Client fidèle de l'Airbus A320, IAG confirme sa commande géante de 150 Boeing 737 MAX

Le groupe IAG a annoncé avoir finalisé la commande de 50 Boeing 737 avec 100 options supplémentaires après avoir signé, en 2019, une intention de commande pour 200 avions. Cela n'en demeure pas moins une bonne nouvelle pour le constructeur américain dont le B737 Max a été cloué au sol après deux accidents mortels. D'autant qu'IAG préférait jusqu'ici les A320 d'Airbus. Un signal positif également pour tout le secteur de l'aérien lourdement impacté par la crise sanitaire.

6 mn

La commande de 50 Boeing 737 par IAG un signal de confiance envers l'avionneur américain qui traverse une période de turbulences.
La commande de 50 Boeing 737 par IAG un signal de confiance envers l'avionneur américain qui traverse une période de turbulences. (Crédits : Boeing)

C'est un signe des plus encourageants pour tout le secteur aérien. Le groupe IAG (British Airways, Iberia, Vueling, Aer Lingus, Level) a annoncé, ce jeudi, avoir finalisé une commande de 50 Boeing 737 MAX, avec des options pour 100 appareils supplémentaires. Au prix catalogue, les 50 737 MAX coûtent 6,25 milliards de dollars, mais IAG précise avoir bénéficié d'une ristourne "substantielle". Le contrat doit encore être approuvé par les actionnaires du groupe.

Les avions fermes se répartissent à égalité entre des 737-8-200 et des 737-10, soit 25 exemplaires de chaque. "Avec la sélection du 737-8-200 et du plus grand 737-10, IAG a investi dans un avenir durable et rentable, car les deux variantes réduiront considérablement les coûts d'exploitation et les émissions de CO2", s'est félicité Stan Deal, PDG de Boeing Commercial, dans un communiqué. C'est "un ajout bienvenu du 737 aux flottes court-courriers d'IAG et reflète notre engagement à soutenir la reprise continue du réseau du Groupe et sa croissance future avec la famille d'avions inégalée de Boeing", ajoute-t-il.

"L'ajout de nouveaux Boeing 737 est un élément important du renouvellement de la flotte court-courrier d'IAG. Ces avions de dernière génération sont plus économes en carburant que ceux qu'ils remplaceront et sont conformes à notre engagement à atteindre zéro émission nette de carbone d'ici 2050", abonde Luis Gallego, directeur général d'IAG, cité dans le communiqué.

Quelle compagnie pour les 737

IAG précise que ces appareils seront livrés entre 2023 et 2027 et pourront être utilisés par n'importe quelle compagnie du groupe. Or, aucune de ces compagnies n'exploite de 737 à l'heure actuelle, et British Airways, Iberia, Vueling comme Aer Lingus se sont déjà engagées sur l'achat du concurrent du 737 MAX, l'Airbus A320 NEO. L'arrivée du 737 pourrait donc signifier une réorganisation des flottes au sein du groupe.

Le choix du Boeing 737-8-200, version à haute densité conçue pour Ryanair et adoptée par une poignée d'autres compagnies, suppose une orientation low cost. L'appareil peut en effet accueillir jusqu'à 200 sièges "augmentant ainsi le potentiel de revenus et réduisant la consommation de carburant", comme l'indique le communiqué. Composante à bas coût du groupe, Vueling pourrait apparaître comme le candidat tout désigné, mais la compagnie a toujours voler sur A320 et a déjà commandé plus d'une quarantaine d'A320 et A321 NEO.

Il y a également la nouvelle filiale court-courrier de British Airways, basée à Gatwick. Celle-ci vient de débuter son exploitation sur A320, mais l'arrivée des 737 MAX pourrait permettre son développement (en les opérant ou en récupérant les A320 d'autres compagnies).

L'autre modèle, le 737-10, plus grand de la famille, peut "accueillir jusqu'à 230 passagers dans une configuration à classe unique et peut voler jusqu'à 3.300 milles". "Le jet économe en carburant peut couvrir 99% des routes à couloir unique, y compris les routes desservies par les 757", est-il aussi précisé.

Lire aussi 6 mnL'été sera beau et chaud pour Lufthansa et Air France-KLM

Crise du 737 Max

Cette commande était dans les tuyaux depuis juin 2019. Le constructeur américain avait à cette époque signé avec IAG une intention de commande pour 200 737 MAX, dont les premiers exemplaires devaient être livrés à partir de 2022-2023. "L'annonce d'aujourd'hui finalise un engagement pris par IAG pour le 737 au salon du Bourget 2019 et est soumise à l'approbation des actionnaires d'IAG", confirme le communiqué. La commande annoncée ce jeudi est donc moins importante que prévue, mais reste néanmoins une bonne nouvelle pour le constructeur américain frappé de plein fouet par la crise du B737 MAX. L'avion avait, en effet, été cloué au sol en mars 2019 à la suite de deux accidents mortels, vingt-deux mois à peine après la mise en service du premier modèle. En février dernier, la compagnie Ethiopian Airlines a repris les vols avec le Boeing 737 MAX, une première depuis le crash qui avait causé la mort de 157 personnes il y a près de trois ans.

Autre signe d'une confiance à nouveau établi entre le Boeing 737 et les compagnies aériennes : le dirigeant de la low cost irlandaise, Ryanair, s'est fait l'avocat de l'avion en mars dernier. "La sécurité n'est plus un sujet pour le MAX", a ainsi déclaré Michael O'Leary. "Le MAX est en train de rétablir sa crédibilité après deux ans d'interruption à la suite des accidents en Indonésie et en Ethiopie et a déjà effectué plus d'un million de vols en Amérique du Nord et en Europe", a-t-il assuré, jugeant que le retour d'expérience des clients comme très positifs : "Nous pensions que certains de nos passagers hésiteraient à voler sur un Boeing MAX, mais en six mois aucun de nos passagers n'a désiré débarquer". Ryanair est l'un des principaux clients de l'appareil moyen-courrier de Boeing.

Reprise progressive du trafic aérien

Au-delà de Boeing, l'annonce de cette commande est un signe positif pour tout le secteur aérien qui a vécu la pire crise de son histoire. La fermeture des frontières pour lutter contre la propagation de l'épidémie de Covid-19, forçant les avions à rester sur le tarmac et vidant les aéroports de leurs voyageurs, a en effet lourdement impacté tant les compagnies aériennes que les constructeurs et autres acteurs de l'aérien. Mais depuis l'été 2021, des premiers signaux positifs se font ressentir avec un été 2022 qui s'annonce sous de bons auspices.

En France, selon les chiffres de la direction générale de l'aviation civile, publiés au 3 mai 2022, le trafic commercial atteignait son meilleur niveau depuis la crise sanitaire. Le trafic intérieur s'élevait ce mois-là à 76,4% du niveau de 2019 (en hausse de 1,1 point rapporté aux chiffres de février) avec une situation relativement stable d'un mois sur l'autre sur chacun de ses faisceaux.

Lire aussi 8 mnAéroports français : le retour au niveau de trafic de 2019 est encore loin et l'avenir est semé d'embûches

 À l'échelle européenne, en mars 2022 dernier, les aéroports ont accueilli 65,9% de leurs passagers du même mois de 2019, selon la branche européenne du Conseil international des aéroports (ACI Europe). Une nette amélioration par rapport aux 41% de l'avant-crise constatés pendant toute l'année 2021.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 19/05/2022 à 21:29
Signaler
A toujours voler... Les fotes d'ortograffe dans ce genre d'atricle sont innadmissible

à écrit le 19/05/2022 à 18:01
Signaler
Achat à bon compte d'avions bradés, et pari que les clients n'auront pas la trouille de prendre cet avion.

le 22/05/2022 à 8:04
Signaler
Chacun se rassure comme il peut! Hahahaha Parce que vous croyez qu airbus ne brade pas ses avions?? Vive Boeing!!!

à écrit le 19/05/2022 à 16:35
Signaler
Vu la position de Boeing sur le programme 737 Max, Boeing est obligé de vendre ses avions à prix coûtant donc les compagnies désireuses d'avoir des avions à prix bradés vont trouver une occasion unique . De plus, les compagnies savent que 90 % des cl...

le 22/05/2022 à 8:05
Signaler
Chacun se rassure comme il peut! Hahahaha Parce que vous croyez qu airbus ne brade pas ses avions?? Vive Boeing!!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.