En quête de rentabilité, Hello bank ! fait le pari du payant

 |   |  748  mots
Caroline Lehericey, directrice générale France d'Hello bank!.
Caroline Lehericey, directrice générale France d'Hello bank!. (Crédits : DR)
La banque mobile du groupe BNP Paribas va lancer, le 20 janvier prochain, l'offre Hello Prime, commercialisée cinq euros par mois, et l'offre gratuite Hello One. Hello bank!, qui revendique 520.000 clients, espère franchir le cap du million d'utilisateurs fin 2022 et vise la rentabilité à ce même horizon.

Alors que le marché des banques mobiles est de plus en plus saturé, (près de 20 néobanques ont été recensées dans l'Hexagone en juillet dernier par le cabinet KPMG), Hello bank!, la banque digitale du groupe BNP Paribas, entend "passer à l'offensive en 2020", indique à La Tribune Caroline Lehericey, sa directrice générale en France. Pour tirer son épingle du jeu et se démarquer de la concurrence, la banque mobile, qui revendique 520.000 clients sur le marché tricolore après sept années d'existence, va commercialiser le 20 janvier prochain deux nouvelles offres à destination des jeunes actifs âgés de 20 à 35 ans.

Après avoir lancé une version "simplifiée et modernisée" de son appli mobile en octobre dernier, Hello bank!, dont l'offre était gratuite jusqu'à présent, se tourne vers "le modèle freemium, avec une offre gratuite et une payante", explique Caroline Lehericey. Les deux offres proposeront des cartes au design sobre et épuré, mais pas en métal. La première est baptisée Hello One. Elle comprend une nouvelle carte, sans découvert possible et sans condition de revenus, qui permet de suivre son solde en temps réel.

Proposer les standards du marché

"La possibilité de suivre ses dépenses en temps réel pour mieux gérer son budget est une forte demande de nos clients. C'est devenu un 'must have'", assure la dirigeante d'Hello Bank!, qui organise tous les trois à quatre mois des rencontres physiques avec une vingtaine de clients pour recueillir leurs attentes.

Avec Hello One, les clients pourront également bloquer temporairement leur carte de paiement ou encore payer sans frais partout dans le monde. Des fonctionnalités devenues en quelques mois les nouveaux standards du marché.

Hello bank!

L'offre payante Hello Prime sera quant à elle commercialisée cinq euros par mois, sans engagement. À titre de comparaison, Ma French Bank, la nouvelle offre mobile de la Banque Postale qui a séduit 100.000 clients en cinq mois, devrait bientôt passer à 2 euros par mois, après un lancement gratuit.

Une offre à 5 euros par mois

"Nous pensons que cinq euros par mois est le juste prix par rapport au service proposé", estime Caroline Lehericey.

Non seulement les clients pourront payer gratuitement à l'étranger, mais ils pourront aussi réaliser des retraits sans commission. La carte reprendra toutes les fonctionnalités d'Hello One et comprendra différentes assurances. Les découverts y seront autorisés et les virements instantanés seront proposés gratuitement, contre un euro par virement en dehors de l'offre. Autre élément de différenciation, "les clients bénéficieront d'un service client prioritaire auprès de la Hello Team pour répondre à leurs demandes par email et par téléphone", ajoute Caroline Lehericey.

Un million de clients et la rentabilité visés fin 2022

Grâce à cette nouvelle stratégie, Hello bank! espère doubler son nombre de clients, c'est-à-dire atteindre le million d'utilisateurs, à l'horizon fin 2022. Un cap déjà franchi par Nickel, qui appartient lui aussi au groupe BNP Paribas, "mais dont les offres sont complémentaires", assure-t-on. Leader sur le marché tricolore, "le compte pour tous" commercialisé dans les bureaux de tabac, revendique aujourd'hui 1,5 million de comptes ouverts, tandis que l'allemand N26 en compterait 900.000 et le britannique Revolut 500.000.

Pour l'année 2020, Hello bank! ne communique pas d'objectif chiffré précis, mais indique vouloir maintenir son rythme de 20% de croissance annuelle, observé au cours des deux dernières années. La banque digitale ne divulgue pas non plus le nombre de clients payants qu'elle entend séduire.

S'attaquer aux professionnels indépendants

La banque en ligne, qui n'est pas encore rentable, vise l'équilibre financier fin 2022. Pour y parvenir, Hello bank! entend se diversifier et s'adresser, dans les 12 à 18 mois à venir, à une nouvelle catégorie de clients : les auto-entrepreneurs et indépendants. Un créneau sur lequel de nombreux acteurs se sont déjà positionnés, à l'image des Fintech Shine et Qonto, qui revendiquent respectivement 50.000 clients professionnels, ou encore Manager One et Anytime. Et, sur lequel s'apprête à arriver Prismea, une nouvelle offre portée par Crédit du Nord, branche du groupe Société Générale qui réalise l'essentiel de son activité avec la clientèle des PME et des professionnels, où elle détient 8% de parts de marché.

"Nous voulons nous adresser aux slashers, ces actifs qui cumulent plusieurs activités et dont la trajectoire professionnelle n'est pas linéaire. Nous les retrouvons beaucoup chez les Millennials mais pas uniquement", commente la patronne d'Hello bank!

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2020 à 14:04 :
quid des clients actuels avec une visa Premier? avec une visa Infinite?? évolution???
a écrit le 14/01/2020 à 13:18 :
Ça ne fonctionnera pas le produit proposé. C’est gratuit chez les concurrents. En plus ils offrent de meilleur service. Boursorama meilleur taux crédit à la consommation. Fortuneo rechargement du compte bancaire avec la carte de crédit. N26 et revolut le taux de change sont les meilleurs du marché.
a écrit le 14/01/2020 à 11:11 :
et toujours à l'affut du moindre centime à resquiller aux français. Il existe à l'étranger, une carte entièrement gratuite moins de possibilités certes, mais elle a la fonction principale d être une carte pour payer.
Réponse de le 15/01/2020 à 9:28 :
Si on lit correctement l'article, il me semble que l'offre Hello One est gratuite...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :