Crédit du Nord part à la conquête des petits entrepreneurs avec sa propre néobanque

 |   |  900  mots
Françoise Mercadal-Delasalle, directrice générale du Crédit du Nord, est la présidente de Prismea, la néobanque pour les professionnels qui doit voir le jour en 2020.
Françoise Mercadal-Delasalle, directrice générale du Crédit du Nord, est la présidente de Prismea, la néobanque pour les professionnels qui doit voir le jour en 2020. (Crédits : Géraldine Aresteanu)
Le lancement officiel de l'appli bancaire Prismea est prévu au cours du premier trimestre 2020. Pour se distinguer de la concurrence, la néobanque, née au sein du groupe Société Générale et filiale à 100% du Crédit du Nord, mise sur une offre de crédit de trésorerie instantané et le réseau physique de l'établissement bancaire.

Après Qonto, Shine ou encore Manager One et Anytime, voici Prismea, la nouvelle banque mobile conçue pour les professionnels. Contrairement à ses concurrents, Prismea n'est pas une startup de la finance comme les autres. Elle est le fruit d'un projet intrapreneurial porté depuis février 2018 par deux salariés du groupe Société Générale dans le cadre du programme Internal Startup Call. Elle constitue désormais une structure indépendante, mais à 100% filiale du Crédit du Nord, branche du groupe Société Générale qui réalise l'essentiel de son activité avec la clientèle des PME et des professionnels, où elle détient 8% de parts de marché.

"Il nous manquait une offre bancaire complète simple et entièrement digitalisée à destination des petits entrepreneurs", a exposé Françoise Mercadal-Delasalle, directrice générale du Crédit du Nord et présidente de Prismea, qu'elle a "couvée" pendant près d'un an, lors d'une conférence de presse ce mercredi 11 décembre.

Lancement au premier trimestre 2020

La néobanque, qui emploie sept collaborateurs et bientôt une dizaine à Lyon, vise les auto-entrepreneurs, mais aussi les professions libérales, artisans, TPE et petites PME. "Une version beta doit voir le jour d'ici la fin du mois et le lancement officiel interviendra dans le courant du premier trimestre 2020, d'abord sur iOS puis sur Google Play. Une version web est prévue par la suite", indique Stéphanie Biron Mathieu, cofondatrice et directrice générale de Prismea, aux côtés de Dorian Cauvas. "Nous avons développé Prismea pour répondre à deux problématiques rencontrées par les entrepreneurs sur le terrain : un fort besoin d'autonomie dans la gestion du quotidien et d'aide en matière de trésorerie", complète son partenaire.

Concrètement, Prismea, qui s'appuie sur l'infrastructure de Treezor (Fintech rachetée par Société Générale en septembre 2018) permettra d'ouvrir un compte professionnel depuis son mobile en l'espace de dix minutes. Grâce à un partenariat avec la Fintech Budget Insight (détenue par Arkéa depuis juillet dernier), le client pourra agréger ses différents comptes bancaires au sein de l'application afin d'avoir une vision globale. Selon la formule choisie, allant de 9 à 75 euros par mois, le professionnel disposera d'une ou plusieurs cartes de paiement physiques et virtuelles et aura la possibilité de réaliser un certaine nombre de virements Sepa. Les clients Prismea pourront, par ailleurs, effectuer entre eux des virements instantanés gratuitement.

Prédictions de trésorerie et crédit instantané

Dans un second temps, Prismea entend réaliser des prédictions de trésorerie grâce à l'analyse des comptes bancaires. "Nous travaillons actuellement sur des algorithmes de catégorisation des sorties et des entrées d'argent", indique Stéphanie Biron Mathieu. "L'étape ultime" consiste à proposer, "par anticipation" du crédit de trésorerie de manière instantanée (avec une réponse dans les 10 minutes et un décaissement des fonds sous 48 heures) grâce à un algorithme de scoring maison, en cours de développement. La néobanque dit vouloir proposer cette fonctionnalité, que ses concurrents n'offrent pas encore, d'ici la fin de l'année 2020. Margo Bank, dont le lancement est attendu depuis de longs mois, prévoit également de faire du crédit.

Lire aussi : Ces Fintech qui boostent la trésorerie des PME

Prismea pense être en mesure d'avoir rapidement plusieurs dizaines de milliers de clients et faire aussi bien que ses deux principaux concurrents (Qonto et Shine), qui en moins de deux années d'existence revendiquent respectivement quelque 50.000 professionnels clients. Comment alors tirer son épingle du jeu en partant après les autres ? Prismea mise sur la force de frappe du groupe Crédit du Nord. "Pour des demandes de financement plus complexe, le professionnel pourra être conseillé en agence", explique Dorian Cauvas.

De nombreuses synergies

En matière de conquête de nouveaux clients, là encore le réseau physique servira de levier déterminant, puisque les conseillers du Crédit du Nord pourront proposer cette offre bancaire mobile aux petits entrepreneurs. Prismea table aussi sur le développement de partenariats avec des associations de professionnels. Elle a ainsi conclu un accord avec l'organisation professionnelle des artisans du bâtiment (Capeb) en Rhône-Alpes, qui proposera à ses membres l'offre bancaire à un tarif préférentiel.

Quid d'une cannibalisation avec les offres existantes du groupe ? Cette possibilité est balayée du revers de la main par Françoise Mercadal-Delassale. "Le réseau physique du Crédit du Nord n'a pas perçu Prismea, comme un concurrent. Au contraire, les conseillers étaient ravis de pouvoir enfin proposer un service adéquat à ces petits entrepreneurs". L'établissement bancaire préfère, en outre, que ces professionnels se tournent vers une néobanque interne au groupe, plutôt que vers d'autres acteurs externes.

"Non seulement nous pensons que cette offre bancaire mobile répond à un vrai besoin, mais nous avons aussi besoin de développer des revenus alternatifs dans le contexte actuel. Le point d'équilibre sera rapidement atteint grâce à toutes les synergies avec le groupe Société Générale qui permettent d'optimiser les coûts. Par ailleurs, nous ne nous adressons pas à des particuliers, mais à des professionnels que nous connaissons très bien et qui seront prêts à payer s'ils trouvent réponse à leur besoin",  conclut, confiante, la présidente de Prismea.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :