Brexit : l'Autorité bancaire européenne va s'installer à La Défense

 |   |  597  mots
La tour Europlaza à La Défense, où s'installera l'Autorité bancaire européenne, héberge déjà BforBank, la banque en ligne du Crédit Agricole.
La tour Europlaza à La Défense, où s'installera l'Autorité bancaire européenne, héberge déjà BforBank, la banque en ligne du Crédit Agricole. (Crédits : Paris La Défense)
Contraint de se relocaliser, le superviseur européen, qui emploie 200 personnes, a signé début août son bail pour emménager dans la tour Europlaza. Une victoire pour le quartier d'affaires et la Région.

Entre le centre de la capitale et le quartier d'affaires de La Défense, ce dernier l'a finalement emporté. L'établissement public local Paris La Défense (issu de la fusion de Defacto et l'Epadesa) a annoncé ce mardi 11 septembre que l'Autorité bancaire européenne (ABE) a choisi la tour Europlaza pour établir son siège : elle a signé son bail début août. En prévision de la sortie du Royaume-Uni de l'Union, le superviseur bancaire européen, qui emploie 200 personnes (dont une partie d'intérimaires), doit impérativement avoir quitté son siège de Canary Wharf, le quartier financier de Londres, pour Paris d'ici à mars 2019.

« Nous nous réjouissons de cette excellente nouvelle qui souligne l'attractivité croissante du quartier d'affaires. Cette décision est le fruit d'un travail au long cours et témoigne de la qualité de l'offre territoriale des Hauts-de-Seine », s'est félicité Patrick Devedjian, le président de Paris La Défense, dans un communiqué.

Et de souligner :

« L'arrivée de cette institution renforce encore davantage la position de Paris La Défense comme véritable porte d'entrée internationale du Grand Paris. [..] La qualité de vie des salariés internationaux est décisive dans le choix d'implantation d'une entreprise. »

Dans sa candidature officielle, Paris avait proposé deux localisations, à La Défense ou dans le centre de la capitale, entre la Bourse et Opéra. L'Autorité bancaire avait cependant réalisé un appel d'offres et le choix devait être validé par la commission budgétaire du Parlement européen. Il doit désormais être entériné par le Conseil européen et les eurodéputés, un amendement devant changer formellement le lieu du siège de l'ABE dans les textes européens. Cet amendement « devrait être adopté dans les semaines à venir », indique le communiqué de Paris La Défense.

Une nouvelle école européenne à proximité

C'est une victoire pour « le premier quartier d'affaires européen » (comprendre hors Royaume-Uni), qui a mené une campagne de longue haleine, dans la foulée du référendum britannique de juin 2016, pour attirer les entreprises dans la perspective post-Brexit. Des affiches en anglais avaient fait jaser outre-Manche : « Fatigué du brouillard ? Essayez les grenouilles ! » ("Tired of the fog ? Try the frogs !" autrement dit les Français).

Cet été, l'assureur américain Chubb a annoncé qu'il installerait son futur siège européen à la tour Carpe Diem à La Défense, où se trouvent notamment Thales, AstraZeneca, Verallia et Amazon Web Services. Le quartier compte de nombreux sièges d'entreprises du CAC 40, dont la Société Générale dans le secteur bancaire. La tour Europlaza à La Défense, où s'installera l'Autorité bancaire européenne, héberge déjà BforBank, la banque en ligne du Crédit Agricole, l'ex-GE Money Bank (devenu My Money Bank), mais aussi le laboratoire Galderma, Heinz France, CapGemini ou le cabinet de recrutement Robert Half.

Il restera à organiser ce déménagement de l'ABE qui se fera en plusieurs étapes, en accompagnant les personnels et leurs familles. La Région Île-de-France a réalisé plusieurs présentations à leur intention. Début juillet, le Premier ministre Édouard Philippe avait détaillé une série de mesures destinées à attirer les acteurs de la finance à Paris. Il avait évoqué en particulier la création d'une « école européenne » près de La Défense, le lycée international de Courbevoie, qui s'adressera « d'abord aux enfants des personnels » de l'Autorité bancaire européenne (ABE), avait indiqué le Premier ministre. Le lycée Lucie-Aubrac a d'ailleurs été inauguré la semaine dernière, a souligné Patrick Devedjian.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2018 à 22:13 :
200 contribuables en plus, 800 flash radar et PV associés en plus par an, welcome in France and thank you Mr Brexit
a écrit le 12/09/2018 à 15:27 :
Comme prévu, le déclin continue pour Londres...
a écrit le 12/09/2018 à 9:44 :
200 emplois !?

Pfiou... whaou ! :D

Bon cela reste quand même 2000 emploi de perdus à terme, au moins hein, mais ça va ça aurait pu être pire !
a écrit le 11/09/2018 à 16:47 :
Rien de plus simple et naturel, la G.B n'est pas dans l'Euro!
Réponse de le 11/09/2018 à 17:32 :
Elle ne l'était déjà pas avant, dans l'euro, mais la City gère les affaires du monde entier sans distinguo, donc celles de l'UE aussi. Pour ça que privée de l'UE, elle survivra très bien.
Les GB ont toujours tout tiré à eux, parait que c'est eux qui ont réclamé l'adhésion accélérée de pays divers pour élargir le business, la finance. Mais surtout pas d'Etat-Unis d'UE, ah non, barrage, vu qu'ils étaient dans le "magma", même d'un seul pied.
Réponse de le 11/09/2018 à 17:48 :
Oui mais ils se font beaucoup de livres avec l'euro, enfin ça va changer ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :