En attendant le H160, l'armée va louer des Dauphin pour remplacer ses antiques Alouette

 |   |  549  mots
Fantômas, sous les traits de Jean Marais, volait déjà en Alouette, un hélicoptère toujours en service dans la marine ! (chef d'état-major de la marine Christophe Prazuck)
"Fantômas, sous les traits de Jean Marais, volait déjà en Alouette, un hélicoptère toujours en service dans la marine !" (chef d'état-major de la marine Christophe Prazuck) (Crédits : Ministère des Armées)
Alors qu'elles volaient déjà dans les années 1960, les Alouette III vont être prochainement retirées du service. En attendant les premières livraisons du H160 en 2028, les Alouette seront remplacées par des Dauphin loués à une compagnie privée.

C'était dans l'air, c'est acté. Les hélicoptères de liaisons Alouette III, les dernières au monde encore en service dans la marine sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, vont être retirés du service pour être remplacé par des Dauphins loués à une compagnie privée. D'autant que l'armée ne recevra ses premiers H160 dans le cadre du programme HIL (Hélicoptères interarmées légers) qu'en 2028. Pas sûr effectivement que l'Alouette III 316B, conçue et fabriquée par Sud-Aviation puis mise en service en 1962, sera encore en état de voler à cette date-là pour leur remplacement complet par le HIL, dont le programme doit être décalé... après avoir été avancé.

L'ancien ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait décidé que le premier HIL devait être livré en 2024 au lieu de 2028. "Il a été décidé d'accélérer la procédure avec une première livraison avancée de quatre ans minimum", avait annoncé en mars 2013 Jean-Yves Le Drian. La réalité a rattrapé les armées. La future Loi de programmation militaire (2019-2025) prévoit les premières livraisons du H160, censé remplacer plusieurs versions d'hélicoptères dans les trois armées (Panther, Dauphin, Fennec, Alouette III et Gazelle), en 2028. Une commande est programmée en 2022/2023. Développé par Airbus Helicopters, le H160 remplacera les Alouette III, Dauphin et Panther en service dans la marine.

Un coût de maintenance exponentiel

Pour les armées, notamment la Marine, le coût d'une heure de vol d'une Alouette III revenait de plus en plus cher avec les besoins accrus de MCO en raison de leur grand âge (18,54 millions en 2016 pour 20 appareils et pour un taux de disponibilité de 33,90%). "Le coût d'une heure de vol d'une Alouette III était d'environ 5.000 euros en 2010, contre bientôt près de 13.000 euros", avait précisé le chef d'état-major de la Marine (CEM), l'amiral Christophe Prazuck, à la commission de la défense de l'Assemblée en octobre dernier. Il faut dire que l'âge moyen de la flotte d'Alouette III s'élevait à 42,3 ans au 31 décembre 2016.

"Fantômas, sous les traits de Jean Marais, volait déjà en Alouette, un hélicoptère toujours en service dans la marine !", ironise souvent l'amiral Christophe Prazuck à propos des Alouette III, qui "tombent en poussière".

L'amiral Christophe Prazuck plaidait depuis quelques mois en faveur d'un retrait rapide des Alouette III et de leur remplacement temporaire par des hélicoptères de location. "Une telle manœuvre serait d'autant moins compliquée (et moins coûteuse) qu'actuellement, les sociétés du secteur pétrolier se défont de bon nombre d'appareils, nourrissant une offre relativement abondante d'hélicoptères d'occasion, avait expliqué le député LREM, Jean-Charles Larsonneur dans un rapport sur le projet de loi de finances pour 2018 publié en octobre dernier  En outre, ces hélicoptères ne sont pas exposés au feu : il s'agit de matériels standardisés, entretenus dans le secteur civil. Ce scénario permettrait de substantielles économies de MCO d'Alouette et éviterait une réduction temporaire de capacités majeure et soudaine". Au sein des armées, on confirme que ce scénario coûtera moins cher que l'entretien des vénérables Alouette III.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2018 à 14:57 :
Pourquoi ne passent ils pas à des hélico militarisés récents de la famille H145, sans avoir à attendre l'hypothétique HIL ?
a écrit le 21/01/2018 à 18:03 :
pauvre France,leader dans la fabrication des hélicoptère dans les années soixante et soixante dix ,nous voila incapable de répondre a temps aux besoins de nos armées et d être obligé de LOUER ( donc surcout ) c est proprement un scandale de voir les incapacités des dirigeants passes,présents et certainement a venir de prévoir ,d anticiper et surtout de penser aux forces de notre pays avant d aller s occuper des autres (ne dit on pas;charité bien ordonnée commence par soi même)
a écrit le 21/01/2018 à 17:07 :
C'est honteux, simplement honteux.

Au nom des habituelles économies imposées par Bercy, on va avoir des solutions qui vont couter plus cher sur le long terme.

Et bien sûr, les surcoût budgétaires sont mis sur le dos des ministères concernés, jamais du ministères responsables.

Le ministère de la défense devrait procéder à un achat de matériel étranger disponible sur étagères et mettre le ministère du budget face à ses responsabilités et terme d'argent et d'emplois qui partent à l'étranger
a écrit le 21/01/2018 à 11:12 :
Que la maintenance de cet appareil, très fiable au demeurant, augmente je veux bien. Mais pas a ce point. J’ai pratiqué cet appareil, en tant que technicien de maintenance puis de pilote. Ce qui pèse surtout sur ce type d’engin, ce sont les heures de main d’œuvre de maintenance primaire, niveau piste et (NTI1) en général calé toute les 25 heures de vol. Quant aux couts des rechanges , la révision, la fabrication éventuelle, été cédée par Airbus hélico (ex Aérospatiale) à la société ALHWS, il faut peut-être aller chercher de ce côté l’augmentation si importante des coûts MCO. Pour ma part je pense que le Cema, a très certainement « orienté » à la hausse ses stat’s, afin d’obtenir l’autorisation de louer des appareils plus récents. Jouer sur les coûts, est la plus sure méthode pour obtenir satisfaction auprès des censeurs de Bercy. C’est bien joué, mais il n’y avait pas si grande urgence.
Réponse de le 25/01/2018 à 11:13 :
je suis dubitatif aussi sur une hausse soudaine du prix de la maintenance en quelques années sur un matériel éprouvé et fiable, fut-il vieillot. Peut-être fait on passer des changements de pièces dans le lot, mais le débat est alors un peu différent... L'effort de maintenance sur les hélicoptères est quand même un soucis, quand on voit l'optimisation de la maintenance sur les avions civils, et ce avec une fiabilité grandissante!
a écrit le 21/01/2018 à 10:25 :
Ha l'âge des équipements dans nos armées, un vaste problème... Des hélicoptères hors d'âge , des chars qui ont 40 àns dè services, dès équipements qui date de la guerre d'avant ... Le probleme s'est qui tous cela a un coût financiere important soit en maintenance, ou en remplacement.... Avec la professionnalisation des armee , ils ete certain qui le budget de la defence serait revu à la baisse...
Ensuite la professionnalisation ne s'est pas passer correctement, trops d'encadrement et pas assez de fidélisation des personnels.... L'on a vendu La Défense de notre pays comme un boulos comme les autres, s'est tres tres différant....
Ensuites pour diminuè les coûts l'on a fait disparaître la maintenance militaires, mais les contrâts civile sont tres chere et bien peux efficase. ( si l'on veux tuer sont chien , l'on l'accuse de tous les maux).
Pour les nouveaux matériels, nous nous somme lancé dans une cours au bijoux technologiquement, mais s'est tres fragile, pas assez fiable, trops chere à remplacer...
Voila quelque constat de la situation.
a écrit le 20/01/2018 à 12:11 :
Tout cela est beaucoup moins de la faute des politiques que de la totale inconséquence de l'état major de la Marine qui aurait dû depuis plus de 20 ans remplacer ces hélicoptères Hors d'âge . À force de de rien faire et et d'un "tant que ça marche, je garde", on finit par se retrouver dans l'impasse. La marine est totalement responsable de cette situation, ne cherchez pas les responsabilités ailleurs. Cela n'a juste jamais été une priorité. Il faut donc assumer. Affligeant.
Réponse de le 20/01/2018 à 19:47 :
Attention: nos militaires ne peuvent être tenus responsables des décisions gouvernementales; aussi bien les choix des matériels que les crédits relèvent des gouvernements et du Parlement, plus soucieux d'arroser leurs clients que de l'intérêt général. Bientôt nos militaires rouleront à vélo (pour l'écologie), navigueront en périssoire, voleront en planeur, armés de lances.
a écrit le 20/01/2018 à 8:54 :
Par compte il y aura les moyen pour changer les voitures des parlementaires, des membre du gouvernement ou acheter un nouvelle avion presidentiel....
Par compte l'on maintient en service des hélicoptères hors d'âge dans les armées, des machine qui coute un prix fou à entretenir et dangeureux à faire voler....
Mais tous vas bien a dit un ancien president socialiste , tous vas bien....
Réponse de le 23/01/2018 à 11:38 :
Rogger !!! : Mais la vie des militaires est bien moins précieuse que celle des parlementaires et ministres enfin !!!!!!
a écrit le 19/01/2018 à 17:23 :
Notre ministre(sse) se moque-t-elle du monde? Nos militaires sont-ils, au moins, bien assurés?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :