Sécurité alimentaire : l'UE rendra publiques les études de risque de l'industrie chimique

 |   |  229  mots
(Crédits : Reuters)
Le Parlement européen a voté mercredi de nouvelles règles devant rendre plus transparentes les évaluations scientifiques servant de base aux autorisations de commercialisation de certains produits, une réforme décidée à la suite de la polémique sur le glyphosate.

Les Eurodéputés, réunis pour une dernière fois à Strasbourg avant les élections européennes de fin mai, ont approuvé par 603 voix pour (17 contre) de nouvelles règles destinées à mieux encadrer la procédure d'évaluation des risques en matière de sécurité alimentaire, tels que les pesticides et les OGM.

Cette réforme trouve sa genèse dans le renouvellement au printemps 2018 de la licence du glyphosate. A cette occasion, de nombreux opposants à la molécule, développée par Monsanto et que l'on retrouve aujourd'hui dans la majorité des herbicides, avaient dénoncé l'interdiction d'accéder aux études fournies par l'industrie.

Une base de données européenne commune

Avec la législation votée mercredi, qui doit encore recevoir l'aval formel du Conseil de l'Union européenne (Etats membres) avant d'entrer en vigueur, une base de données européenne commune des études commanditées sera créée "afin de dissuader les entreprises qui demandent une autorisation de passer sous silence les études défavorables", explique le Parlement.

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) pourra rendre publique les études soumises pour examen par des tiers.

Les demandeurs d'autorisation devront aussi divulguer "toutes les informations pertinentes" pour évaluer la sécurité d'un produit. Pour des raisons de concurrence, seuls certains renseignements, comme le procédé de fabrication, pourront rester secrets.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2019 à 16:02 :
Par contes les examens auront été financés par les empoisonneurs de l'agro-industrie d'une façon ou d'une autre hein vu que état européen et mégas riches européens ne sont plus qu'un, exactement comme l'avait deviné Nietzsche soit dit en passant.

Bienvenu en UERSS où tout ce qu'ils font pour eux se paye un bras par nous, et des bras nous n'en avons que deux les gars !

"Pratiques criminelles dans l’agroalimentaire" https://www.monde-diplomatique.fr/2017/09/HERMAN/57901

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :