Prêt de trésorerie : Truffle Capital investit dans la Fintech RollingFunds

 |   |  631  mots
Près d'un tiers des demandes de crédits de trésorerie effectuées par des TPE sont refusées par les banques
Près d'un tiers des demandes de crédits de trésorerie effectuées par des TPE sont refusées par les banques (Crédits : Rollingfunds)
La jeune pousse parisienne RollingFunds lève 1,35 million d'euros pour développer son modèle original de financement court terme dédié aux TPE et PME, qui repose sur des partenariats noués avec des grands groupes. Elle ambitionne d'octroyer une dizaine de millions d'euros de crédits d'ici la fin de l'année.

"Décrocher un crédit de trésorerie peut se révéler complexe pour les TPE et PME. Près d'un tiers des demandes de crédits de trésorerie effectuées par des TPE sont refusées par les banques", expose Arnaud Soubien, citant une étude de la Banque de France publiée en octobre dernier. Son entreprise, baptisée RollingFunds, entend leur faciliter la tâche. Elle vient de finaliser une première levée de fonds de 1,35 million d'euros auprès de Truffle Capital, société parisienne de capital-investissement, initialement spécialisée dans le secteur de la santé, avant de s'intéresser aux technologies pouvant réinventer les services bancaires et financiers avec l'ouverture d'un incubateur Fintech en 2015 puis la création d'un fonds Fintech de 150 millions d'euros il y a deux ans.

Selon Arnaud Soubien, ancien directeur général adjoint de la Fintech spécialiste de l'affacturage Finexkap, après dix années d'expérience dans les activités de marché au Crédit Agricole, les petites entreprises sont, dans ce domaine, mal servies par les banques pour deux raisons : "Ces dernières peinent à rentabiliser le coût d'instruction d'un dossier car il s'agit souvent de petits montants et il leur est difficile d'apprécier le risque du crédit sur cette typologie d'acteurs".

Procédés automatisés et nouveaux modèles de scoring

Pour contourner ces écueils, RollingFunds mise sur l'automatisation des procédés et la mise au point de nouveaux modèles de scoring alimentés par des données "fraîches et variées". Pour ce faire, elle a imaginé un modèle de financement original qui consiste à proposer à des grandes sociétés qui traitent avec plusieurs centaines de petites entreprises de leur faciliter l'accès au crédit en mettant à leur disposition une technologie basée sur l'intelligence artificielle capable de traiter en temps réel leurs demandes de crédits court terme.

Très concrètement, une place de marché en ligne pourra, avec RollingFunds, proposer sur son interface en ligne une offre de crédit de trésorerie dédiée aux vendeurs de sa marketplace. Autre exemple avec un grand groupe pétrolier, qui pourrait proposer ce même service aux transporteurs avec qui il travaille.

L'intérêt d'un tel dispositif ? Ces grandes entreprises, en contact avec des plus petites, disposent de nombreuses données à leur égard, qui, selon RollingFunds, permettent une meilleure appréciation du risque. L'opérateur d'une marketplace peut ainsi détenir des informations sur la dynamique des ventes d'un vendeur ou encore connaître son taux de satisfaction client. "Grâce à ces données pertinentes, nous pouvons ajuster nos algorithmes. Alors que les acteurs du crédit travaillent généralement avec une dizaine de sous-modèles de scoring, nous sommes capables d'en développer une multitude selon la population cible", affirme l'entrepreneur.

Augmenter le volume d'affaires

En offrant ce type de services aux petites entreprises avec qui elles travaillent, les plus grandes structures peuvent espérer une augmentation de leur volume d'affaires ou s'assurer qu'il n'y ait pas de rupture dans la chaîne d'approvisionnement. "Lors du Black Friday, où la demande des internautes est très forte, il est important pour une place de marché en ligne que tous ses vendeurs aient les stocks suffisants pour faire face à ce pic d'activité", illustre Arnaud Soubien

La startup, qui est hébergée au sein de l'incubateur de Truffle Capital, devrait signer ses premiers partenariats avec une poignée de grands groupes dans les semaines à venir. Les crédits octroyés iront de 10.000 à 150.000 euros pour une durée inférieure à un an. RollingFunds ambitionne d'octroyer une dizaine de millions d'euros de crédits d'ici la fin de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :