Photonis : l'Etat met un veto définitif au rachat par Teledyne

 |  | 684 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Photonis)
L'État français a estimé qu'il n'avait "pas les garanties suffisantes" pour "assurer la protection des actifs stratégiques" de Photonis "sur la durée" au regard des "engagements et des propositions qui ont été pris" par Teledyne, selon le cabinet du ministère des Armées

C'est non. L'État français a définitivement fermé la porte de Photonis à Teledyne, qui souhaitait racheter cette PME, en raison de son caractère stratégique. L'État français a considéré qu'il n'avait "pas les garanties suffisantes" pour "assurer la protection des actifs stratégiques" de Photonis "sur la durée" au regard des "engagements et des propositions qui ont été pris" par Teledyne, indique-t-on au cabinet de la ministre des Armées Florence Parly. Le gouvernement a enfin osé dire non à un groupe américain, qui est pourtant un des fournisseurs du ministère des Armées et emploie environ 850 salariés en France. Après une première offre à 510 millions d'euros, Teledyne avait ensuite revu cet automne la valorisation de Photonis à la baisse : une décote de 15%, soit 425 millions d'euros (au lieu de 510 millions d'euros initialement proposés).

Cette "décision évidemment réfléchie" n'a pas été prise "contre les salariés français de Teledyne, ni contre l'entreprise Teledyne mais plutôt en raison de l'activité de Photonis", assure-t-on au cabinet du ministère des Armées.

Le ministères des Armées et de l'Économie vont devoir trouver une solution 100% française. Ce qu'on confirme au cabinet de la ministre, qui s'est beaucoup investie dans ce dossier. "Nous travaillons en lien étroit avec le ministère de l'Économie et des Finances à une solution alternative française au vu des activités" de Photonis, confirme la même source, qui indique que Florence parly "suit le dossier de très près". Et de préciser que le ministère "ne se ferme aucune porte pour permettre à l'actionnaire actuel (le fonds Ardian, ndlr) de sortir". Thales et Safran avaient été sollicités il y a quelques mois par le ministère des Armées pour reprendre Photonis mais avaient décliné de façon ferme. Des fonds français avaient également été sollicités.

L'État français opposé depuis longtemps

Le gouvernement français (ministères de l'Économie et des Armées) surveillait de près ce dossier depuis plus d'un an, via le dispositif de contrôle des investissements étrangers en France (IEF) grâce auquel il peut empêcher le rachat d'une entreprise française par un acteur étranger si elle revêt un intérêt stratégique pour le pays. Les conditions imposées à Teledyne par l'État français incluaient une participation minoritaire de la banque publique Bpifrance dans le capital de Photonis. Cet investissement comprenait également des droits de veto concernant les opérations et la gestion des activités européennes de Photonis en France et aux Pays-Bas.

Au printemps, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire avait fait état de son opposition à ce rachat par le groupe américain, souhaitant que Photonis reste entre des mains françaises. Ce qui était également le cas de la ministre des Armées Florence Parly, qui s'est beaucoup investie dans ce dossier pour trouver une solution française. En pure perte jusqu'ici.

"Il y a des discussions entre un investisseur américain et l'actionnaire actuel, avait expliqué le 3 décembre la ministre des Armées Florence Parly dans l'émission "Le Grand Journal de l'Éco" présentée par Hedwige Chevrillon (BFM TV). Ces discussions ne pourront aboutir que si la souveraineté de Photonis est préservée. Pour l'instant, ces discussions ne sont pas terminées. Vous comprendrez qu'en tant que ministre des Armées je souhaite absolument préserver les enjeux de souveraineté que porte l'entreprise Photonis".

Une pépite technologique

La société basée à Mérignac près de Bordeaux (Gironde), compte plus de 1.000 salariés, dont plusieurs centaines à Brive, et travaille pour les secteurs de l'aéronautique, de la recherche ou encore de la défense. Elle produit notamment des éléments d'intensification de lumière utilisés dans les jumelles de vision nocturne et des instruments utilisés par le Laser mégajoule, sur un site du Commissariat à l'énergie atomique destiné à tester par simulation des explosions nucléaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/12/2020 à 8:54 :
Pourquoi investir s'il n'y a pas de dividende?
a écrit le 20/12/2020 à 1:38 :
Parce que l'outre Rhin est intéressé
a écrit le 19/12/2020 à 16:21 :
Que l'état mette un veto, c'est bien, mais cela ne résout pas le problème fondamental : comment trouver des capitaux pour se développer ou comment permettre à un investisseur de se dégager d'un investissement initial s'il en a envie sachant d'une part que les Français ont une aversion aux risques et d'autre part que l'état a un déficit chronique (covid mis à part) de plus de 200 milliards d'Euros par an. Eh oui dans ce pays où tout un chacun monte au créneau quand une boite Française passe sous pavillon étranger (et il y en a pléthore), les gens ont sur des livrets défiscalisés 450 milliards d'Euros au chaud qui rapportent des clopinettes. Ce sont ceux là même qui paradoxalement donnent des leçon de bonne gestion à longueur de forum. Cherchez l'erreur.
Réponse de le 20/12/2020 à 14:27 :
Il y a en effet une incompatibilité fondamentale et croissante dans l'approche économique des français, qui d'un côté exigent que des actionnaires privés investissent de gros capitaux (et prennent donc de gros risques sur leurs deniers personnels) pour soutenir et développer les entreprises françaises, donc l'emploi, et "en même temps", l'aversion prononcée d'une majorité de français pour l'entreprises privée à but lucratif, pour les actionnaires et plus généralement pour tout investisseur qui choisit de risquer ses économies sur autre chose qu'un livret A géré par l'Etat de manière assez stérile, mais sans risque et sans rendement. Tant que cette contradiction n'aura pas été résolue, dans un sens ou dans l'autre, la France continuera à s'enfoncer dans la désindustrialisation, le chômage, la hausse des impôts et la pauvreté. C'est un choix.
Réponse de le 21/12/2020 à 8:01 :
très bien vue --- désolent ! Merci -
a écrit le 19/12/2020 à 16:20 :
Que l'état mette un veto, c'est bien, mais cela ne résout pas le problème fondamental : comment trouver des capitaux pour se développer ou comment permettre à un investisseur de se dégager d'un investissement initial s'il en a envie sachant d'une part que les Français ont une aversion aux risques et d'autre part que l'état a un déficit chronique (covid mis à part) de plus de 200 milliards d'Euros par an. Eh oui dans ce pays où tout un chacun monte au créneau quand une boite Française passe sous pavillon étranger (et il y en a pléthore), les gens ont sur des livrets défiscalisés 450 milliards d'Euros au chaud qui rapportent des clopinettes. Ce sont cela même qui paradoxalement donnent des leçon de bonne gestion à longueur de forum. Cherchez l'erreur.
a écrit le 19/12/2020 à 15:09 :
Pourquoi vendre aux américains ou aux chinois, ce qui revient au même. Qui va empocher le pognon? Nos financiers fonctionnaires sont-ils tellement incapables?
a écrit le 18/12/2020 à 17:19 :
Enfin un peu de protectionnisme, manque les fonds de pension à capitaux français et rendre la liberté à l'économie en réduisant la paperasserie envahissante qui paralyse l'initiative .
a écrit le 18/12/2020 à 15:27 :
Pourquoi un veto ? ils avaient de la fièvre ? Une fièvre de cheval ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :