgée de 65 ans etsurnommée "Mutti" ("maman") comptait gouverner jusqu'à la fin de la législature en 2021, avant de se retirer de la politique.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2019 à 20:10 :
L'Allemagne c'est terminé ! l'UE c'est pliée ... aucune idée de la suite mais les jeux sont faits, si la gauch poinete son nez, une chose est claire c'est le retour des extrêmes, ils n'apportent que ça ! Bon ça sent le chaud, et Merkel restera comme celle qui aura finit par détruire l'Allemagne ! (Incroyable quand même)
a écrit le 01/12/2019 à 18:23 :
On dirait que le grand ménage commence outre Rhin, avis de mauvais temps pour les crétins euro-béats. devant la montée de la Droite, la réaction de l'électeur Allemand est de favoriser la gauche, ne faisant qu'accentuer la bascule politique, la dernière fois cela s'est mal passé.
a écrit le 01/12/2019 à 12:08 :
En France on se débarrasse de nos présidents après un mandat sauf accident de Chirac en 2002 qui aurait été battu par Jospin au second tour si ce dernier y était parvenu. En Allemagne, c'est le contraire, Merkel a fait le mandat de trop, il ne se passe plus rien, elle expédie les affaires courantes, une fin de règne interminable à la reine d’Angleterre.
a écrit le 01/12/2019 à 11:52 :
L'Allemagne qu'on nous présente comme la locomotive de l'U-E
est en bien mauvaise posture:Deutschebank et Commerzbank au bord de la faillite, leurs capitalisation boursière ayant diminué de 90% environ,sans compter l'état lamentable d'autres banques régionales!Démographie régressive: comment financer les retraites des futurs seniors toujours plus nombreux.Hétérogénéité de la classe politique où les deux poids lourds CDU/CSU et SPD ne sont plus majoritaires , d'autant plus qu'avec la nouvelle direction SPD, madame Merkel risque de faire bientôt ses valises!Signe du destin: il y a peu, elle a trébuché en montant à la tribune...
Il y a de quoi se faire du souci sachant qu'il y a aussi un réveil de l'impérialisme allemand au sein de l'UE:
Dans Libération du 21 octobre 2019, Jean Quatremer montre comment Von der Leyen
cherche à imposer ses nationaux aux postes de responsabilité!
Un vrai "cafardnaum".
Ceux qui ont l'aptitude à saisir le futur qui vient ,savent que l'U-E va vers l'auto-destruction.L'Allemagne sera un acteur majeur de cette déconstruction!
Pas de panique il y aura de jours meilleurs ensuite;Les Britanniques seront sortis in extremis avant le fiasco qui vient;Ils pourront nous aider comme les autres pays non U-E comme la Suisse mais surtout la Russie qui est aujourd'hui l'Europe qui gagne et rayonne....
Réponse de le 01/12/2019 à 16:06 :
au revoir car vous semblez penser qu'il fait bon aujourd'hui de vivre en Russie. Soyez en phase avec votre commentaire prenez un billet pour Moscou et dans moins d'un an venez nous faire un vrai commentaire.
a écrit le 01/12/2019 à 8:58 :
Depuis que Trump est président des états-unis, Merkel se fait toute petite, on ne l'entend plus sur les questions internationales seulement sur les questions électorales, qu'elle disparaisse petit à petit semble acté. Alors qu'il y a 5 ans tous les médias européens nous l'exposaient comme femme la plus puissante du monde maintenant elle n'est plus rien nous le voyons tous très bien. C'est de ce phénomène dont il serait intéressant d'avoir des éléments et non de l'hypocrisie habituelle concernant la classe politique Européenne.

Nous voyons bien qu'il y a un gros problème avec l'Allemagne d'abord et avant tout et ce mutisme de Merkel ne peut que le confirmer.
a écrit le 30/11/2019 à 20:27 :
Il ne faut pas s'inquiéter, la démocratie à deux vitesses de l'Allemagne permettera toujours un compromis en faveur des moins disant.

Ceci dit, cette démocratie partiel restera tourjours mieux que la dictature en CDD que l'on a en France.
a écrit le 30/11/2019 à 20:17 :
C'est probablement le mandat de trop pour Mme Merkel et la coalition de trop pour le SPD.

Mutti restera dans l'histoire comme une grande dirigeante de l'Etat allemand, mais qui n'a pas su évoluer avec le monde.
Quant au SPD, il se sera perverti en acceptant la coalition de trop avec un parti neo-conservateur et anti-social.

Reste à savoir comment l'électorat gérera l'éclatement de la coalition et le retour tonitruant des nazis dans la vie politique et sociale du pays.
Réponse de le 01/12/2019 à 8:09 :
Parler de nazis à propos de la droite radicale en Allemagne est l'insulte de ceux qui ne voient pas la poutre pétainiste dans l' oeil de la France.
Réponse de le 01/12/2019 à 10:46 :
Si les extrêmes prennent le pouvoir par le bulletin de vote ce n’est que grâce à la médiocrité des partis traditionnels qui n’ont pas su gouverner dans un monde dont les pays dits, il y a à peine 20 ans, émergents devenus en deux décennies des grandes puissances, nos concurrents directs,parfois à leur tête des extrêmes rouges ou noirs. La France en 3 quinquennats dont celui en cours n’a pas su positionner notre pays dans ce nouveau pôle économique mondial . Je ne vais pas accabler que les politiques mais l’ensemble de nos institutions économiques le Medef, les syndicats. Aujourd’hui le vase débordant des citoyens exclus ou se sentant exclus refusent toutes décisions de ce trio et fait la part belle à des politiques dont les idées économiques sont encore plus désastreuses mais ils savent vendre leur salade à ceux qui ne croient plus à la tradition. LREM dans son ensemble n’est guère plus motivante que l’était LR ou PS il est dans la tradition. Alors oui les partis extrêmes ont le vent en poupe, nos politiques traditionnels dits stupidement élites dont LREM devront passer par la main aux extrêmes. En Marche n’a pas donné plus d’espoir aux exclus ou à ceux qui se sentent hors système et au delà. L'Allemagne malgré ses bonnes données budgétaires n'a pas su redistribuer à une bonne partie de la population active ou inactive retraités chômeurs forcés, avec un manque crucial d'investissements dans des infrastructures. La femme la plus puissante du monde il y apeu est devenue un frein pour l'Allemagne mais également pour l'Europe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :