Eurodrone : Berlin, Madrid, Paris et Rome signent un chèque de 7 milliards pour 20 systèmes

Airbus et l'Organisation Conjointe de Coopération en matière d'Armement ont signé un contrat d'une valeur de 7,1 milliards d'euros portant sur le développement et la production de 20 systèmes : sept systèmes pour l'Allemagne, cinq pour l'Italie, quatre pour la France et quatre pour l'Espagne.
Michel Cabirol
L'Eurodrone sera le premier drone MALE initialement conçu pour être intégré dans l'espace aérien civil.
L'Eurodrone sera le premier drone MALE initialement conçu pour être intégré dans l'espace aérien civil. (Crédits : Airbus)

Article réactualisé le 25/02/2022 à 17h50

Après des négociations lancées en 2018 puis un processus de validation interminables, l'Eurodrone décolle enfin, comme l'a révélé La Tribune. Ainsi, Airbus et l'Organisation Conjointe de Coopération en matière d'Armement (OCCAr) ont signé jeudi un contrat d'une valeur de 7,1 milliards d'euros (hors taxe) portant sur le développement et la production de 20 systèmes (1 système équivaut à trois vecteurs aériens et deux stations au sol) et le maintien en condition opérationnelle initial pendant cinq ans : sept systèmes pour l'Allemagne, cinq pour l'Italie (+ 2 en option), quatre pour la France (+ 2 en option) et quatre pour l'Espagne (+ 2 en option). Les premières livraisons de l'Eurodrone sont attendues à partir de 2028.

"Cette signature lance le développement d'un des plus ambitieux programmes de défense européen. L'Eurodrone est le fruit d'une collaboration étroite entre l'industrie, l'OCCAr et les nations clientes. Ce programme donnera naissance au système de drone le plus avancé de sa catégorie, générera plus de 7.000 emplois hautement qualifiés et renforcera la souveraineté de l'industrie européenne, son savoir-faire et la coopération entre les États", a estimé le patron d'Airbus Defence and Space, Mike Schoellhorn, cité dans le communiqué d'Airbus.

Airbus Defence and Space GmbH a signé le contrat en qualité de maître d'œuvre industriel au nom des trois principaux sous-traitants Airbus Defence and Space en Espagne, Dassault Aviation en France et Leonardo en Italie. De son côté, l'OCCAr représente les quatre clients de lancement : l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne. Les travaux de développement de l'Eurodrone seront subventionnés à hauteur de 100 millions d'euros par le Programme européen de développement industriel pour la défense (PEDID). "Au travers de ce programme, la France, l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie s'engagent dans une démarche de renforcement de l'autonomie stratégique européenne et de soutien à la compétitivité de la base industrielle et technologique de défense européenne", a expliqué la direction générale de l'armement, dans un communiqué publié vendredi.

Conçu pour intégrer l'espace aérien civil

L'Eurodrone est un drone de moyenne altitude et longue endurance MALE RPAS (Medium Altitude Long Endurance Remotely Piloted Aerial System) doté de capacités polyvalentes et adaptables qui font de lui une plateforme pour des missions de renseignement, de surveillance, d'acquisition de cibles et de reconnaissance (ISTAR) ainsi que pour les opérations de sécurité intérieure. Il s'agit du premier drone MALE initialement conçu pour être intégré dans l'espace aérien civil, lui permettant d'effectuer des vols en trajectoire directe ne nécessitant pas de sites d'atterrissage d'urgence définis à l'avance. "Partie intégrante d'une conception évolutive, son architecture ouverte permettra d'étendre et de redéfinir les capacités du système en fonction des futurs besoins des forces armées clientes", a expliqué Airbus dans son communiqué.

En outre, l'Eurodrone s'appuie sur le DDMS (Digital Design, Manufacturing and Services), une nouvelle approche numérique appliquée par Airbus dans toutes les phases de la conception, de la production et de l'exploitation des produits aéronautiques et spatiaux. L'Eurodrone sera le premier programme entièrement conçu et développé à partir du DDMS selon une approche par étapes permettant une meilleure planification des mises à niveau, une disponibilité opérationnelle accrue et une réduction des coûts de cycle de vie. "Porté par une vision commune et une approche pragmatique, l'Eurodrone s'appuie sur les meilleures compétences et expertises internes de chaque entreprise", a estimé le PDG de Dassault Aviation, Éric Trappier, cité dans le communiqué.

Michel Cabirol
Revivez la 1ère journée du Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 25/02/2022 à 6:52
Signaler
L'Eurodrone sera assemblé en Allemagne et les éléments sont produits dans les 4 pays impliqués. L'Allemagne n'a pas plus de part industrielle que de part financière dans le projet (c'est le pays qui finance le plus le projet par ailleurs). Notez ...

à écrit le 24/02/2022 à 21:50
Signaler
Tout ce temps perdu et ce pognon pour acheter 4 systèmes seulement, fabriqués en Allemagne en plus. Il suffisait de poursuivre sur le Neuron de Dassault, mais non faut faire européen... Nos dirigeants sont aveugles... Quelle honte.

à écrit le 24/02/2022 à 21:06
Signaler
Drone fabriqué et assemblé en allemagne pour les besoins allemands avec du pognon français. Et c'est pas fini : On attend le choix du moteur pour voir si safran sera écarté au profit d'un moteur américain donc ITAR.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.