Réglementation ITAR : la France veut réduire sa dépendance aux Etats-Unis

 |   |  607  mots
Nous avons besoin progressivement de nous désensibiliser par rapport à un certain nombre de composants américains, ce qui ne veut pas dire nécessairement pouvoir se désensibiliser complètement, a expliqué Florence Parly.
"Nous avons besoin progressivement de nous désensibiliser par rapport à un certain nombre de composants américains, ce qui ne veut pas dire nécessairement pouvoir se désensibiliser complètement", a expliqué Florence Parly. (Crédits : POOL New)
La France a lancé un plan pour réduire les dépendances de l'industrie d'armement aux composants américains qui entrent dans la fabrication de certains programmes français.

La France veut réduire sa dépendance aux composants américains dans la Défense afin de ne pas gêner l'exportation de ses programmes, a déclaré jeudi la ministre des Armées Florence Parly. La France doit actuellement demander aux Etats-Unis la levée d'interdictions sur certains composants. "Nous avons besoin progressivement de nous désensibiliser par rapport à un certain nombre de composants américains, ce qui ne veut pas dire nécessairement pouvoir se désensibiliser complètement", a-t-elle expliqué lors d'une rencontre avec l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace (AJPAE). La France a d'ailleurs lancé un plan pour réduire les dépendances par rapport à ces composants américains.

"Je ne donnerai pas d'exemple précis mais nous avons été confrontés, dans des échanges liés à des prospects exportations, à des difficultés. Et nous savons bien que ces difficultés sont liées en apparence à des questionnements stratégiques et en réalité souvent à des problèmes de concurrence commerciale. Il ne faut pas en être dupes", a-t-elle expliqué.

Si un système d'armes contient au moins un composant américain sous le régime de la réglementation américaine ITAR, les Etats-Unis ont le pouvoir d'en interdire la vente à l'export à un pays tiers. Ainsi, ils ont récemment bloqué la vente de missile de croisière Scalp, qui devait armer le Rafale, à l'Egypte et au Qatar. En 2013, Washington avait déjà refusé une demande de réexportation de la France aux Emirats Arabes Unis de composants "made in USA"  nécessaires à la fabrication de deux satellites espions français (Airbus et Thales). La visite de François Hollande aux États-Unis en février 2014 avait permis de régler positivement ce dossier. Lors de son audition en juillet dernier à l'Assemblée nationale, Florence Parly avait reconnu que "nous sommes à la merci des Américains quand nos matériels sont concernés".

"Avons-nous les moyens d'être totalement indépendants des composants américains ? Je ne le crois pas. Cherchons-nous à améliorer la situation ? La réponse est oui", avait-elle déjà assuré en juillet.

Une moindre dépendance pour les futurs programmes

La France travaille notamment à désensibiliser les futurs programmes d'armement. Ainsi Florence Parly a affirmé que cette moindre dépendance serait cruciale pour la viabilité du futur programme d'avion de combat (SCAF). Cela passe pour Paris et Berlin d'avoir la capacité d'exporter ce futur système d'armes. Elle a estimé que les industriels devaient prendre en compte ce dossier en lançant des investissements en matière de recherche et de technologie pour être en mesure de fabriquer un composant analogue qui échapperait au dispositif ITAR. "Certains industriels l'ont compris", a-t-elle précisé. C'est le cas du missilier MBDA dans le cadre du développement du futur missile air-air MICA-NG. Ce programme, qui sera opérationnel en 2025, est développé en prenant en compte la contrainte ITAR. Ils seront ITAR Free, assure-t-on à La Tribune.

Florence Parly a également rappelé la dépendance de la France pour les drone MALE Reaper. "Pour armer les Reaper, il faut une autorisation du Congrès américain. Est-ce satisfaisant ? Non. Mais aujourd'hui on n'a pas le choix", a-t-elle expliqué, faisant référence aux drones achetés aux Etats-Unis depuis 2013. Pour autant, l'armement des Reaper ne signifie pas que la France armera le futur drone MALE de reconnaissance et de surveillance en préparation pour 2025. "Dans les spécifications, il sera possible de l'armer, ce qui ne signifie pas qu'aujourd'hui la décision est prise sur la question de savoir s'il sera en définitive armé", a-t-elle souligné.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2018 à 11:20 :
les photos de la ministre en train de tirer la gueule de manière systématique, c'est obligé à chaque nouvelle ?
a écrit le 10/09/2018 à 6:37 :
On a Gallileo et on fournit des composants de semi conducteurs. Suffit de compléter la filière avec les nouvelles techniques de gravage à moins de 7 nm ..
a écrit le 08/09/2018 à 22:04 :
Pffff...opération de com' (souveraintée europeenne etc...) pour leurrer l'indécis en vue des élections européennes...
H. Clinton élue à la place Trump et le sujet serait méprisé par ce genre de politiciens...

marre des postures et des masquarades de circonstances... votons mieux la prochaine fois...
a écrit le 08/09/2018 à 11:51 :
Excellente idée ! Mais c'est inadmissible qu'on en soit arrivé là.
a écrit le 08/09/2018 à 11:21 :
Une taxe pour récupérer notre souveraineté
Une sorte de CSG quoi. On commence à 0,8% comme c’est indolore pour les ménages.
Au boulot Edouard, les français veulent une nouvelle taxe cette semaine.
a écrit le 08/09/2018 à 9:29 :
Brave Mrs Parly,
qui decouvre que les equipments militaires modernes sont fait de 80% d'elements electroniques, controles a 80% par les Etats-Unis.
Ces equipments sont donc soumis a l'ITAR.
a écrit le 08/09/2018 à 2:03 :
depuis que De Gaulle n'est plus là la France n'est plus un pays souverain
a écrit le 07/09/2018 à 20:48 :
Réglementation ITAR : États-Unis, ces amis qui ne veulent pas que du bien à la France

Les États-Unis ont mis un veto à l’exportation du Scalp en Egypte en raison de la présence de certains composants américains dans le missile de croisière. Si un système d’armes contient au moins un composant américain sous le régime de la réglementation américaine ITAR (International Traffic in Arms Regulations), les États-Unis ont le pouvoir d’en interdire la vente à l’export à un pays tiers. Or beaucoup de sociétés françaises et européennes intègrent des composants américains, notamment électroniques, dans de nombreux matériels, tout particulièrement dans les domaines aéronautique et spatial.

Source : la Tribune (23 avril)
C’est clairement une atteinte à la souveraineté de la France, pourtant l’alliée servile des États-Unis. Et il ne faut pas attendre que cette servilité soit récompensée, au contraire et comme l' analyse l' UPR, il s’agit d’empêcher que la France puisse émerger de nouveau et menacer les intérêts américains, comme elle l’avait fait du temps de de Gaulle. « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. […] C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort » confiait François Mitterrand à Georges-Marc Benamou dans ses Mémoires.
a écrit le 07/09/2018 à 20:40 :
Paroles, paroles, cf Macron le cameloquet !!
a écrit le 07/09/2018 à 13:34 :
Pourquoi les Européens ont crées Galiléo...Tout simplement parce que nos alliés Us nous ont coupé l' image du GPS a un moment....Aux Européens de se prendre en charge et de savoir ce que l' on veut, pas gagner.......

.
a écrit le 07/09/2018 à 13:33 :
Paroles, paroles, paroles ...
Notre bon gouvernement, sous protectorat américain, trouve soudainement un problème à dépendre de la législation américaine . Je n'y crois pas . Paroles, paroles ...
a écrit le 07/09/2018 à 12:59 :
En premier, pourquoi, Mr Macron ,conseillé et ministre Elyséen, avait il donné sont aval à la braderie GE /Alstom, nous obligeant à passer dorénavant par des produits US pour dépanner soit nos centrales nucléaire ou du matériel stratégique, désormais lié au bon vouloir de ces messieurs, un peu tard , non !!!!!!
Réponse de le 07/09/2018 à 14:31 :
Je suis d'accord, l'affaire est bien un scandale d'Etat comme le montre JM Quatrepoint dans son livre. Je n'ai aucune confiance dans Macron pour défendre les intérêts de la France, un atlantiste borné au service des USA.
Industriellement on peut être totalement indépendant des USA. Cela a toujours été le cas dans l'histoire. Il a fallu l'arrivée de gugus de type ancien régime, atlantistes et faux gaullistes, Giscard d'Estaing, Chirac, Sarkozy, Hollande, Macron ... Toute cette lignée a cassé l'industrie en général, et celle de l'armement en particulier (voir les fusils, fabriqués à l'étranger pour la première fois de l'histoire de France !).
Il faut une stratégie industrielle forte, en privilégiant le retour des emplois (compétences) et des entreprises basées aux USA (ou ailleurs) dans tous les domaines technologiques sur la métropole (AIRBUS bon sang ! Impossible de vendre ses avions à l'Iran !) . Ainsi nous pourrons élaborer de nouveaux systèmes et les vendre sans demander un quelconque avis à personne !
Il y va aussi de l'image de la France dans le monde. Devant l'arrogance et les menaces US, la multipolarité est souhaitée par la majorité des Etats. La France a une voie toute tracée .. si on enlève le frein Macron. .
Réponse de le 07/09/2018 à 16:45 :
"En premier, pourquoi, Mr Macron ,conseillé et ministre Elyséen, avait il donné sont aval à la braderie GE /Alstom"

Young Leaders : Depuis 1981, cette fondation privée organise des séminaires de deux ans où une douzaine de jeunes Français côtoient les élites américaines de la même classe d’âge. Officiellement, l’objectif est de favoriser le dialogue franco-américain. En réalité, il s’agit de bien faire comprendre aux futurs décideurs français — entrepreneurs, responsables politiques, journalistes — les bienfaits de la mondialisation à l’anglo-saxonne. Dans l’ensemble, ces jeunes gens effectueront une brillante carrière au sein des structures de pouvoir et dans les affaires. Des personnalités qui ne feront pas dans l’antiaméricanisme…

Quelques noms :
Emmanuel Macron, Fleur Pellerin et Najat Vallaud-Belkacem, la présidente du conseil régional d’Île-de-France Valérie Pécresse, les journalistes Jean-Marie Colombani et Christine Ockrent, l’homme d’affaires Alain Minc, le banquier Matthieu Pigasse ,Francois Hollande ou M. José Manuel Barroso l’ancien président de la Commission européenne qui a rejoint la banque Goldman Sachs..Tous ont effectué un passage par la French-American Foundation
a écrit le 07/09/2018 à 12:10 :
Que ne l'a-t-on fait avant? Voici des années (en fait depuis de Gaulle) que tous nos dirigeants politiques ont préféré s'en remettre à l'industrie américaine. Si Trump, au lieu de défier le Nouvel Ordre Mondial, avait continué sur la lancée de l'etat profond Américain, Emmanuel Macron aurait-il tenu le même discours. Depuis des décennies, lorsque le FN invoquait le concept de "préférence nationale", ses dirigeants étaient soupçonnés de "repli sur soi" du pays; L'heure était alors à l'ouverture maximale, au libre échange généralisé et à la suppression de touts les barrières...
Avons nous encore les moyens de réduire cette dépendance alors que nous ne pouvons même plus fabriquer un simple fusil de combat remplaçant du FAMAS...
Ce sont les Allemands qui le fourniront...
a écrit le 07/09/2018 à 10:51 :
L'autonomie de la france par les armes c'est l'autonomie de sa classe politique pas de son peuple qui comme les allemands gagneraient à maitriser une industrie non pas d'armement mais de produits que le monde s'arrache.
a écrit le 07/09/2018 à 10:47 :
ITAR, Il est trop TARd.
C'est le moyen par lequel une frange toujours plus réduite de la population française prends de l'avance sur tous les autres, il n'y a donc aucune raison que ça change.
ILs bénéficient en exclusivité de ces nouveautés. Ils accaparent. C'est le paradoxe de l'ouverture qui rend la population plus "aware" mais risque de faire émerger des concurrents en son sein issus de classes modestes en plus quelle honte !
Par exemple l'informatique numérique est arrivée en france par un contrat gigantesque passé à IBM par ce que nous ne savions faire que de l'analogique, grace aux US et leurs percées dans les AO(analogique) et transistor(numerique) entre autre d'ailleurs.
Le système STRIDA de couverture radar et alerte interception... Ibm qui renverra la balle en aidant dassault à percer. Croyez vous que les universités bénéficiaient de ces nouvelles connaissances ? Bien bien plus tard... Quel est l'apport des filiales UK de Thales pour les radars modernes ? Nolosé! le mystère complet, l'opacité surtout! Thalès qui "possède" de nombreuses filliales aux US, nos plus vieux alliés (arrivés bien tard cependant lors de la 2nd ww), les transferts de technos sont légions, comme des africains se forment en france, des francais se forment aux US.

Dassault à developpé Catia après avoir acheté Cadam avec les sources s'il vous plait et les formations bien sur à un moment où l'informatique, les francais savaient à peine que ça existe. Ca permet à une toute petite pseudo élite de prendre tous les marchés techniques dans l'industrie grace à cet accès privilégié, pour la barrière fut très rentable. Enfin ça c'était avant... avant the big disclosure, internet ! Les sources des sciences et technique sont majoritairement US/UK! Les références biblios ne trompent guère, jetez vos manuels francais, apprenez l'anglais instead.

Et là réside tous le problème, il semblerait que dans ce pays personne ne comprend qu'il existe une hierarchie dans le developpement et l'application des sciences et techniques. Que ça n'est pas un investissement c'est une gigantesque infrastructure et un état d'esprit, une culture., des concepts, des mots, du vocabulaire, une langue !

De là vient aussi le retard énorme des écoles et universités par rapport aux cambridge, mit, berkeley etc... Qui ont développé les concepts, les méthodes d'analyse qui permettent aux ingés de développer (designer, synthétiser) des systèmes électroniques, electro mecaniques etc...
Leur enseignement est du producteur au futur designer... Pensez donc les étudiants peuvent y bénéficier des éclairages de ceux là même qui ont découvert les concepts alors que nous sommes en france dans la grotte de Platon, des choses, des concepts tapissent quelques manuels francais mais ils ne sont qu'un reflet de plus en plus lointain de réalités exogènes.
Nous avons la chance d'être les héritiers d'ancètres de plus en plus lointains, ce qui nous vaut ce prestige désuet, les Fourrier, Legendre, Cauchy, Gallois, Carnot, Laplace et un vocabulaire facilement traduisible en françois grace à guillaume le conquérant et sa latinisation de l'anglois.
Le problème est un peu plus complexe que : il faudrait fabriquer nous même certains composants, ce que d'ailleurs certains industriels ont compris (sic).
En France ont ne parle pas technique, c'est malpoli... ahahah c'est grace à la technique que vous pouvez faire les vieux beaux messieurs/dames les politiques, la culture c'est pour le dressage(étrange spécificité francaise)...la technique, l'autonomie! Encore que la technique est aussi un très bon moyen de dressage. C'est ainsi que les états unis tiennent la classe popo française en laisse. Ce qui n'est pas difficile sachant que de Gaulle lui même ne controlait deja pas son complexe militaro industriel... incapable de faire respecter un embargo, juste ou injuste c'est une autre question.
Réponse de le 08/09/2018 à 12:07 :
Allez, une petite tisane et au lit. On se calme et on se documente avant de raconter n'importe quoi.
Réponse de le 08/09/2018 à 15:22 :
Ce turing porte un nom d'emprunt envieux.
Aucun argument, post inutile
a écrit le 07/09/2018 à 10:14 :
On ne peut que constater, que c'est de fait de la "mauvaise humeur" des uns que l'on renoue avec une "certaine" souveraineté! Mais la privatisation ordonnée par l'UE de Bruxelles va lui donner le coup fatal qu'attendent les concurrents!
a écrit le 07/09/2018 à 9:40 :
et on s'etonne d'avoir du chomage on brade nos industries ,on licencie et les etranger recuperent et ameliorent nos brevets et ensuite nous depandons d'eux pour la technologie quand en France on continura a raisonner a cours terme surtout pour faire du "fric" et non pas a moyen et long terme afin d'etre moins dependant des autres les champions de l'electronique ou autre produit sophistiques ne sont plus francais et le moindre embargo met toutes les filieres a plat (interdiction de vente export,,fabrication de certains produit avec des composants etranger.....)
Réponse de le 07/09/2018 à 10:12 :
Si nous avons des produits performants notamment l'armement c'est qu'ils comportent des composants étrangers performants (et donc "pas français ")car nous ne savons pas les faire! Donc il va falloir surtout développer nos propres produits performants si on en a la capacité et l'intelligence et c'est pas gagné depuis des décennies on nous raconte (bourre le mou) qu'on est les meilleurs le tgv le concorde la cuisine le système scolaire la médecine etc...Si on gratte un peu le vernis on s’aperçoit qu'il n'en est rien L'excellence c'est pas pour nous sauf pour le coté "grandes gueules" et foot tout les 20 ou 30 ans
Faut se faire une raison
Réponse de le 07/09/2018 à 10:16 :
Si nous avons des produits performants notamment l'armement c'est qu'ils comportent des composants étrangers performants (et donc "pas français ")car nous ne savons pas les faire! Donc il va falloir surtout développer nos propres produits performants si on en a la capacité et l'intelligence et c'est pas gagné depuis des décennies on nous raconte (bourre le mou) qu'on est les meilleurs le tgv le concorde la cuisine le système scolaire la médecine etc...Si on gratte un peu le vernis on s’aperçoit qu'il n'en est rien L'excellence c'est pas pour nous sauf pour le coté "grandes gueules" et foot tout les 20 ou 30 ans
Faut se faire une raison
Réponse de le 07/09/2018 à 10:49 :
Vous avez tout dit ! Tout cela est vient du fait qu'une France nous avons non seulement une vision à cours terme et qu'en plus cette vision n'est que financière. Voici l'exemple le plus cirant. En 2014, un certain ministre de Bercy a accepté (voire a poussé) que General Electric rachète la partie d'Alstom qui fabrique les turbines Arabelle. Il s'agit des turbines qui équipent les centrales nucléaires françaises et les navires nucléaires comme le porte-avion Charles de Gaulle. Conclusion : Macron a vendu nos indépendances énergétique et militaire aux Etats-unis parce qu'il estimait, que financièrement, il valait mieux qu'Alstom soit un "pure player" du ferrovière plutôt qu'un conglomérat multimétiers (ferroviaire, électricité). 4 ans plus tard, Macron se réveille en disant "Oh la la la la, nous sommes trop dépendant des américains". De qui se moque-t-on ?
a écrit le 07/09/2018 à 9:17 :
voeu pieux. la spécificité technique et l'avance technologique prise par les fournisseurs américains est telle que s'en passer revient a reculer de 25 ans niveau performance. les sommes a investir pour recréer des compétences en France se comptent en dizaines de milliards d'euros. c'est pas Macron qui fera ce choix
a écrit le 07/09/2018 à 8:59 :
Pure gesticulation macroniste après la vente d'Alstom et de ses turbines à Général Electric par le traitre Macron, la vente à un étranger, à cause de l'Etat de la société Manurhin, la destruction de notre industrie d'armement, la vente des chantiers naval militaires à l'Italie pour ne citer que les plus connus. Ces pompiers pyromanes se foutent du monde.
a écrit le 07/09/2018 à 8:52 :
une belle utopie de plus(airbus est l'exemple a ne pas prendre;avionic,moteur(gestion),meme le systeme metrique n,est pas employe)
a écrit le 07/09/2018 à 8:32 :
Quand on veut être libre, il faut dépendre de personne…. et surtout pas des Américains !
Réponse de le 07/09/2018 à 8:54 :
Ni es allemands (châssis de blindé par exemple).
Réponse de le 07/09/2018 à 13:25 :
Nous dépendons des américains pour la technologie, du moyen orient pour le pétrole, de la Chine pour des produits de consommation courage low cost, de la GB pour les marchés financiers, de l'Allemagne pour les robots, de l'Afrique pour des ressources minières, de la Russie pour le Gaz, du Japon pour l'électronique haut de gamme, etc....
Et nous sommes libres ! Car nous dépendons d'eux et eux dépendent de l'Europe pour leur débouché.
Quand on veut être libre, il faut être intégré à un vaste espace économique qui nous rend incontournable.
Vive l'Europe,
a écrit le 07/09/2018 à 8:32 :
Une nécessite de favoriser une armée européenne de défense et d'inciter les industriels de l'UE comme avec Airbus, à travailler ensemble. Il ne doit plus y avoir de composants US dans nos matériels militaires d'ici 10 ans. Cette remarque vaut aussi pour l'Euro qui doit servir de monnaie d'échange et se substituer au dollar pour éviter un embargo éventuel.
L'avantage de Trump, c'est qu'il va peut-être nous réveiller.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :