Prêts aux PME : la Fintech Lendix lève 32 millions auprès d'Allianz et Idinvest

 |   |  690  mots
Olivier Goy, le fondateur et président du directoire de Lendix, aux côtés des autres dirigeants de la plateforme de prêts participatifs aux PME, Marc Sebag, directeur crédit, Patrick de Nonneville, directeur opérationnel.
Olivier Goy, le fondateur et président du directoire de Lendix, aux côtés des autres dirigeants de la plateforme de prêts participatifs aux PME, Marc Sebag, directeur crédit, Patrick de Nonneville, directeur opérationnel. (Crédits : Lendix)
La plateforme française de prêts participatifs fait entrer de nouveaux actionnaires, aux côtés de Partech, CNP, Matmut et la famille Decaux. Déjà présente en Espagne et en Italie, elle veut financer son expansion européenne.

Un nouveau tour de table pour accélérer à l'international. La startup parisienne Lendix, qui se revendique "la plateforme de prêt numéro un en Europe continentale", annonce ce lundi soir une levée de 32 millions d'euros auprès du fonds français Idinvest (qui vient de se rapproché d'Eurazeo), d'Allianz France et de la holding de la famille italienne De Benedetti (CIR), aux côtés de ses investisseurs historiques, le fonds Partech, CNP Assurances, la Matmut, et la famille Decaux.

« Heureux d'accueillir Allianz, Idinvest et CIR à notre conseil. De grands nouveaux actionnaires européens pour un ambitieux projet européen. Plus de puissance de feu pour mieux servir les PME en France, Italie, Espagne, Pays-Bas, Allemagne » s'est réjoui sur son compte Twitter Olivier Goy, le fondateur et président du directoire de Lendix.

La plateforme de crowdlending (financement participatif) a déjà réalisé 188 millions d'euros de prêts pour plus de 400 projets de développement de PME dans trois pays (à 80% en France). Déjà implantée en Espagne et en Italie, Lendix a pour objectif d'être active aux Pays-Bas et en Allemagne d'ici à la fin de l'année et 2018 et dans deux autres pays européens d'ici à la fin de 2019.

« C'est une satisfaction pour Allianz France d'accompagner les jeunes entreprises françaises innovantes dans leur développement, de participer à une croissance économique durable et au financement de l'économie réelle. Allianz France renforce ainsi son engagement, en tant qu'investisseur institutionnel auprès de modèles économiques alternatifs qui favorisent le développement des PME, un marché important pour Allianz France » a déclaré Jacques Richier, le Pdg d'Allianz France.

L'assureur, qui réalise son premier investissement dans une Fintech en France et entre au conseil de surveillance de Lendix, souligne dans un communiqué que la plateforme « permet aux PME d'emprunter directement auprès de prêteurs particuliers et institutionnels sans passer par les banques. »

Défi de l'internationalisation

Lendix ne bat pas le dernier record des levées de fonds dans la Fintech en France, détenu par Younited Credit (40 millions d'euros  en septembre dernier). Le pionnier du crowdlending en Europe, le britannique Funding Circle, qui a levé 100 millions de dollars en janvier 2017 et plus de 400 millions au total, prépare une introduction en Bourse à Londres qui devrait le valoriser plus de 2 milliards. Ce géant a prêté pour plus de 5 milliards de dollars, mais a tout juste commencé son incursion en Europe continentale et regarde plutôt vers les Etats-Unis.

« Nous avons été convaincus par l'approche pan-européenne de Lendix et sa capacité à relever le défi de l'internationalisation dans un métier qui reste encore très local », a commenté Matthieu Baret, associé chez Idinvest Partners.

Lire aussi : La Fintech française ne veut plus être « une forêt de bonzaïs »

Comme Funding Circle, Lendix a opté pour le modèle de financement associant particuliers et institutionnels, qui garantissent le prêt pour les PME. Régulé par l'Autorité des marchés financiers (AMF) et l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR-Banque de France), Lendix possède à la fois le statut d'Intermédiaire en Financement Participatif (IFP) et celui de société de gestion de portefeuille. La startup de la Fintech avait reçu le soutien de la Banque européenne d'investissement (BEI), qui a abondé son fonds de co-investissement l'an dernier.

Les taux d'intérêt sont plus élevés qu'un prêt bancaire mais les délais sont plus courts et les entreprises emprunteuses ne sont pas contraintes de gager des actifs. Pour les prêteurs, particuliers ou institutionnels, le placement est plus risqué mais plus rentable que des produits classiques. Lendix vient de mettre en ligne le plus gros prêt jamais réalisé sur sa plateforme, de 3,6 millions d'euros pour le compte de Prodware pour l'achat de serveurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2018 à 22:16 :
<a href="https://icobazaar.com/paquarium" target="_blank">Paquarium,</a>

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :