Parité dans les entreprises : l'UE passe à l'offensive

La Commission européenne veut réduire l'écart de rémunération entre les femmes et les hommes au moyen d'un plan d'action. Mais la mise en oeuvre de ces mesures dépend énormément de la bonne volonté des Etats.
Grégoire Normand

5 mn

En Europe, les femmes continuent de gagner 16,3 % de moins que les hommes en moyenne.
En Europe, les femmes continuent de gagner 16,3 % de moins que les hommes en moyenne. (Crédits : Thierry Roge / Reuters)

La parité est loin d'être acquise. Selon une nouvelle enquête Eurobaromètre publiée ce lundi 20 novembre, il existe "un réel décalage entre les ambitions et la réalité" en matière d'égalité professionnelle et domestique. A l'occasion d'un colloque organisé à Bruxelles ces 20 et 21 novembre sur le thème des "droits de la femme en ces temps troublés", la Commission européenne veut mettre en place un plan d'action visant à mettre fin à l'écart de rémunération entre les femmes et les hommes qui entrera en vigueur avant la fin 2019. Et l'enjeu est de taille dans le monde professionnel. Selon la commissaire pour la justice, les consommateurs et l'égalité des genres Vĕra Jourová, "les femmes restent sous-représentées aux postes décisionnels dans le monde politique et dans celui des affaires".

jourova vera

(La commissaire Vĕra Jourová lors d'une conférence de presse en septembre dernier à Bruxelles. Crédits : François Lenoir/Reuters.)

| Lire aussi : Egalité entre les femmes et les hommes : la France progresse mais le monde régresse

Un écart difficile à combler

Les résultats de la dernière enquête d'opinion de la Commission consacrée à l'égalité entre les femmes et les hommes indiquent que, si les questions de parité prennent de plus en plus d'importance au sein de l'opinion publique européenne, il reste encore beaucoup d'efforts à accomplir à la fois dans la sphère domestique et dans la sphère professionnelle. Voici les principaux points de l'enquête à retenir :

  • Neuf Européens sur dix considèrent que la promotion de l'égalité des sexes est importante pour la société, pour l'économie et pour eux, à titre personnel
  • La moitié des Européens estiment qu'il devrait y avoir davantage de femmes aux postes décisionnels dans le monde politique, tandis que sept Européens sur dix se disent favorables à l'adoption de mesures législatives visant à garantir la parité femmes-hommes dans la vie politique ;
  • Plus de huit Européens sur dix considèrent que les hommes devraient assumer une part égale des tâches ménagères ou prendre un congé parental pour s'occuper de leurs enfants. Toutefois, la majorité d'entre eux (73 %) pensent que les femmes consacrent encore plus de temps que les hommes aux tâches domestiques et familiales ;
  • 90 % des Européens déclarent qu'il n'est pas acceptable que les femmes soient payées moins que les hommes et 64 % d'entre eux sont favorables à la transparence salariale comme vecteur de changement.

Malgré ces résultats, la Commission européenne rappelle que les femmes continuent de gagner 16,3% de moins que les hommes en moyenne si on compare les salaires horaires bruts moyens. A titre de comparaison, l'écart en France s'élève à 15,8%, juste en dessous de la moyenne européenne. Pour les experts d'Eurostat, ces écarts peuvent s'expliquer en partie par les caractéristiques individuelles des travailleurs comme l'expérience ou le niveau d'éducation. Ils avancent également l'existence de véritables discriminations dans le recrutement dans certains secteurs ou types d'emploi (par exemple, il y a plus d'hommes que de femmes pour certains types d'emplois, avec des salaires plus élevés qu'ailleurs).

| Lire aussiEmploi : les inégalités femmes-hommes persistent en Europe

Un plan d'action pour rien ?

Pour tenter de réduire ces écarts, l'institution européenne et la commissaire en charge de ces questions Vĕra Jourová ont travaillé sur un plan d'action portant sur la période 2018-2019.  Ce plan se focalise sur huit priorités :

  • Améliorer l'application du principe d'égalité salariale ;
  • Combattre les discriminations sur les postes et les secteurs ;
  • Briser le plafond de verre: initiatives pour lutter contre la ségrégation ;
  • Éliminer l'effet pénalisant des obligations familiales ;
  • Améliorer la valorisation des compétences, des efforts et des responsabilités des femmes ;
  • Faire la transparence: dénoncer les inégalités et les stéréotypes ;
  • Alerter et informer au sujet de l'écart de rémunération entre les femmes et les hommes ;
  • Renforcer les partenariats pour éliminer l'écart de rémunération entre les femmes et les hommes.

L'organisation internationale attache une importance particulière à l'équilibre entre les femmes et les hommes dans les conseils d'administration des entreprises cotées en bourse. Selon des chiffres d'octobre 2016 citées par l'instance européenne, moins d'un quart des membres du conseil d'administration au sein des plus grandes entreprises cotées en bourse dans les États membres de l'Union européenne, sont des femmes (23,9 %).

| Lire aussi : Féminisation des grandes entreprises : quels sont les bons et les mauvais élèves ?

Au delà des discours et des plans d'action, de nombreux efforts restent à faire pour remplir les objectifs européens surtout que des Etats européens restent réticents à toute avancée en matière de parité.

| Lire aussi l'interview de la Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa : Egalité salariale femmes-hommes : "On ne va pas encore assez vite" M. Schiappa

Grégoire Normand

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 22/11/2017 à 11:44
Signaler
Cela sent la réduction du salaire des hommes. Après le dumping social européen, serons-nous confronté au dumping du genre ?

à écrit le 22/11/2017 à 9:21
Signaler
Ce sont les entreprises qui génèrent le plus de salaires non ? C'est donc aux entreprises de faire un effort avant tout d'autant que les discriminations sont supérieurs dans le privé. L'UE en bonne servante des marchés financiers qu'elle est ne s...

à écrit le 22/11/2017 à 7:56
Signaler
Avant de s'attaquer aux entreprises (ce qui est le plus facile), il serai bon déjà de s'attaquer a l'égalité des chances des citoyens et des entreprises entre elles!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.