Fitch salue la solvabilité des banques européennes...mais alerte sur leur rentabilité

 |  | 490 mots
Lecture 3 min.
Fitch redoute une hausse des provisions pour dépréciations, dans le secteur bancaire européen. Copyright Reuters
Fitch redoute une hausse des provisions pour dépréciations, dans le secteur bancaire européen. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Avec un ratio de solvabilité compris entre 9% et 12%, la plupart des banques européennes satisfont déjà aux exigences de la future réglementation dite de Bâle III, reconnaît l'agence de notation. En revanche, du fait de l'état de l'économie en zone euro, leur rentabilité, déjà faible, risque de stagner. Dans le meilleur des cas.

Ça ne va jamais. Telle aurait pu être la conclusion des banques européennes, à l'issue de la conférence sur le secteur organisée par Fitch, mercredi, à Paris. « L'amélioration des ratios de solvabilité des principales banques européennes pourrait nous conduire à relever les notes de certaines d'entre elles, au cours des 18 prochains mois », a d'abord laissé espérer Bridget Gandy, directrice associée de Fitch, en charge des sociétés de services financiers. Avant de nuancer : « L'ampleur de ces éventuels relèvements risque d'être freinée par l'évolution de la rentabilité des banques, laquelle devient modérée, voire faible. »

Un ratio de solvabilité compris entre 9% et 12%

Une douche froide pour les banques européennes, qui n'ont pas ménagé leurs efforts, ces deux dernières années, afin de renforcer leurs fonds propres, via des cessions d'actifs et la mise en réserve d'une partie de leurs bénéfices. Et ce, dans la perspective de Bâle III, cette réglementation qui devrait entrer en vigueur début 2014, en Europe, et qui exige des banques qu'elles disposent de fonds propres suffisants pour faire face à une baisse subite de la valeur de leurs actifs, ou à une vague de retraits de la part de leurs clients. Avec un ratio de solvabilité compris entre 9% et 12% à la fin 2012, selon les données de Fitch, « la plupart des banques européennes satisfont déjà les exigences de Bâle III [qui réclame un minimum de 9% ; Ndlr] », reconnaît Bridget Gandy.

Même satisfaction sur le front du ratio de liquidités, qui, dans le cadre de Bâle III toujours, commande aux banques de détenir un montant suffisant d'actifs faciles à céder, en cas de crise aiguë de liquidités. « En la matière, la situation des banques européennes s'est améliorée de façon très considérable », souligne Bridget Gandy, notant que les actifs de haute qualité des banques françaises, par exemple, représentent près de 10% du total de leurs actifs.

Une hausse des dépréciations en vue

Mais, ce qui pèche désormais, pour l'agence de notation, c'est la stagnation - à un faible niveau, qui plus est - de la rentabilité des banques. « Du fait de la récession en zone euro [qui décourage les ménages et les entreprises de solliciter les prêts dont vivent les banques ; Ndlr], à laquelle s'ajoute un environnement de taux d'intérêt très bas, il devient difficile, pour les banques européennes, de gagner de l'argent », s'inquiète Bridget Gandy.

L'experte de Fitch redoute également une diminution de la qualité des actifs des banques européennes et s'attend, par conséquent, à « une hausse de leurs provisions pour dépréciations. » Ces dépréciations d'actifs et de survaleurs (écarts d'acquisition) qui avaient déjà lourdement affecté les résultats 2012 des banques européennes, et, tout particulièrement, françaises.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2013 à 19:52 :
Les fonctionnaires qui ont pondu les contraintes de renforcement des fonds propres et du ratio de liquidité imposés par Bâle III devraient se poser la question de savoir s'il est opportun de rajouter des contraintes sur les banques précisément à un moment où elles ont besoin d'air pour pouvoir continuer à soutenir l'économie en période de crise.
a écrit le 13/06/2013 à 8:42 :
c'est simple il faut faire comme les ricains :

1) solvabilité : il n'y en a pas
2) rentabilité : il suffit d'imprimer 85 milliards de dollars tous les mois

par ici le bonneteau , par ici
Réponse de le 13/06/2013 à 10:13 :
En quoi "imprimer 85 mds $ par mois" augmente-t-elle la rentabilité des banques américaines? Dans un contexte de récession et avec un taux de défaut sur les prêts qui augmente, il est normal que les banques soient amenées à déprecier leurs actifs, rien de nouveau sous la grisaille...
a écrit le 12/06/2013 à 18:35 :
Merci les agences de notation. On peut toujours compter sur vous pour enfoncer les portes ouvertes. Quelle surprise il n y a donc plus de croissance en Europe. Et bien les banques europeennes vont se renforcer aux US et en Asie pour compenser.
a écrit le 12/06/2013 à 17:03 :
Fitch a surement la solution pour que les ratios de solvabilité et de liquidités élevés permettent aussi une rentabilité élevée ! Il devrait donne rla recette.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :