Pourquoi Yandex, le Google russe, veut s'offrir une banque en ligne à plus de 5 milliards de dollars

 |  | 1224 mots
Lecture 6 min.
Malgré son caractère encore révocable, cette annonce reste majeure car ce rachat scellerait l'une des plus importantes opérations entre entreprises russes de ces dernières années.
Malgré son caractère encore révocable, cette annonce reste majeure car ce rachat scellerait l'une des plus importantes opérations entre entreprises russes de ces dernières années. (Crédits : Wikimedia Commons)
Yandex a conclu un accord pour s'offrir la fintech Tinkoff pour 5,5 milliards de dollars, confirmant l'intérêt grandissant des géants de la tech pour la finance et renforçant la menace qui pèse sur le secteur bancaire. Cotée à la Bourse de Londres, Tinkoff a déjà séduit plus de 10 millions de clients en Russie grâce à une stratégie très diversifiée, allant de la banque à l'agence de voyage, en passant par les télécoms et les services de livraison.

5,5 milliards. C'est le montant, en dollars, que serait prêt à mettre Yandex, souvent surnommé le Google russe, pour faire l'acquisition de la banque en ligne Tinkoff. La semaine dernière, les deux groupes ont annoncé avoir conclu un accord de principe (non définitif) sur une transaction.

Malgré son caractère encore révocable, cette annonce reste majeure car ce rachat scellerait l'une des plus importantes opérations entre entreprises russes de ces dernières années. Elle souligne aussi, et surtout, l'intérêt grandissant des géants de la tech pour la finance, qui multiplient leur incursion dans ce domaine, à l'image de l'Apple Card et du projet Libra de Facebook.

Virage du mobile réussi

Fondée en 2006 par l'oligarque russe Oleg Tinkov, dont elle tire son nom, Tinkoff est une vieille fintech. "C'est un peu notre Boursorama à nous, sauf qu'elle a su prendre très tôt le virage du mobile à tel point que l'octroi d'un crédit se fait désormais en quelques minutes depuis l'application", commente Julien Maldonato, associé conseil industrie financière du cabinet Deloitte.

En quelques années, la banque en ligne, cotée depuis 2013 à la Bourse de Londres où elle a levé 1,1 milliard de dollars, s'est taillée une place non négligeable sur le marché bancaire russe. Dirigée par Olivier Hughes, un entrepreneur russe d'origine britannique, Tinkoff revendique aujourd'hui plus de 20 millions de téléchargements de son application mobile et 10 millions de clients. Un...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :