Christine Lagarde : le besoin en capital des banques espagnoles moins important que prévu

Dans un entretien accordé au Wall Street Journal, la directrice générale du FMI indique que les besoins de recapitalisation des banques espagnoles devraient être plus proches de l'estimation de l'institution, à savoir un minimum de 40 milliards d'euros. Elles ne devraient donc pas utiliser la totalité de l'aide de 100 milliards d'euros accordée par l'Union européenne fin juin. Les résultats de l'audit indépendant doivent être présentés le 28 septembre.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Les banques espagnoles ne devraient pas utiliser l'intégralité de l'enveloppe mise à leur disposition par l'Union européenne. "C'est une bonne nouvelle (...). Le montant est moins élevé que ce que redoutaient les Européens et les Espagnols", a déclaré la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, dans un entretien accordé au Wall Street Journal. Selon elle, "l'hypothèse probable c'est qu'on soit plus proche des prévisions faites par le FMI". Fin juin, l'institution avait estimé à "au moins 40 milliards d'euros" les besoins en recapitalisation des banques espagnoles.

Fin juin, l'Espagne avait obtenu une aide de l'Union européenne -à hauteur de 100 milliards d'euros- pour renforcer son système bancaire, fortement fragilisé par par son exposition à un secteur immobilier totalement sinistré. Les résultats de l'audit indépendant, qui doit évaluer les besoins des établissements ibériques, doivent être publiés le 28 septembre. En parallèle à l'aide européenne, le gouvernement espagnol prépare un projet de loi visant à mieux encadrer la supervision bancaire.

Face à l'urgence de la situation, l'Europe avait débloqué dès le mois de juillet le versement d'une première tranche d'aide de 30 milliards d'euros. Mais la principale banque en difficulté, Bankia, quatrième établissement du pays, ne devrait pourtant pas recourir à cette manne. Début septembre, le ministre de l?Economie espagnol, Luis de Guindos, avait confirmé, que le Fonds de restructuration bancaire espagnol, le FROB, apportera de façon imminente entre 4 et 5 milliards d?euros à Bankia, sans recourir donc à cette facilité d?urgence.

La restructuration des banques sous surveillance du FMI

Dans un contexte de dégradation de la conjoncture en Espagne, Christine Lagarde rappelle que le FMI a été sollicité pour superviser ce processus de soutien aux banques espagnoles. "Nous ne tenons pas le porte-monnaie, nous ne tenons pas le stylo. Mais nous surveillons de près la situation pour être sûrs que la restructuration se déroule comme prévu", assure-t-elle.

En outre, le FMI ayant également été appelé à intervenir dans le nouveau programme de rachat d'obligations d'Etat de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde a estimé que la participation du FMI dans ce cadre était "suffisamment souple" pour que l'institution garde la maîtrise de son action. "Le FMI doit être indépendant et sa participation ne doit être définie ou dictée par quiconque", ajoute-t-elle.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 24/09/2012 à 9:22
Signaler
Au vu de la pertinence et de l'exactitude de la plupart des déclarations de Mme Lagarde, on peut d'ors et déjà préparer 150 milliards !!

à écrit le 21/09/2012 à 13:25
Signaler
Dans un premier temps....

à écrit le 21/09/2012 à 12:40
Signaler
A suivre car le bilan des banques espagnoles sont à l'image de leurs fraises : à l'intérieur c plein de produits pourris !

à écrit le 21/09/2012 à 11:39
Signaler
Que 40 milliards? Je suis intéressé pour 60 milliards qui restent!! On envoi sa demande chez Chistine Lagarde avec un RIB?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.