"En Normandie, l'absence d'une capitale forte accentue les rivalités" Michel Bussi, romancier et géographe

RÉGIONALES.Si le géographe et romancier Michel Bussi* ne conteste pas la cohérence territoriale de la région Normandie, il s'inquiète du faible sentiment d'appartenance et d'identité de ses habitants. L'auteur pointe les "vieilles rivalités" entre les trois grandes villes et fustige les compétences de la collectivité, qu'il juge trop "éloignées des préoccupations du quotidien des habitants". La culture, plus que l'économie, pourrait cimenter les destins, estime-t-il.

3 mn

Avec 10 millions de livres vendus et des traductions en 35 langues, Michel Bussi est l'un des romanciers français les plus lus.
Avec 10 millions de livres vendus et des traductions en 35 langues, Michel Bussi est l'un des romanciers français les plus lus. (Crédits : DR)

LA TRIBUNE - Six ans après, les fusions de Régions suscitent encore des débats éruptifs à peu près partout ... sauf en Normandie où elle semble digérée. C'était prévisible ?

MICHEL BUSSI - En grande partie oui. C'était en fait la seule région où ce découpage est apparu cohérent pour des raisons historiques, culturelles et géographiques au point que l'on a pu parler, à raison, de l'évidence normande. Contrairement à ce qui passe en Auvergne-Rhone-Alpes ou en Nouvelle Aquitaine, le sujet ne fait plus débat ici. Maintenant, est-ce que les changements ont été à la hauteur des espoirs que la fusion a suscité, je n'en suis pas si sûr.

Voulez-vous dire que vous êtes déçu ?

On pouvait espérer que la réunification affermisse le sentiment d'appartenance au territoire. Peut-être cela viendra-t-il avec le temps mais, fondamentalement, les Normands ne semblent pas disposés à cultiver leur identité comme le font les Bretons par exemple. Bien qu'Hervé Morin soit parvenu à incarner la Normandie - ce qu'il faut lui reconnaître -, les vieilles rivalités entre Caennais, Rouennais et Havrais ont la vie dure. Il est vrai que la présence de trois villes de taille comparable, qui tiennent une grande partie du pouvoir, n'aide pas à « faire région ».

Lire aussi 5 mnHervé Morin : « Être là où l'Etat n'est pas ou pas assez »

L'absence d'une capitale forte, d'un centre évident, accentue les rivalités. C'est pourquoi, nous, géographes, avions milité pour des coopérations beaucoup plus étroites entre les trois villes qui tardent à se manifester. Le Havre est peut-être le point d'équilibre qui permettrait de travailler en triangle.

La collectivité régionale dispose de plus de moyens pour agir. N'est-ce pas de nature à affermir les liens ?

Ses compétences paraissent, à tort ou à raison, tellement éloignées de la réalité quotidienne des habitants, et notamment des classes populaires, qu'elles ne sont pas de nature à éveiller une conscience régionale. Le rapprochement des universités aurait constitué un bon signal mais elle n'a pas pu aboutir. La responsabilité n'incombe pas qu'aux acteurs locaux.

Lire aussi 4 mnRégionales: en Normandie, les cols bleus mis au défi des transitions

La fusion ne s'est accompagnée d'aucune réforme territoriale d'ampleur. Emmanuel Macron n'a pas voulu rediscuter des compétences des collectivités. Le modèle à l'allemande que l'on pouvait espérer est resté dans les cartons. Cet espèce de statu quo fait que la Normandie n'est pas parvenue à peser davantage vis à vis de l'Etat et de la région parisienne.

Dans ces conditions, faut-il renoncer à promouvoir l'identité régionale ?

Surtout pas ! D'autant que nous avons la chance d'avoir un découpage administratif cohérent et une formidable qualité de vie qui gagne à être connue. Renforcer l'appartenance passera, selon moi, par des événements festifs fédérateurs. C'est moins l'économie que la culture qui contribuera à « faire région ».

A mon sens, nous jouons trop peu la carte des symboles et des grands événements populaires capables de réconcilier la culture ouvrière encore très présente et une extraordinaire richesse patrimoniale qui semble n'intéresser que l'élite. Ce sont deux mondes qui cohabitent sans se rencontrer. Laissons parler l'imagination.

______

 (*) Son dernier livre « Rien ne t'efface » vient de paraître aux Presses de la Cité

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.