PSA implante une cinquième usine en Chine, clé de son redressement

 |   |  868  mots
Le futur petit SUV chinois de Citroën, présenté au dernier salon de Pékin
Le futur petit "SUV" chinois de Citroën, présenté au dernier salon de Pékin (Crédits : DR)
PSA annonce une cinquième usine en Chine. Il vise 1,5 million d'unités par an d'ici à 2020 dans le pays pour sa co-entreprise DPCA. Avec le chinois Dongfeng, un de ses actionnaires de référence, le français parie sur la Chine, clé de voûte de son redressement.

Pour soutenir sa forte croissance en Chine, PSA va y ouvrir une cinquième usine.  DPCA, la principale co-entreprise locale de PSA, a signé ce mercredi un accord avec la municipalité de Chengdu (centre de la Chine) pour la construction d'un nouveau site.  Les "travaux commenceront au second semestre de cette année et la première voiture sortira des lignes de production fin 2016", précise le groupe tricolore. D'une "capacité totale de 300.000 véhicules par an, ce site - le premier de DPCA qui ne sera pas installé à Wuhan - fabriquera des véhicules des marques Citroën, Peugeot et Fengshen", la marque de son partenaire chinois Dongfeng. Il s'agira de "SUV" (vrais et faux 4x4) et de monospaces .

1,3 million d'unités en trois équipes

Le dispositif industriel actuel de DPCA avec le partenaire local Dongfeng est constitué aujourd'hui de trois usines à Wuhan. Elles fonctionnent en deux équipes pour une capacité potentielle de 750.000 unités par an. Avec cette quatrième usine, les capacités de DPCA "seront portées à 1 million de véhicules à l'horizon 2016", assure le groupe français. Avec quatre usines, "on sera capables de produire 1,3 million d'unités en trois équipes", précisait même Grégoire Olivier, directeur Asie de PSA, en marge du salon de Pékin fin avril.

Le groupe auto français dispose par ailleurs d'une deuxième co-entreprise en Chine, CAPSA avec le groupe Changan, qui a démarré l'an dernier la production des DS dans une usine spécifique à Shenzhen. Cette société, qui n'en est qu'à ses débuts, n'a rien à voir avec DPCA, dont elle est totalement indépendante.

Avec plus de 60.000 facturations en mai, PSA affirme que sa co-entreprise DPCA détient actuellement une part du marché chinois "supérieure à 4,5%, en hausse de 0,6 point par rapport à mai 2013". Sur cinq mois, la part "s'établit à 4,2% pour un volume de ventes supérieur à 285.000 unités". Citroën a vu ses volumes croître en mai de 15% et  Peugeot de près de moitié.

50.000 voitures avec DS

Citroën est surtout  tiré en Chine par la nouvelle petite C-Elysée (7.700 livraisons en mai) et la bonne tenue de la compacte à quatre portes pour le marché local, la C-Quatre (8.100). Peugeot tourne surtout en Chine avec la 308 (l'ancien modèle, 8 000 livraisons), le "SUV-monospace" 3008, nouveau sur ce marché (6.100 livraisons), et la  301 (6.000). DPCA a pour objectif de vendre cette année plus de 650.000 véhicules en Chine.

En parallèle, CAPSA vise 50.000 véhicules (DS)  en Chine pour 2014. Soit un total prévu de 700.000 Peugeot, Citroën et DS dans l'ex-Empire du milieu escompté cette anéne. Ce qui représenterait une croissance des volumes de 30% par rapport à l'année 2013.

PSA est établi depuis les années 80 en Chine. Il s'était d'abord installé à Canton pour produire des Peugeot 504 et 505. Mais cette société commune avec la municipalité de Canton n'a pas décollé et a finalement périclité. PSA a démarré par ailleurs avec le groupe Dongfeng une autre société commune au début des années 90 à Wuhan pour produire initialement des Citroën Zx.

Beaucoup de retard accumulé

Mais, faute d'une gamme adaptée et d'investissements, victime d'errements stratégiques, PSA  a pris beaucoup de retard par rapport à Volkswagen, arrivé en même temps que lui, mais aussi aux nouveaux entrants comme GM, Nissan, Hyundai-Kia. PSA n'est reparti à l'offensive que depuis trois ans à peine. Et sa part de marché demeure hélas relativement faible par rapport aux principaux concurrents.

"DPCA  réalise une marge opérationnelle de 7%. On pense qu'on peut faire mieux", affirmait fin avril au salon de Pékin Carlos Tavares, le nouveau patron de PSA. 7% constitue déjà un résultat honorable. Seulement, voilà : c'est... moitié moins que les marges des sociétés communes en Chine des japonais Nissan ou Honda, souligne-t-on officieusement au sein du constructeur français.

La Chine est cruciale pour PSA. "C'est là où on gagne de l'argent", assurait pour sa part Maxime Picat, directeur général de Peugeot, au salon de Pékin. Effectivement, le groupe français a été déficitaire en Europe l'an dernier, comme en Russie et en Amérique du sud. D'où l'importance de l'ex-Empire du milieu dans le redressement du groupe! C'était la seule zone géographique où PSA gagnait de l'argent.

Actionnaire chinois chez PSA

La Chine est d'autant plus cruciale que son partenaire local historique, le consortium public Dongfeng Motors, vient d'entrer au capital de PSA à hauteur de 14%. Histoire de renflouer le constructeur français en crise et en mal d'argent frais. Le chinois  est désormais l'un des trois actionnaires de référence du groupe automobile avec l'Etat français et la famille fondatrice Peugeot. Le 28 mars dernier, lors de la ratification du partenariat stratégique permettant une nécessaire augmentation de capital de PSA Peugeot Citroën, ce dernier et Dongfeng se sont donnés pour objectif de vendre 1,5 million de véhicules par an dans l'ex-Empire du milieu d'ici à 2020. Il faut ajouter à ce total les ventes de CAPSA, prévues à moyen terme autour de 200.000 par an. Les usines chinoises doivent aussi aider PSA à s'implanter en Asie du sud-est, où sa présence est aujourd'hui dérisoire.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2014 à 20:18 :
VAG serre les fesses et baisse ses prix en Chine, la concurrence PSA le chamboule aux plus haut point, en France c'est encore pire, la qualité, ils regardent, soupèsent, évaluent et disent en aparté qu' il faudra du temps......
a écrit le 02/07/2014 à 20:03 :
C'est une très belle nouvelle qui nous rassure sur l'avenir de ce groupe, ça marche du tonnerre en Chine, bravo !
a écrit le 02/07/2014 à 19:53 :
Si l'on croit aveuglement aux titres sur PSA en Chine et dans le monde de la Tribune, on ne pourra jamais comprendre pourquoi les choses ne marchent pas pour cette société en France.
Réponse de le 03/07/2014 à 13:37 :
aucun constructeur généraliste ne gagne d'argent en Europe. Donc l'espoir est en Chine: ce sont les profits générés là-bas qui permettent à VW de vendre en Europe sans faire de bénéfice, afin de gagner des parts de marché. D'où l'emphase des journalistes sur les ventes en Chine de PSA, seul espoir de s'en sortir.
a écrit le 02/07/2014 à 18:30 :
Les années 90 en chine un vieux cliché ! Il va falloir faire avec psa et j' espère que ses parts de marché vont encore et encore augmente bravo
a écrit le 02/07/2014 à 18:01 :
Et messieurs Valls et Montebourg, ils en pensent quoi de leur fameux "made in france" ? Les chinois doivent bien rigoler et ils ont bien raison !
a écrit le 02/07/2014 à 15:35 :
Ah que c'est fabuleux !! PSA va donner encore plus d'emplois aux Chinois de la classe moyenne, les chômeurs français la remercient vivement !
Réponse de le 02/07/2014 à 23:28 :
Ou t'es encore dans la posture ?
a écrit le 02/07/2014 à 13:28 :
et ferme en france voila porquoi psa avait grand besoin
des impots des francais
a écrit le 02/07/2014 à 12:39 :
Attention à la campagne de presse que VW prépare en Chine contre PSA ( ça a bien marché en Europe avec les laquais de la presse spécialisée) .
Attention aux allemand Menteurs Truqueurs Manipulateurs Tricheurs .
Réponse de le 02/07/2014 à 13:09 :
T'inquiètes . . . avec un peu de chance chaque chaque Citroën et Peugeot sera bientôt fabriqué en Chine . . . ça ne peut qu'améliorer la qualité d'assemblage des voitures.
Réponse de le 02/07/2014 à 16:20 :
Pas faux ce que vous dites, mais les Médias sont obnubiles par les Allemands... A croire que l'on aurait dû garder Vichy et Pétain. C'est vrai que le système politico-médiatique et les franchouillards puent singulièrement le Pétainisme....
Réponse de le 02/07/2014 à 16:58 :
Pétain and Co, c'est trop moderne ! On était si bien sous avec le roi Soleil ! Vive la royauté !
Et ne prenons surtout pas exemple sur les allemands. Il faudrait alors travailler et dire adieu à nos grèves ! Vive les semaines à 35h (à quand les semaines à 30h ??) Et vive la retraite à 60 ans. Je vais vivre 90 ans, donc je trouve que travailler environ 35 ans sur 90 (1/3 à travailler et 2/3 a se reposer) est tellement plus juste =) !
Laissons les allemands s'occuper de l'europe. Retournons au franc et vivons en autarcie ! Il y aurait du travail pour tout le monde ! Ca serait formidable ! Cocorico !
Réponse de le 03/07/2014 à 22:29 :
Plus personne n'est dupe de la suffisance et de l'arrogance des allemands..............
a écrit le 02/07/2014 à 12:19 :
Excellente nouvelle pour PSA qui a (enfin) compris que l'Europe c'est de l'histoire ancienne et que son avenir se joue en Chine. Avec DS qui est en Chine totalement détaché de Citroen et commercialise de magnifique véhicules (DS5 LS, DS 6WR), je leur souhaite de réussir. Tant pis pour nous, mais à force de dire que PSA sort des voitures en carton, on ne récolte que se l'on sème. J'en profite pour faire passer un autre message: aux frustrés nourris d'un gros complexe d'infériorité par rapports à d'autres pays, qui crachent sans arret sur leurs propres produits, si vous continuez avec cette mentalité, d'autres entreprises suivront l'exemple de PSA. A bon entendeurs...
Réponse de le 02/07/2014 à 12:39 :
PSA ne sort pas des voitures en carton (quoi que, leurs boîtes auto ...) mais la France n'achète plus que des voitures de pays du tiers monde, alors comme c'est leur principal marché c'est très difficile.
Réponse de le 02/07/2014 à 12:52 :
Oui et non.. l' avenir était en Chine, le marché va se tarir et tant mieux. la Chine va devoir arréter cette course à la bagnole..
L' avenir était en Chine de même qu' il était en Malaisie, Philippines, Indonésie, Inde etc.. bref partout ou la plupart de nos industriels dans tout domaines ne sont jamais aller et surtout..... n' iront jamais ! c' est ainsi.
Réponse de le 02/07/2014 à 14:27 :
De toute façon, les français n'ont plus les moyens de s'acheter des voitures françaises! C'est le changement !
a écrit le 02/07/2014 à 12:19 :
PSA cartonne en Chine où la clientèle n'a pas de préjugés. Les DS font un carton comme les Peugeot et Citroen.
Réponse de le 02/07/2014 à 14:09 :
Les DS font un carton ?
"PSA progresse également plus que le marché en mai et affiche une part de marché de 4,34% en mai, et de 4% au cumul. La voiture la plus vendue est la C-Elysée en 37ème position et 10.881 exemplaires. La 2008 arrivée le mois dernier a trouvé 4.510 acheteurs en mai, et pointe à la 107ème place. Chez DS, la 5LS affiche 1.713 ventes, ce qui lui vaut la 175ème place. La DS 5 se contente de 989 exemplaires."
Source : CAAM
Réponse de le 02/07/2014 à 17:14 :
Ca, c'est plus intéressant que les commentaires oiseux! Eh oui, hélas, ce sont les chiffres qui relativisent le succès de PSA, qui progresse fortement, mais reste faible eu égard à ses faiblesses jusqu'à une date récente en Chine.
Réponse de le 02/07/2014 à 22:00 :
Les DS font un carton car la demande est supérieure à l'offre, c'est tout simple.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :