Le montant de l'aide à l'Espagne sera connu en septembre

Les ministres des Finances de la zone euro ont approuvé ce vendredi un protocole d'accord avec l'Espagne, qui autorise Madrid à emprunter jusqu'à 100 milliards d'euros pour recapitaliser ses banques. Le montant exact de cette aide ne sera déterminé qu'en septembre.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le montant exact de l'emprunt qui sera contracté par l'Espagne pour recapitaliser ses banques ne sera déterminé qu'en septembre, ont dit vendredi les ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe) après en avoir approuvé le principe. L'aide sera octroyée via le Fonds de soutien de la zone euro (FESF) puis le Mécanisme de stabilité (MES), appelé à lui succéder rapidement. Elle sera ensuite transmise au Fonds public d'aide pour les banques espagnoles, le Frob.

En contrepartie de l'octroi de ce prêt, qui pourra atteindre 100 milliards d'euros, la zone euro va imposer des conditions strictes "qui se concentreront sur le secteur financier": les banques espagnoles devront présenter des plans de restructuration conformes aux règles sur les aides d'Etat et mettre à l'écart leurs actifs douteux dans une structure de défaisance, ou "bad bank". La régulation et la supervision bancaire devront également être renforcées. Cela pourrait passer par des inspections de la Commission européenne dans tout établissement bancaire espagnol, d'après un projet de mémorandum qui a fait l'objet de fuites.

30 milliards d'euros en cas de besoin urgent cet été

Lors d'une précédente réunion téléphonique fin juin, la zone euro avait accepté de prêter jusqu'à 100 milliards d'euros pour aider Madrid à recapitaliser ses banques, en grande difficulté. L'eurogroupe a également confirmé sa promesse de débloquer 30 milliards d'euros au plus vite. Le FESF va "mettre de côté 30 milliards d'euros" fin juillet, en cas de besoin urgent de recapitalisation des banques espagnoles cet été, comme déjà annoncé.

Cette décision était largement attendue sachant que les Parlements allemand et finlandais -susceptibles de s'opposer à ce plan d'aide- l'ont approuvé. Le Bundestag allemand a donné son feu vert jeudi et le Parlement finlandais vendredi matin. Helsinki avait au préalable trouvé un accord avec Madrid sur des contreparties pour garantir sa participation à ce nouveau plan de sauvetage.

Les taux espagnols ont repassé les 7%

L'approbation de la zone euro survient au moment où l'Espagne est en grande difficulté, avec des taux d'emprunt qui sont repassés vendredi au-dessus de 7%, un niveau difficilement soutenable dans la durée. Cette situation reflète l'inquiétude des investisseurs pour qui les engagements pris auprès de l'Union européenne par Madrid sont inateignables.

L'Espagne doit s'efforcer de réduire son déficit public à 6,3% de son PIB cette année et à 4,5% en 2013. Son endettement doit passer à 79,8% du PIB en 2012 et 82,3% en 2013. Le gouvernement espagnol doit cependant ajuster prochainement ses prévisions en matière d'endettement pour tenir compte d'une récente révision à la hausse de ses prévisions de déficit sur les trois prochaines années ainsi que de l'aide à son secteur bancaire désormais actée.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 21/07/2012 à 9:08
Signaler
L'Europe actuelle a été voulue et organisée principalement par le couple franco-allemand qui en a aussi édité les règles qui, bien sur, sont faites pour avantager les économies fortes, donc surtout l'Allemagne et surtout au début, la France. Il y a d...

à écrit le 20/07/2012 à 19:08
Signaler
Lorsque l'on sait que bon nombre de transactions se fait en espèces et ce afin d'échapper au fisc on enrage de refiler de l'argent.... Que l'UE commence par faire son bouleau !

à écrit le 20/07/2012 à 15:33
Signaler
il est clair qu'une attaque spéculative de grande envergure est menée contre l'Espagne, pratiquement aucune mesure valable n'est prise en compte par le marché. Sans doute espère t'on faire tomber ce pays pour voir en même temps les deux autres gros m...

le 20/07/2012 à 18:40
Signaler
Vous voulez dire le milliardaire soros ? Pourtant, l'Euro avait été créé pour éviter ce genre de manège, depuis qu'il a fait à l'époque chuter la livre sterling. Mais c'est intéressant votre commentaire, très constructif. A méditer

le 20/07/2012 à 18:45
Signaler
C'est rop tranquille. La Finance a besoin de crises pour prospérer. Elle met donc le doigt où ça fait mal: les maillons faibles de la zone Euro. Mais tant va la cruche à l'eau...

à écrit le 20/07/2012 à 15:29
Signaler
Comptez cent cinquante milliards.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.