Detroit, capitale de l’automobile américaine et du crime, est une ville sinistrée

 |   |  836  mots
Siège de General Motors à Detroit face au lac Sainte-Claire. / Reuters
Siège de General Motors à Detroit face au lac Sainte-Claire. / Reuters (Crédits : reuters.com)
La ville du Michigan est en faillite. 80.000 bâtiments sont abandonnés. La population a été divisée par 2,5. Seuls 40% de l’éclairage public fonctionnent. « Motor City » est dans un état lamentable. Les grands patrons de GM, Ford, Chrysler, habitent, eux, dans de magnifiques banlieues.

Belles voitures et ville sordide. Tel est le paradoxe du salon de Detroit, qui a ouvert ses portes lundi aux professionnels. Dans l'affreux parallélépipède en béton gris sale du Cobo hall, sur le bord d'une « Detroit River » en partie gelée, le premier salon automobile de l'année offre un saisissant contraste entre, d'une part, les gros pick-ups V8 chromés comme le nouveau Ford « F », les sportives hyper-puissantes rutilantes telles les Mustang et Corvette, les luxueuses voitures germaniques venues en force dans ce «  show », et, de l'autre, les nombreuses vieilles voitures pourries dans les rues, signe manifeste de l'extrême appauvrissement de cette ville en faillite.

Régime de sauvegarde

En décembre dernier, un juge fédéral a autorisé « Motor City » à bénéficier du régime de sauvegarde, faisant valoir que la cité était insolvable. Un plan de réorganisation financière présumée doit être présenté avant le 1er mars. Il est vrai que cette ville sordide, capitale de l'auto américaine comme de la criminalité, croule sous 18 milliards de dollars de dettes et passifs (13 milliards d'euros), dont plus de 50% est constituée par les retraites et l'assurance-maladie. Le très célèbre musée des arts de Detroit, qui recèle de magnifiques collections - notamment de peinture française - pourrait du coup être amené à disperses ses trésors.

musée

Cette ville fantôme voisine de celle de Windsor au Canada, qui a vu sa population décroître de 1,8 million d'habitants au sortir de la seconde guerre mondiale à 700.000 à peine aujourd'hui, n'est pas seulement la ville des records d'homicides, mais aussi celle de la corruption. Ancien maire de Detroit, Kwame Kilpatrick a été condamné en octobre dernier à 28 ans de prison. Depuis 1929, la presse locale rappelle que trois autres maires sont passées par la prison ou ont dû être déchus de leur fonction.

Terrains vagues, friches industrielles

A quelques centaines de mètres du siège de General Motors dans le gratte-ciel à quatre tours du « Renaissance Center », ce ne sont que terrains vagues, énormes parkings blafards quasi-déserts, immeubles délabrés, murés, usines désaffectées. Et pas un piéton dans les rues, sauf quelques miséreux SDF ! L'avenue Woodward, célèbre jadis pour sa splendeur, n'est désormais « civilisée » que sur 500 mètres. Au-delà, on se fait peur, avec d'étranges rencontres...

greektown

Quant à « Greektown », le quartier des restaurants qui s'étend sur 100 mètres à peine, ce n'est pas non plus la panacée. Ca sent la mauvaise nourriture dans ces tavernes bas de gamme censées rappeler la Grèce dont provenaient nombre d'immigrés. Bref, rien de très affriolant. Mais c'est encore ce petit bout de la rue Monroe qui seule est un peu animée. Quant au réputé casino de Detroit où se trouve aussi un grand hôtel, clinquant, de mauvais goût à souhait, il est cerné, lui, par des villas abandonnées et taguées.

Tout ça sent la détresse, la dégénérescence. Et ce, alors que le marché automobile américain devrait revenir cette année à de très bons niveaux, tutoyant les records d'avant la crise de la fin des années 2000 ! Avec, à la clé, de solides profits pour GM, Ford et Chrysler. Le voyageur qui n'ose pas marcher et s'aventure à prendre un taxi, se retrouvera quant à lui engoncé dans de grosses limousines antédiluviennes, sales, déglinguées, aux odeurs douteuses, conduites par des chauffeurs obèses à la mine souvent patibulaire. Quant au tarif, il est parfaitement à la tête du client. C'est en tous cas ce que nous avons expérimenté.

80.000 bâtiments abandonnés

Preuve que nous n'exagérons pas, Detroit compte près… de 80.000 bâtiments à l'abandon. Il est vrai que la presse américaine évalue à 8.000 dollars (5.900 euros) le coût de la démolition d'un immeuble résidentiel. Des sommes que la municipalité ne peut évidemment débourser. Et, comme ce n'est pas la place qui manque… Ah, pour ajouter à cette atmosphère de fin du monde, sachez que l'éclairage public fonctionne… à 40% seulement. On estime que 85% de la surface de la ville a connu une chute de sa population ces dix dernières années.

detroit

Et pourtant, pas loin, des gens pleins d'argent il y en a. On a même du mal à imaginer quand on se trouve au sein de « Downtown » que, à quelques kilomètres de là, des très, très riches habitent de magnifiques villas de milliardaires dans les banlieues chic comme Birmingham. N'oublions pas que les grands patrons de l'auto américaine habitent là.

Tel Alan Mulally - le patron de Ford dont le siège est à Dearborn, à 25 minutes du centre de Detroit - qui est a priori le patron de l'automobile le mieux payé au monde. Visiblement, ça ne gêne pas les dirigeants des « Big Three » d'avoir, à proximité de leurs ghettos de riches, une capitale dans cet état. C'est aussi ça, l'Amérique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2014 à 16:54 :
nul
a écrit le 17/01/2014 à 12:25 :
Il n'y a pas de romance. J'y était aussi. c'est vu avec justesse.
Les chose vont néanmoins évoluer et dans dix ans le centre de Detroit va se développer.
Un milliardaire natif de Detroit est en train de spéculer (pertes pour certains, bénéfices pour d'autres) a fin d'attirer des entreprises et sièges sociaux.
a écrit le 16/01/2014 à 17:13 :
Voila le résultat du choix irraisonné des riches américains qui préfèrent se pavaner en Audi, BMW, Mercedes, Lexus, Infiniti, Acura, Land Rover, Posrche qu'en Cadillac, Lincoln ou Buick.
De la classe moyenne qui roule malheureusement en Toyota, Nissan, Honda ou pire en Hyundai qu'en Chevrolet ou qu'en Ford.
J'ai connu un temps bénis où les gens étaient fiers de leur Impala, LTD, New Yorker, Gremlin.
Je suis toujours de ce nombre.
Acheter est aussi un acte politique et nationaliste. Jamais je n’achèterai une marque étrangère.
Le sort de Detroit est bien proche de celui que l'industrie française automobile est en train de suivre avec ses délocalisations en Europe de l'est et au Maghreb.
L'usine d'Aulnay que je voyais en quittant Roissy ne sera-t-elle pas remplacée par un centre commercial qui vendra principalement des produits...chinois....
a écrit le 16/01/2014 à 16:39 :
La dernière phrase est typiquement française. En quoi les patrons de cette industrie qui se relève devrait s'occuper des ghettos alentours? Détroit a vécu un traumatisme industriel et alors? Les emplois sont ailleurs et reviendront peut-être. Cet article sent la gauche. Celle qui fait de la France un pays pauvre et donneur de leçons. Il est vrai que nous on a la morale et les autres ont les emplois et pas ceux "d'avenir" :-)
Réponse de le 16/01/2014 à 20:47 :
La France est loin d'être un pays pauvre ,cet article n'est pas de gauche. L'auteur de l'article fait tout simplement une remarque.Dans toutes les villes il y a des contrastes parfois énormes.Aux Etats-Unis c'est plus flagrant.
a écrit le 16/01/2014 à 15:27 :
Ça fait sacrément énvie le rêve américain...et devaient être aussi tous latins les maires et élus de détroit c est sur...
a écrit le 16/01/2014 à 12:05 :
C'est facile de dire n'importe quoi surtout quand on n'a jamais mis les pieds à Detroit, et aller voir la misère du centre par rapport à la périphérie. Pour une fois la description est tout à fait juste. J'y étais. Ceci dit l'Amérique n'a pas besoin pour s'en sortir des Européens et encore mois, on le voit ici, des ignorants qui n'ont jamais sorti de leur cambrousse de pauvres aussi, ce qui est le cas de l'Europe en ce moment.
L'Europe marche vers un paysage automobile industriel uniquement peuplé d'artisans de luxe qui font des voitures comme des sacs Vuitton (voire les voitures premiums allemandes) et rien d'autre. Il n'y a pas de quoi se la péter.
Un milliardaire américain (né à Detroit) est en train de racheter tout le centre de Detroit pour faire revivre (il spécule) à nouveau la ville en installant des start-up et autres sièges sociaux riches, mais çà va prendre dix ou vingt ans. Il a le temps d'attendre.
Réponse de le 16/01/2014 à 13:47 :
Du calme Ecos sans demos, c'était un compliment sincère, pas une diatribe ironique!
Et non, je ne connais pas Détroit et j'ai trouvé l'article instructif, c'est tout ce que je voulais dire :)
Réponse de le 16/01/2014 à 14:50 :
Ma première réponse n'a pas marché.
Mon commentaire n'était pas ironique, c'était sincère, donc pas besoin de s'énerver :)

Bonne journée Ecos sans demos
Réponse de le 16/01/2014 à 15:39 :
Pas besoin d aller à détroit pour voir les chiffres de la délinquance, de la pauvreté ou de l effondrement de la population entre autres données. Eco démos vous êtes soit loin de l Europe depuis longtemps ou ferme à la réalité. L Europe est le continent le plus riche de la planète ou la population vit le plus longtemps et vous semblez parler de notre faible niveau culturel, permettez moi de vous dire que je me marre! Pour les autos, vous avez peut être entendu parler de Renault, Peugeot, Fiat, dacia, séat, Volkswagen ou skoda?aux US c est quoi les marques de petites voitures? Honda, mitsubishi et autres alors encore une fois je me marre. les us ont besoin de l intégralité du monde pour financer leurs déficits abyssaux tant commerciaux que budgétaires. Pour finir vous parlez de pauvres, vous pouvez aller voir les stats et on en reparle après. Have fun
a écrit le 16/01/2014 à 10:44 :
La Tribune nous fait du Rue 89!
Cela dit, je trouve cet article romancé poignant, on sent que l'auteur a tiré quelque chose de personnel de cet expérience dans l'enfer de la misère...
a écrit le 16/01/2014 à 10:05 :
La déchéance de Détroit c'est d'abord la crise économique mais c'est aussi une gestion publique défaillante. Un ancien Maire est en prison. Et c'est aussi une absence d'organisation de l'agglomération "Métro Détroit" qui fait plus de 4 millions d'habitants. En effet, rien ne permet d'organiser la "solidarité" au sein de l'agglo et d'éviter la concurrence des territoires.
Par exemple, l'agglo de Chicago est organisé autour du Comté de Cook qui gère la justice, les écoles, le cadre de vie de plus de 5 millions d'habitants. Les communes existent mais ont transféré leurs compétences au comté qui a découpé le territoire en "township", zones de tailles équivalentes qui servent de circonscriptions de base pour les services publics. Ca n'empêche pas les banlieues riches et les banlieues pauvres mais ca evite la concurrence entre ville et cela permet d'organiser la solidarité financière et la péréquation .
a écrit le 16/01/2014 à 9:48 :
C'est l'Amérique ! On y va, on y reste..... ou pas !
a écrit le 16/01/2014 à 9:29 :
ca me rappelle une grande portuaire ville du sud ....
Réponse de le 16/01/2014 à 11:37 :
La première ville du Maghreb traversée autrefois par le Paris-Dakar ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :