L'Italien Andrea Enria nouveau gendarme des banques de la zone euro

 |   |  401  mots
L'économiste italien de 57 ans Andrea Enria remplacera la Française Danièle Nouy à la tête de la supervision des banques des 19 pays de la zone euro.
L'économiste italien de 57 ans Andrea Enria remplacera la Française Danièle Nouy à la tête de la supervision des banques des 19 pays de la zone euro. (Crédits : ABE)
La Banque centrale européenne (BCE) a finalement proposé le patron de l'Autorité bancaire européenne pour remplacer la Française Danièle Nouy à la présidence de de la supervision bancaire de la zone euro. La vice-gouverneure de la Banque centrale d'Irlande était donnée favorite depuis l'été. Le choix doit être validé par les eurodéputés.

De Londres à Francfort sans passer par Paris. Andrea Enria, le patron de l'Autorité bancaire européenne, qui doit déménager de la capitale britannique à la française avant le Brexit, va prendre la présidence du conseil de surveillance prudentielle de la Banque centrale européenne (BCE). Infirmant les pronostics donnant l'Irlandaise Sharon Donnery, vice-gouverneure de la Banque centrale d'Irlande, grande favorite, la BCE a annoncé son choix ce mercredi 7 novembre.

« Le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) a nommé ce jour Andrea Enria en tant que nouveau président du conseil de surveillance prudentielle. Il a été choisi parmi les candidat(e)s présélectionné(e)s par le Conseil des gouverneurs le 26 septembre dernier » indique la BCE dans un communiqué.

Le Conseil des gouverneurs est composé de six membres du conseil exécutif de la BCE (présidé par l'Italien Mario Draghi), et des gouverneurs des 19 banques centrales nationales des pays de la zone euro. Le Français Robert Ophèle, président de l'Autorité des marchés financiers depuis juillet 2017 et, venu de la Banque de France, avait été écarté de la course fin octobre après un avis défavorable du Parlement européen.

De la Banque d'Italie à la BCE

Le choix d'Andrea Enria sera d'ailleurs soumis au vote des eurodéputés et devra recevoir l'approbation définitive du Conseil de l'Union européenne (les Etats membres). Andrea Enria succédera à la Française Danièle Nouy  le 1er janvier 2019, pour un mandat non renouvelable de cinq ans.

Cet économiste italien de 57 ans a pris la présidence de l'Autorité bancaire européenne (ABE) à sa création en janvier 2011, pour un mandat de cinq ans, prolongé jusqu'en 2021. Auparavant, il a été directeur de la supervision à la Banque centrale d'Italie de 2008 à 2011 et secrétaire général du Comité européen des superviseurs bancaires, qui a été remplacé par l'ABE, de 2004 à 2008. Il est également passé par la BCE, à l'analyse macro-prudentielle et au comité de supervision. La BCE assume depuis 2013 le rôle de superviseur des banques de la zone euro, à travers le mécanisme de supervision unique (MSU).

La succession du président de la BCE, Mario Draghi, dont le mandat s'achève le 31 octobre 2019, en plein tournant monétaire (fin de la politique accommodante du "Quantitative Easing" et remontée des taux d'intérêt), s'annonce particulièrement délicate.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2018 à 0:11 :
Il aurait été intéressant de connaître les raisons de ce choix: expertise professionelle, mobiles politiques? Vue les problèmes des banques italiennes, il est étonnant de voir que le future départ de Draghi est à temps considéré pour assurer que ces banques soient traitées avec sympathie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :