Connectée à 20 banques, Loansquare digitalise le prêt bancaire pour les startups et PME

 |   |  871  mots
Loansquare lance officiellement sa place de marché destinée à faciliter le financement bancaires des jeunes entreprises en forte croissance.
Loansquare lance officiellement sa place de marché destinée à faciliter le financement bancaires des jeunes entreprises en forte croissance. (Crédits : Loansquare)
La Fintech Loansquare, rachetée par l'éditeur de logiciels financiers Linedata en janvier, lance officiellement une plateforme de financement multi-bancaire à destination des jeunes entreprises en forte croissance. Les startups Lemon Way, Budget Insight ou encore Bureaux à partager figurent parmi les premiers utilisateurs.

La finance alternative, avec les plateformes de prêts participatifs aux PME, a ouvert la voie, il y a quelques années, à de nouveaux modes de financement en ligne pour les entreprises. Aujourd'hui, c'est l'accès au financement bancaire qui se digitalise. Plusieurs acteurs proposent désormais aux entreprises et collectivités de réaliser une demande de prêt directement depuis Internet. C'est le cas de la Caisse d'Épargne avec son offre Numairic dédiée aux petites communes, dévoilée au début du mois de juin, ou encore d'Arkea Lending Services, lancée en octobre dernier, qui s'adresse aux entreprises et aux acteurs publics en quête de financements. Ce marché, encore balbutiant en France, accueille un nouvel acteur : la place de marché Loansquare, acquise en janvier dernier par l'entreprise tricolore Linedata, spécialisée dans l'édition de logiciels de crédit et de gestion d'actifs (173 millions de chiffre d'affaires en 2018).

Créée fin 2016, la marketplace Loansquare, qui comptait cinq employés lors de son rachat, est née de l'expérience de ses deux cofondateurs, François Levy et Étienne Royole, précédemment consultants dans les départements financement de banques.

"Nous avons été confrontés à un réel archaïsme, avec un usage intensif du papier, pour signer les contrats et suivre les financements. Cela s'accompagne d'une grande complexité dans l'organisation avec des dizaines de milliers de fax envoyés chaque année aux contreparties, sans parler du casse-tête des déménagements. Nous avons donc imaginé une plateforme qui permet de digitaliser tous ces échanges", raconte François Levy.

Test d'éligibilité, demande et suivi de crédit

Loansquare s'adresse en premier lieu aux jeunes entreprises technologiques, qui, de par leur forte croissance, ont souvent recours au prêt bancaire pour financer leur trésorerie, leur R&D, l'acquisition de nouveaux locaux ou pour compléter une levée de fonds. "Ce sont aussi des sociétés plus enclines à adopter ces nouveaux usages", reconnaît François Levy.

Sur la marketplace, l'entreprise en quête de financement teste, dans un premier temps, son éligibilité en renseignant un certain nombre d'informations (nom de l'entreprise, type de projet, montant demandé, chiffre d'affaires, fonds propres,  trésorerie, et endettement). Elle doit ensuite structurer sa demande, qui est diffusée auprès des différentes banques connectées à la plateforme. L'entreprise emprunteuse accepte, décline ou négocie les propositions qui lui sont faites, et peut ensuite suivre ses crédits sur la plateforme (moyennant un abonnement), un peu à la manière d'un agrégateur de comptes bancaires, si elle détient des crédits auprès de différents établissements.

Plus de 10 millions d'euros prêtés

Aujourd'hui Loansquare est connectée à 20 banques, dont le groupe BPCE, Crédit Agricole, LCL, Société Générale, Crédit du Nord et le CIC. Elle a déjà permis de mettre en place un peu plus de 10 millions d'euros de prêts. La Fintech Lemonway, établissement de paiement spécialisé dans la collecte de fonds pour le compte de tiers, figure parmi les premiers utilisateurs de la plateforme aux côtés d'une autre Fintech, Budget Insight, de Spideo, Uptime ou encore Bureaux à Partager.

"Nous avons emprunté un million d'euros pour disposer de davantage de liquidités afin de rassurer l'ACPR  [Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, adossée à la Banque de France, ndlr]", explique Damien Guermonprez, président de Lemonway.

Loansquare ne promet pas l'obtention d'un financement en quelques jours après étude du dossier comme les plateformes de prêts participatifs (crowdlending en anglais), type October ou Crédit.fr, mais des délais courts. "Pour Lemonway, un mois s'est écoulé entre la signature du mandat et l'accord de financement", précise François Levy.

Pour un chef d'entreprise, Loansquare permet surtout de faire l'économie de nombreux rendez-vous auprès des différents établissements bancaires et de la constitution fastidieuse de plusieurs dossiers, tout en bénéficiant de taux attractifs comparés aux plateformes de crowdlending. Des avantages que Loansquare fait payer aux entreprises emprunteuses. C'est auprès d'elles que la Fintech se rémunère en cas d'obtention du prêt.

Devenir un réflexe pour les ETI et grandes sociétés

Les banques, elles aussi, y voient des avantages.

"Nous sommes aussi pris par le temps et Loansquare représente une nouvelle méthode d'acquisition pour nous. Cela nous permet d'accéder à des demandes qui sont formalisées et donc directement exploitables", témoigne Thierry Maurer, directeur d'un centre d'affaires chez Banque Populaire Rives de Paris.

D'ici à la fin de l'année, Loansquare espère comptabiliser une vingtaine de mandats signés. "Nous visons les entreprises qui font entre un et 2 millions de chiffre d'affaires et nous les aidons à trouver entre 200.000 et 5 millions d'euros", précise l'entrepreneur. Pour gagner en visibilité et diminuer ses coûts d'acquisition, Loansquare entend développer des partenariats, avec, par exemple, des néobanques pour PME, comme Qonto. "Mais notre ambition est d'aller plus loin que ce marché. Nous souhaitons devenir un réflexe pour les ETI et les grandes entreprises, notamment pour les promoteurs immobiliers", ajoute-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :