Mais pourquoi la pépite stratégique française CLS file en Belgique

La vente de CLS au fonds belge CNP par le CNES, Ardian et l'IFREMER, devrait logiquement faire l'objet d'une procédure IEF (Investissements étrangers en France). Car cette société technologique est stratégique pour l'armée française.
Michel Cabirol

2 mn

(Crédits : CLS)

Il y a des choix qui seront toujours très étonnants pour la souveraineté de la France comme la privatisation de CLS, filiale du CNES. Le Centre national d'études spatiales (54% du capital de CLS), Ardian (32%) et l'IFREMER, l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (14%), ont annoncé jeudi avoir signé "un accord d'exclusivité avec la Compagnie Nationale à Portefeuille (CNP), société d'investissement du groupe Frère, en vue de lui céder une participation majoritaire dans le capital du Groupe CLS". Le CNES, qui va garder une participation minoritaire dans CLS (autour de 35%), a pourtant beaucoup investi dans CLS. Tout comme le ministère des Armées (environ 15 millions d'euros) dans la filiale détenue à 100% par CLS, Kinéis. Des investissements qui profiteront in fine à un fonds belge, qui n'a même pas semble-t-il signé la charte ESG (Environnement, Social, Gouvernance). De son côté, CLS a construit une vision afin de déployer des solutions innovantes pour comprendre et protéger la Planète, et gérer durablement ses ressources.

La vente de cette société technologique spécialisée dans la fourniture de solutions à très forte valeur ajoutée basées sur des données satellitaires, qui fait partie de la liste des sociétés stratégiques pour la France, va probablement faire l'objet d'une procédure dite IEF (Investissements étrangers en France), selon plusieurs sources interrogées. CLS est notamment suivie par la direction générale de l'armement (DGA), plus particulièrement pour son activité de gestion et management des flottes militaires (véhicules et navires pour les armées). Une telle procédure va donc reporter le closing de la transaction d'au moins deux mois une fois le dossier déposé à la direction générale des entreprises (DGE) et étudié par la DGA.

Une transaction estimée à 400 millions d'euros

Selon nos informations, le CNES, Ardian et l'IFREMER ont donc choisi l'offre la mieux-disante au second tour (400 millions d'euros), qui a devancé celle proposée par le véhicule d'investissement français Five Arrows de Rothschild (plus de 380 millions d'euros), mais qui avait une véritable vision stratégique pour CLS. En outre, le fonds britannique Charterhouse avait été semble-t-il éliminé à l'issue du grand oral organisé par le CNES en dépit d'une offre supérieure à Rothschild. Quant à la holding industrielle et financière belge Cobepa, elle n'a jamais été vraiment dans la course. Pour Ardian, l'IFREMER et le CNES, c'est donc une très belle bascule alors qu'ils en espéraient au début de l'année entre 300 et 350 millions.

Aux termes de l'opération, CNP et le CNES devraient nouer un partenariat en vue d'accompagner une nouvelle phase de croissance de CLS. La finalisation de cette opération est soumise à un certain nombre de conditions, notamment l'accord des conseils d'Administration du CNES et de l'IFREMER, l'avis des instances représentatives du personnel de CLS et l'obtention des autorisations réglementaires nécessaires. "Les parties visent la finalisation de l'opération avant fin janvier 2020", indique le communiqué. Pas sûr.

Michel Cabirol

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 08/11/2019 à 16:57
Signaler
J'ai connu de très près la création de CLS et ai été un de ses tous premiers partenaire client-fournisseur, pour la Localisation et la Collecte de Données. J'ai connu des Présidents du Cnes moins "atlantistes" qui n'aurait jamais fait cela. L'Etat n...

à écrit le 08/11/2019 à 12:06
Signaler
Voilà un point de vue très dogmatique et partisan. L'Etat n'a pas vocation ni les moyens d'assurer le développement d'une société comme celle-ci, qui a besoin d'être accompagnée par des actionnaires dont c'est le métier. Le CNES réalise une très bell...

le 08/11/2019 à 15:37
Signaler
Je n'ai pas lu dans cet article que l'auteur s'opposait à la vente de CLS. J'ai l'impression qu'il s'interroge sur le fait de vendre une société stratégique à un fonds étranger. Par ailleurs, je suis en complète opposition sur le fait que l'Etat ne...

le 08/11/2019 à 17:04
Signaler
Darkvador; votre commentaire est très subjectif et ne relève pas de la connaissance du dossier. Amusant lorsque vous dites que cette société a besoin de partenaires dont c'est le métier, métier "inventé" par le Cnes, qui a fait du transfert de techno...

le 09/11/2019 à 16:15
Signaler
Je ne comprends pas les propos de Yoda contre attaque sur les dividendes. Encore faut il qu'ils soient suffisant pour financer l'avenir et le dividende éventuellement servi doit préserver la capacité d'investissement de la société. Quant à la réponse...

à écrit le 08/11/2019 à 10:50
Signaler
La véritable question concernant cette liquidation pour 400 millions d'une pépite financée par le contribuable français n'est pas le choix d'un fonds belge ou français, mais le choix d'une grande fortune familiale Frère ou Rothschild.

à écrit le 08/11/2019 à 9:03
Signaler
Parce qu'ils participent à l'augmentation des prix de l'immobilier en France peut-être non ? La bulle est contente...

à écrit le 08/11/2019 à 7:24
Signaler
Tiens c’est marrant : quand un pays européen n’achète pas français ça crie au scandale. Et quand la France joue la carte de l’Europe (on parle pas de la Chine ou des États-Unis mais de la Belgique) ça crie au scandale aussi. Deux poids deux mesures ...

le 08/11/2019 à 19:36
Signaler
Double erreur Hoiann : 1/ quand un pays européen n"achète pas européen et achète USA ça crie au scandale. C'est plus logique. 2/ On ne parle pas d'achat d'un matériel sur étagère mais d'une société stratégique pour la France. C'est pas du tout pa...

à écrit le 08/11/2019 à 6:22
Signaler
Aucune stratégie... Simple la dette vient de passer à 100% du PIB. FdJ, et autres ventes pour renflouer l etat en faillite. On vend tous les bijoux de famille et quand on n'a plus rien, le FMI arrive...

le 08/11/2019 à 11:12
Signaler
Très juste, on vend les bijoux de famille aux familles, fortunées (CLS) ou pauvres (FDJ)

à écrit le 07/11/2019 à 20:08
Signaler
OK, premier avantage, la fiscalité ! Deuxième avantage, la possibilité de refiler un contrat a des potes, puisqu'il est ainsi! Ce qui m'interroge encore une fois, c'est l'objectif qui consiste a faire dépendre tout le système national sur du privé...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.