Quelle réponse de l'UE en cas de Brexit ?

 |   |  1641  mots
Le Brexit devrait ouvrir de nouvelles divisions au sein de l'UE...
Le Brexit devrait ouvrir de nouvelles divisions au sein de l'UE... (Crédits : © Phil Noble / Reuters)
L'option d'une sortie du Royaume-Uni ne peut toujours être exclue. Les Européens réfléchissent à une réponse, mais, comme d'habitude, sont fort divisés sur la stratégie à mener.

Alors que le débat sur les conséquences d'une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (« Brexit ») fait rage au Royaume-Uni, le reste de l'UE commence à s'interroger sur la conduite à tenir en cas d'un vote favorable au divorce le 23 juin prochain. Cette option n'est pas à écarter. Les sondages disponibles restent contradictoires selon qu'ils sont réalisés en ligne ou par téléphone.

Dans le dernier cas, le camp pro-UE affiche une large avance, mais dans le second cas, les partisans du Brexit font jeu égal avec leurs adversaires et parfois les dépassent même. Ainsi, le sondage en ligne Yougov des 23 et 24 mai place les deux camps à égalité (44 % chacun), tandis que celui de BMG des 20 à 25 mai (en ligne aussi), donne 45 % au Brexit et 44 % au maintien dans l'UE. A l'inverse, le sondage par téléphone de Survation du 24 mai, accorde une avance de six points au maintien dans l'UE (44 % contre 38 %). Dans tous les cas, la proportion d'indécis demeure importante (de 10 à 18 points) et ce sont sans doute ces indécis qui auront in fine, le dernier mot.

Risque pour l'UE

La possibilité d'une décision du peuple britannique d'activer l'article 50 du traité de l'UE pour quitter l'ensemble européen ne peut donc être exclue. Et, comme le rapporte le Financial Times de ce vendredi 27 mai, les dirigeants européens semblent entamer des discussions pour tracer les lignes d'une UE sans le Royaume-Uni. Le FT indique que lors de récentes rencontres, les dirigeants européens ont échafaudé des stratégies. Problème : les divisions accompagnent déjà ces premières discussions.

Si les Britanniques choisissent le Brexit, ce sera la première utilisation du fameux article 50 si cher à tous ceux qui veulent en finir avec l'Union européenne. L'appel à l'utilisation de cet article ne sera plus un simple exercice de style, mais une réalité dont pourront se prévaloir les forces eurosceptiques un peu partout. Ceci inquiète particulièrement à Bruxelles et dans les capitales européennes. Car si le Brexit ne provoque pas la catastrophe prévue par la plupart des études, si l'UE se montre « compréhensive » pour éviter des conséquences économiques dramatiques outre-Manche, il deviendra un exemple pour ceux qui plaident pour une sortie de l'UE. « Faire du Brexit un succès, ce sera la fin de l'UE. Cela ne peut pas se produire », explique un « politicien européen de premier plan » cité par le FT.

Paris veut faire un exemple

Les partisans les plus absolus de la ligne dure seraient les Français qui voudraient « faire un exemple » pour ôter au Front National un argument durant la campagne présidentielle. En cela, Paris peut sans doute compter sur l'appui du président de la Commission, Jean-Claude Juncker, qui a récemment déclaré dans une interview au Monde que « les déserteurs ne seront pas accueillis bras ouverts. » Le plan français est donc d'imposer un nouvel accord commercial très contraignant pour le Royaume-Uni, peut-être même en refusant à ce pays l'entrée dans l'espace économique européen où sont intégrées la Suisse, la Norvège et l'Islande, par exemple. La dureté des négociations pourrait avoir de sérieuses conséquences sur l'activité économique britannique. Une étude du Trésor britannique avait estimé que l'impact sur le PIB au bout de 15 ans serait fort différent selon les formes de coopérations commerciales entre le Royaume-Uni et l'UE. En cas d'entrée dans l'EEE, la chute du PIB pourrait atteindre 3,8 %, en cas d'absence d'accord précis et donc de relations réglées par le cadre de l'OMC, le recul pourrait aller jusqu'à 7,5 %.

La stratégie du pire de Paris

Certes, les chiffres sont contestables et la période de campagne est propice à des scénarios apocalyptiques, mais il ne faut pas négliger l'effet de ces projections à court terme. Si les négociations patinent ou s'annoncent difficiles pour Londres, les marchés pourraient paniquer et vendre massivement leurs actifs britanniques. Or, le modèle économique britannique repose sur son déficit courant, donc sur l'entrée de capitaux étrangers. Les taux pourraient remonter fortement, la livre sterling chuter et l'épargne augmenter. Le Royaume-Uni aura alors bien du mal à éviter une récession et la Banque d'Angleterre, prise entre le besoin de relever ses taux pour freiner les sorties de capitaux et celui de les baisser pour soutenir l'activité, serait impuissante. C'est sans doute le but que se fixe la stratégie française. Dans ce cas, il serait difficile pour le FN au printemps 2017 de faire campagne pour une sortie de l'UE.

Berlin plus prudent que Paris

Selon le FT, cette position n'est cependant pas celle que privilégierait Berlin. L'Allemagne, officiellement, redoute qu'une position dure « ne renforce la division » de l'UE alors que l'union sera déjà en danger. En réalité, les motivations de la prudence allemande pourraient être plus terre-à-terre. En tant que puissance exportatrices dont les marchés en croissance, émergents, sont plus que jamais, en phase de décélération, l'Allemagne ne veut pas prendre le risque d'une quelconque panique sur les marchés. La première économie d'Europe a livré, en 2015, 89 milliards d'euros de marchandises au Royaume-Uni qui est son troisième client. Une récession outre-Manche associée à une panique boursière serait une mauvaise nouvelle pour l'Allemagne et pourrait toucher un secteur bancaire allemand, notamment la Deutsche Bank, très fragile et très sensible aux évolutions des taux et des changes. On comprend bien que la « punition politique » voulue par Paris fait grincer des dents à Berlin qui a tout intérêt à conserver des liens commerciaux intacts avec le Royaume-Uni. L'Allemagne pourra sans doute compter sur des pays proches des Britanniques comme l'Irlande, en première ligne en cas de Brexit... Les discussions s'annoncent donc serrées.

Vers plus d'intégration dans la zone euro ?

Les Européens devront aussi s'interroger pour savoir s'ils doivent ou non, pour répondre au risque de dislocation, renforcer les liens entre les 27 pays restants. Une solution serait alors une plus forte intégration de la zone euro, une option qui avait déjà été à l'ordre du jour après la crise grecque de l'été 2015, mais qui n'a guère avancé. Selon le FT, cette option a été évoquée dans une réunion à quatre qui s'est tenue cette semaine et a regroupé Jean-Claude Juncker, Mario Draghi, président de la BCE, Donald Tusk, président du Conseil de l'UE et Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe. Les deux premiers auraient souhaité une plus forte intégration de la zone euro en réponse au Brexit, Les deux derniers auraient émis « de profondes réserves », estime le FT.

En réalité, l'option de l'intégration est peu probable. Un plan franco-allemand est, en théorie, en préparation, mais on sait qu'il sera peu ambitieux. Mario Draghi réclame une meilleure coordination des politiques de la zone euro depuis longtemps et avait espéré que la politique de la BCE puisse être l'occasion de s'engager dans cette voie pour « compléter » cette politique. Peine perdue et Mario Draghi a quasiment perdu espoir d'imposer cette architecture. Selon le FT, Jeroen Dijsselbloem est un farouche opposant à une réponse « intégrative ». Rien d'étonnant à cela : on votera en avril 2017 aux Pays-Bas pour renouveler la chambre basse du parlement et le parti du ministre des Finances, les Travaillistes, est en plein désarroi avec moins de 10 % d'intentions de vote. Alors que l'humeur eurosceptique domine au pays de Rembrandt, le gouvernement de La Haye n'est pas prêt à sauter le pas vers plus d'intégration. La remarque vaut aussi pour Angela Merkel qui va tout faire pour tenter de contenir la poussée d'Alternative für Deutschland (AfD). Plus d'intégration alimenterait le discours sur le risque porté par les contribuables allemands dans le « sauvetage de la zone euro », un sujet que la chancelière préfèrerait éviter...

La solution : une Europe de la sécurité et de la défense ?

La réponse au Brexit devrait donc être surtout sécuritaire, souligne le FT. Les 27 devraient chercher avant tout à renforcer leur coopération dans la lutte contre le terrorisme et la défense pour « faire revivre la popularité de l'UE ». Mais quels types de politiques seront-elles mises en avant ? Y aura-t-il la mise en place d'une armée commune ou d'un budget commun ? Contrairement à ce que pensent les sources du FT, ces sujets ne font pas nécessairement l'objet d'un consensus au sein de l'UE, le long débat sur les PNR, les données des passagers aériens, l'a prouvé. La prudence de l'Allemagne, même après les attentats du 13 novembre à Paris, dans son soutien militaire à la France en est une autre preuve. En réalité, on voit mal comment une stratégie militaire européenne peut se mettre en place... sans le Royaume-Uni. Mais, dans ce cas, il sera difficile de mener une politique dure dans les négociations commerciales...

Nouvelles brèches dans le « couple franco-allemand »

Le Brexit risque donc une nouvelle fois d'ouvrir des brèches au sein de l'UE à 27. L'attitude de l'UE face au Royaume-Uni sorti de son sein est loin d'être certaine. Les pays exportateurs, Allemagne, Pays-Bas et Irlande en tête, seront soucieux, quoi qu'ils en disent durant la campagne, de « limiter les dégâts » en limitant l'incertitude et le durcissement des conditions commerciales avec les Britanniques. Pour des raisons politiques, la France pourrait freiner des quatre fers, peut-être avec l'appui de l'Italie, où Matteo Renzi est menacé par le Mouvement 5 Etoiles, allié de l'UKIP au parlement européen. Une chose est certaine : l'UE à 27 risque d'être pris dans des injonctions contradictoires. Et le « couple franco-allemand » pourrait bien être une victime collatérale d'un éventuel Brexit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2016 à 0:35 :
Les anglais devraient se rappeler que c'est l'un deux, William Penn, fondateur de la "Penn" "sylvanie" qui a intelligemment proposé une union européenne en 1693 incluant même Russie et Turquie :

http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-05-20/eu-referendum

Ce n'était pas le premier :

https://en.wikipedia.org/wiki/Ideas_of_European_unity_before_1945
a écrit le 29/05/2016 à 23:32 :
Que les anglais sortent, il ne se passera rien de plus pour le reste de l'UE, bien au contraire.
En revanche, les anglais vont avoir quelques années de passage à vide...
a écrit le 29/05/2016 à 9:22 :
Pour la mise en plaçe d'une defense communes de nos frontières , il ne faut qu'une volonté politique, selle des parlementaires europeen.... Les etats ( francais, Allemagne, Angleterre, ect... ) ne serons que la contributions de moyen ( camps et zone d'installation) de savoir faire et d'équipements militaire... Le commandement et l'encadrement devra impérativement dépendre de l'UE et non de la politique des etats souverains.... Notre union europen ne pourras survivre qu'avec La Défense de notre espace de paix, et de prospérité économique....
Réponse de le 29/05/2016 à 10:27 :
Il n ' y a pas d' espace de guerre autour de nous sinon celui fantasmé par les américains pour contenir une relation Russie/Europe en la séparant de l' Europe continentale et supprimant de fait un concurrent plus gros que lui. Soyez plus factuel !

Frexit !
Réponse de le 29/05/2016 à 19:19 :
Réponse a Louison. Il y a juste un peuplement par migration, avec un étouffement de la democratie par démultiplication des scutums étrangers. Ensuite pour info, il y a une guerre economique que nous ne pouvons gagnier ( le social n'étant pas la préoccupation chinoise) à cela une guerre de religion et de civilisations a lieux dans le monde arabe, qui a des répercussions jusque dans notre pays ( 250 morts cette année) . Alors si vous ne vous voyez pas le dangers, vous pouvez faire comme en 1936 et attendre l'apocalypse..... Moi je pré faire préparer le guerre pour avoir si possible la paix....
Réponse de le 30/05/2016 à 9:10 :
Monsieur, vous ne faites que répétez a l'envie le discours pré-mâché Europeiste ! car vous croyez encore à la prospérité économique ? Vous croyez donc encore au facteur de paix de l'Europe après les guerres des Balkans, l'intrusion dans la souveraineté Ukrainienne, que la France a failli déclencher une guerre avec la Russie....
Que notre pays est dirigé depuis un pays étranger par des fonctionnaires étrangers, etc etc.. Monsieur retirez donc les écailles qui obstruent vos yeux !
a écrit le 28/05/2016 à 14:03 :
Nous voyons partout s'ouvrir des discussions sur les conséquences du Brexit. Chacun y va de ses chiffres, pris on ne sait où. La vérité est de dire que l'on ne sait absolument pas ce que feront les anglais, s'ils sortent de l'ensemble européïste, ni même s'ils y restent. Personne n'en sait rien. La question posée est juste celle du Oui ou Non. Ensuite il faudra construire de nouvelles relations dont l'objet même relève de pures supputations puisque l'on ne sait pas ce qu'ils pourraient demander, eux-même d'ailleurs doivent être en train de se poser la question. En cas de sortie, d'un point de vue économique et s'agissant des relations avec les européïstes il est probable que cela ne change rien dans l'immédiat, seule la partie sociale comme celle des migrants sera définitivement allégée des contraintes actuelles. On ne peut alors qu'évoquer des hypothèses pour le reste; le grand sujet possible est celui de la cession de l'Irlande du Nord qui pourrait être cédée pour une réunion globale -on en parle depuis longtemps- pour, dit-on 120 milliards de dollars. Cet abandon serait-il le prélude au regroupement technique de l'Angleterre qui ne serait plus l'union des royaumes mais un vrai royaume uni ? La devise y serait-elle alors partout la Livre ? Une autre question est celle des alliances particulières que UK pourrait accorder aux pays du Nord et à tout autre Etat hors Europe. Il pourrait ainsi devenir le pivot d'entrée sur la zone en percevant une taxe-rente au passage. Une sorte de trading-rebranding. Par une fiscalité attractive UK pourrait également se trouver partenaire commercial principal des USA et convenir d'accords de Défense, ce qui lui permettrait de vendre son attirail actuel avec principalement BAE comme souvent indiqué Ici. UK laisserait aussi aux européïstes la charge de l'agrandissement de la zone et du soutien des nouveaux entrants, se contentant d'exploiter ce qui sera fait et se réservant la possibilité donc d'un contournement par des accords privés avec un pays ou des entreprises. Le paiement d'une petite taxe de commerce ne serait pas un obstacle, une manière d'attirer tous les capitalistes du Monde. Une chose est certaine la possibilité de faire cavalier seul est une option favorable malgré de larges inconnues et autant de leviers tandis que le maintient correspond à un tracé de contraintes qui inexorablement poussera le pays vers un déclin relatif. Obama a fait, très en avant, sans une certaine surprise dans la démarche, son "devoir" en conseillant aux anglais de rester dans l'Union, c'était une posture entendue que le contraire aurait choqué. On dit qu'il est très écouté de l'autre côté de la Manche, on se demande bien pourquoi et l'on verra bientôt si c'est vrai. Mais ... il n'est pas sûr que ce soit la volonté réelle des USA. Cette balance diplomatique possible tient bien entendu à l'évolution actuelle des nouveaux accords transatlantiques. Nous verrons donc dans le futur quels seront -éventuellement- les nouveaux alliés des Anglais.
Réponse de le 29/05/2016 à 13:17 :
Il ne peut être un seul instant envisagé que les us qui tiennent l' Europe soient favorables à un Brexit, on peut tout envisager, tout sauf cela ..
a écrit le 28/05/2016 à 13:27 :
On aurait tord de croire que les Anglais vont s'isoler avec un brexit. Au contraire, ils vont se sortir du "marécage" européen prédit par Jacques Chirac en 1979 > https://www.youtube.com/watch?v=0bkFV-j3Nz0
(38 sec de vidéo)
En dehors de l’UE, les entreprises britanniques seront libres de croître plus rapidement, de se développer sur de nouveaux marchés et de créer plus d’emplois. Là encore, ce n'est pas moi qui le dit mais plus de 300 dirigeants d'entreprises britanniques >
http://www.telegraph.co.uk/news/2016/05/15/eu-referendum-more-than-300-business-leaders-back-a-brexit/
Pour la version française >
http://www.upr.fr/actualite/coup-de-tonnerre-306-dirigeants-dentreprises-britanniques-publient-tribune-faveur-brexit
a écrit le 28/05/2016 à 9:12 :
comme si les Francais avaient intérêt à "punir" sévèrement les Anglais...Londres est juste la 5ème ville où il y a le plus de Français, nos banques sont juste parmi les plus grosses du continent, c'est aussi notre 3ème partenaire commercial, quasi notre seul partenaire crédible sur les sujets de la Défense...bref faut pas exagérer .... mais si les Anglais décident de s'isoler c'est logique que les autre européens en profitent raisonnablement, on appelle ça le rapport de force...Ils connaissent ça par coeur dans ce pays de boutiquiers comme dirait l'autre.
a écrit le 28/05/2016 à 8:50 :
On connait tous la réponse : "pas de Brexit", Pourquoi en faire tout un fromage ! L'Europe c'est comme une belle mère "ça complique tout, ça met ma zizanie mais on ne peu pas en changer" :-))))
a écrit le 28/05/2016 à 8:33 :
L'europe (avec un petit 'e')... Ce truc qui nous a été vendu pour plus de démocratie, plus d'égalité entre les peuples, comme facteur de stabilité et de paix et surtout pour le bien des peuples.
---------------------------------
Aujourd’hui force est de constater que sous couvert d'une politique 'de gauche' la volonté des peuples est systématiquement bafouée par des dirigeants au passé discutable, issus d'une étrange nomenklatura et non élus par les peuples, que le mot 'referendum' est banni du vocabulaire et que le colère gronde envers ce qui ressemble de plus en plus a une espèce de totalitarisme.Que ces dirigeants sont a la botte de la finance et des grandes multinationales lorsqu'il ne s’agit pas carrément d'une grande puissance étrangère que certains croient encore amie, négociant dans le plus grand secret des accords pouvant mettre définitivement un terme a nos capacités industrielles ..
--------------
Force est de constater que, loin d’apaiser les choses, l'europe se montre de plus en plus vindicative et peut -en contradiction complète avec ses intérêts propres- collaborer a des opérations de déstabilisation de gouvernements entrainant mort, chaos et misère quelquefois a ses propres frontières (Ukraine) faisant clairement monter des tensions et laissant se profiler la possibilité d'un conflit a grande échelle sur son propre territoire, pour le plus grand profit de certains et le plus grand malheur de la majorité de ses concitoyens. .
-------------
Effectivement l'europe as peur, alors que son œuvre d'asservissement est encore incompléte, certains pays n'arrivent a se dégager de sa dictature...
a écrit le 28/05/2016 à 0:22 :
L'allemagne perdrait un allié idéologique ; et elle le prèfère à la France.
a écrit le 27/05/2016 à 22:29 :
"'imposer un nouvel accord commercial" c'est normal, ils auront deux ans (le temps de partir dans les textes) pour renégocier avec les 27 pays 27 accords. Si rien ne changeait (à quoi bon être "in" ou "out" si c'est pareil ?) il faudrait accorder les mêmes facilités à la Suède et au Danemark, sinon comment justifier cette "différence" de traitement ('in', 'out' spécial, 'out' banal) ?
Si la GB ne votait que ce qui l'intéressait elle, bloquant l'UE dans son évolution, ça ne serait pas un mal (ne serait-ce que voir si les "prévisions" se réalisent, foin de théories incertaines, des faits).
SI les gens du Commonwealth votent tous, quelle est la tendance ? Sont-ils sondés ?
a écrit le 27/05/2016 à 21:54 :
C est seulement c etait vrai qu il y allait y avoir le brexit...
a écrit le 27/05/2016 à 21:31 :
Faire du Brexit un succès signifierait la fin de l’UE. Cela ne peut arriver», glisse un diplomate.
Le Temps
Les européïstes prennent peur ..
a écrit le 27/05/2016 à 19:28 :
C'est hallucinant cette obstination a' vouloir faire converger l'inconvergeable !!!!!!!!!! mais bon, ca justifie la paye et les avantages des fonctionnaires européens.
Réponse de le 28/05/2016 à 1:09 :
Si les Etats européens ne convergent pas, c'est simplement que les gouvernements nationaux choisissent de ne pas le faire.
Réponse de le 29/05/2016 à 10:21 :
Ce sont les peuples qui ne veulent pas converger, les responsables nationaux ont vendu leurs liquettes à l' Europe us depuis longtemps ...

Avez-vous envie de converger avec l' Allemagne qui ruine le reste de l' Union avec les salaires de son hinterland de l' est à 3 E de l' heure ...?
a écrit le 27/05/2016 à 19:19 :
" il deviendra un exemple pour ceux qui plaident pour une sortie de l'UE." Non. Faut arrêter le déluge avec ce prétexte bidon : 1) le Royaume- "uni" n'est pas à l'Euro. Il vogue pour LUI. Personne d'autre. 2) "I want my money back!" ça dit rien à personne..?? Le RU, pour NOTRE intérêt à NOUS, Européens, (les quelques VRAIS NON assoiffés de fric du style de ceux qui n'ont PAS été élus à sa tête) notre intérêt donc est de VIRER la GB qui passe son temps à bloquer toute décision positive.
Désolé, mais faites une analyse précise et réfléchie : ça saute aux yeux comme un coup de pied au bas du dos. Virer les us sera d'ailleurs beaucoup plus facile ensuite, d'ailleurs. N'est-il pas..??
a écrit le 27/05/2016 à 19:17 :
c'est surtout moins d'argent pour l'institution donc moins d'élus et de fonctionnaires à payer grassement ; quand aux conséquences pour les britanniques elles seront identiques à celles des suisses qui ne se portent pas plus mal d'êtres en dehors
Réponse de le 29/05/2016 à 17:23 :
Sûr qu' à 15 000 roros par mois, les européïstes vont continuer de nous dire jusqu' à l' explosion que l' Union est un must !
a écrit le 27/05/2016 à 19:17 :
"...La possibilité d'une décision du peuple britannique d'activer l'article 50 du traité de l'UE..."
Tiens donc !! on reconnait enfin qu'il est possible de sortir de l'UE en toute légalité et on ose meme citer l'article 50 du traité de Lisbonne !! Merci La Tribune !
a écrit le 27/05/2016 à 18:41 :
Quand je lis tous ces commentaires, je finis par comprendre la position britannique. Pourquoi continuer à "faire " l'Europe alors que les états refusent de faire le saut qualitatif nécessaire.... si la GB quitte l'EU alors et seulement alors on fera quelque chose, mais quoi? Quel que soit le choix anglais, les européens devraient proposer un avenir clair aux européens.... une fédération de la zone euro et un marché aux autres....Devant tant d'inertie, l'EU me semble être devenu un poids plus qu'un progrès...
a écrit le 27/05/2016 à 18:33 :
Notre réponse doit être le Frexit même sans le Brexit.. Pourquoi ?

"Comme d’habitude dans notre longue histoire, les dirigeants français refusent de réfléchir à ce qui leur déplaît. Tout comme dans les années 1930, aucun dirigeant français ne voulait écouter les appels pressants du colonel de Gaulle à réarmer la France avec des blindés, au motif allégué que les Allemands ne pourraient pas franchir la ligne Maginot, dans les années 2010, aucun dirigeant politique ne veut écouter les analyses et les propositions de « Frexit » formulées par l’UPR depuis 9 ans."

http://www.upr.fr/actualite/apres-le-brexit-le-czexit-a-quand-le-frexit
a écrit le 27/05/2016 à 16:59 :
C'est comme d'habitude : Parce que les États européens sont divisés, ils sont in fine tous perdants.
Réponse de le 27/05/2016 à 18:59 :
Et les Anglais savent magnifiquement tirer partie de ces divisions. Et la France en état de faiblesse et divisée n'aura pas voix au chapitre. Et à la fin c'est le FN qui raflera la mise. Merci Mr Martinez et les frondeurs.
Réponse de le 28/05/2016 à 1:17 :
S'ils votent le brexit, ils ne profiteront plus de grand chose...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :